http://www.google.com/intl/fr/analytics/

28/11/2016

La boîte de Meccano ®

La boîte de Meccano®

Voici l’histoire de Michel et de sa boîte de Meccano®. Une histoire qui s’est déroulée il y a bien longtemps et qui nous replonge dans le monde de l’enfance. Un conte de Noël ? Peut-être, mais plus sûrement une histoire vécue parmi d’autres... mais lisez plutôt.

Frère Pierre sur le traineau au milieu des enfants Ecole St Joseph.jpg 

 Le frère Pierre et les enfants de l’école Saint-Joseph à Roncq.

Décembre 1960, les premiers flocons de neige commencent à blanchir la campagne de Roncq. À l’école Saint-Joseph, on peut déjà faire de superbes glissades en traîneau dans la cour, et les enfants attendent le jour de la Saint-Nicolas avec impatience. On en parlait tous les jours à la récré. Michel et Bernard, les deux inséparables copains, espéraient avoir pour leur Saint-Nicolas un beau livre ou un jeu de construction.

Michel fut particulièrement gâté par son parrain et sa marraine qui, sans se concerter, lui ont offert chacun la même boîte de Meccano®, un jeu de construction. Le lendemain, sa maman lui fait remarquer que cela ferait peut-être plaisir à Bernard d’avoir cette boîte de Meccano®, qu’il avait reçue en double. Michel est surpris de cette proposition, c’est qu’il y tient à ses deux boîtes, cela lui permet de faire de plus grandes réalisations.

 Le samedi suivant, Michel se rend chez Bernard, qui effectivement n’avait eu qu’un livre pour sa Saint-Nicolas, et lui offre sa boîte de Meccano®. Les deux enfants passent des heures à construire les modèles proposés ou à en imaginer d’autres.

Meccano.jpg

Les années de l’enfance insouciante s’écoulent rapidement et vient le temps où la vie sépare les deux amis. Études, travail, déménagement, ils se perdent de vue. Michel fera une belle carrière comme comptable dans une entreprise textile, jusqu’au jour où il perdra son poste suite à la liquidation de la société. Après de multiples emplois précaires, il cherchera longtemps un nouveau travail sans aboutir. Son épouse lui disait qu’il ne devait pas désespérer et qu’un jour il trouverait quelque chose. Quelques jours avant Noël, Michel épluche de nouveau les petites annonces et tombe sur une entreprise de plomberie chauffagiste qui recherche un employé comptable. Voilà ce qu’il me faut se dit-il, et sans tarder, il envoie sa candidature au poste proposé, sans trop d’espoirs cependant.

 L’entretien d’embauche

 Une semaine plus tard, Michel a la surprise d’être appelé pour passer un entretien d’embauche. Il est reçu par le directeur administratif qui lui indique qu’il sera ensuite convoqué par le directeur de l’entreprise. Michel rentre chez lui confiant. Dès le lendemain, Michel est de nouveau appelé pour cette fois le second entretien avec le directeur. Face à celui-ci, Michel n’est pas très à l’aise, mais après quelques minutes, il ne sait pas pourquoi, il se sent en confiance et l’entretien se déroule sans problème avec les questions habituelles sur son parcours professionnel. Brusquement, au cours de l’échange, le directeur lui demande s’il a joué au Meccano® dans son enfance. Étonné par cette question, Michel lui répond que oui et que cela lui avait bien servi pour apprendre à se débrouiller. C’est à ce moment-là que le directeur lui tend la main et lui dit : «Tu ne me reconnais pas ? Bernard ton copain d’enfance ! Rappelle-toi la boîte de Meccano® que tu m’avais offerte... je l’ai toujours, tu sais !»

 Passé le moment de surprise, Michel, qui avait complètement oublié cette anecdote d’enfant, se remémora tous les bons moments passés avec son copain qu’il avait perdu de vue depuis des dizaines d’années. En rentrant chez lui, il raconte les retrouvailles avec Bernard et la bonne nouvelle de son embauche dans son entreprise.

 La veille de Noël, Michel et son épouse se sont rendus comme chaque année à la messe de Noël au cours de laquelle il apprécie particulièrement le moment où, à la fin de la messe, tous les paroissiens se tiennent fraternellement par la main, réunis dans la grande famille des chrétiens. Il se rappela sa maman, aujourd’hui disparue, qui, en 1960, lui avait proposé de donner sa seconde boîte de Meccano® à son copain. Il se dit alors qu’une bonne action était toujours récompensée un jour.

 Pascal Deneuville

Les commentaires sont fermés.