ECHOS DE LA PAROISSE

Les Echos de la Paroisse.jpgRedécouvrez les moments forts de la vie de la Paroisse du Christ Ressuscité

 

 

Décembre 2023 - Janvier-Février 2024

RENDEZ-VOUS Dimanche de la santé

 Le 11 février 2024, c’est le Dimanche de la santé !

« J’étais malade et vous m’avez visité » (évangile de saint Matthieu, ch 25). Aller à la rencontre de l’autre, le visiter, se faire proche de lui, c’est une mission partagée par les équipes, qu’elles soient paroissiales ou d’aumôneries hospitalières. Certains malades, certaines personnes seules, souhaitent une visite fraternelle ou un sacrement (sacrement de réconciliation, sacrement des malades…). À La Colombe, à domicile, à la clinique, vous pouvez être acteurs de ces visites.

Une nouvelle équipe de Sem (Services évangéliques des malades) pour le domicile se construit. Pour tous, expérimentés ou non, nous proposons une « rencontre partage » avec ceux qui font déjà partie de ces équipes de Sem au domicile, service de la communion et de l’aumônerie à la clinique Saint-Roch, ainsi que le service de communion à la Colombe.

Rendez-vous le samedi 10 février 2024 de 10h à 11h30 à Saint-Roch. La rencontre sera animée par Anne-Dominique Devroe de la pastorale de la santé à Lille.

 Sylvie Pollet

 -------

DU 13 AU 20 AVRIL 2024

Pèlerinage montfortain en avril 2024

Lourdes et pèlerinage : deux mots associés qui évoquent le pèlerinage diocésain de juin. Mais savez-vous qu’il existe d’autres pèlerinages à d’autres dates ?

Au mois d’avril (du 13 au 20 avril 2024/), les Montfortains organisent leur 75e pèlerinage à Lourdes. Malades, pèlerins, hospitaliers seront tous les bienvenus à ce rendez-vous inspiré par saint Louis-Marie de Montfort.

Très implanté dans l’ouest de la France, il existe un centre à Tourcoing : Pèlerinage montfortain BP 60482 - 59338 Tourcoing Cedex.

 Comme pour le Train bleu, des médecins accompagnent les malades dès le départ, durant le séjour, les cérémonies et jusqu’à leur retour. Saint Louis-Marie de Montfort souhaitait « faire le catéchisme aux pauvres de la campagne et convertir les pécheurs par la dévotion à la Vierge Marie ». Il consacra sa vie aux déshérités et aux malades, et fonda trois congrégations : les Filles de la Sagesse, la Compagnie de Marie et les Frères de Saint-Gabriel. Saint Jean-Paul II viendra se recueillir devant son tombeau en septembre 1996.

Vous êtes intéressé en tant que malade, pèlerin, brancardier, hospitalier, n’hésitez pas à nous contacter ou à nous laisser un message :

docteur André Défossez au 07 50 32 82 31 ou

docteur Yves Watrigant au 06 42 32 38 44.

Attention : pour cette année 2024, les inscriptions sont à faire avant le 20 février (sinon, à l’année prochaine…).

-------

La Paroisse en images

 Image06.jpg

Le lendemain du 11 novembre 2023 avait lieu la messe de

l’Union nationale des combattants (UNC)

à Saint-Roch, moment émouvant !

 Image07.jpg

Toujours à Saint-Roch, mais le 26 novembre 2023,

c’était la traditionnelle Sainte-Cécile

de la Jeanne-d’Arc.

 Image08.jpg

L’équipe d’animation paroissiale avait proposé une innovation le 8 décembre 2023 

avec une messe des lumières bien réussie.

 Image09.jpg

Le lendemain, 9 décembre 2023, c’est à Saint-Piat qu’avait lieu pour la deuxième année une sympathique opération « portes ouvertes » à l’occasion des festivités de Noël au Centre.

 Image10.jpg    Image12.jpg

Et bien sûr, pour la veillée de Noël dans la soirée du 24, c’est dans une église particulièrement remplie que l’Enfant-Jésus est arrivé dans la crèche. 

Image11.jpg

Les plus anciens quant à eux avaient droit à leur cérémonie de la Nativité

à la Colombe le 29 décembre 2023 

Une année 2023 qui se termine en beauté !

Bernard Declercq

-------

Un pardon exceptionnel

 Le poète belge Julos Beaucarne, le soir de l’assassinat de sa jeune épouse, a écrit à ses amis cet appel émouvant.

 «Amis bien-aimés, ma Loulou  est partie pour le pays de l’envers du décor. Un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce. C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre par l’amour, l’amitié et la persuasion. C’est l’histoire de mon petit amour à moi, arrêté sur le seuil de ses 32 ans. Ne perdons pas courage, ni vous ni moi. Je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes deux chéris qui lui ressemblent. Sans vouloir vous commander, je vous demande d’aimer beaucoup et plus que jamais ceux qui vous sont proches. Ce monde est une triste boutique. Les cœurs purs doivent se mettre ensemble. Pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine. Je resterai un jardinier. Je cultiverai mes plantes de langage. À travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée. J’aimerais bien qu’il y ait un paradis : comme ce serait doux les retrouvailles !

Face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui : je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers. »

-------

QU’ON SE LE DISE

 Pardon…

 « Pardon, je viens vous demander pardon pour tous les hommes Qui n’ont jamais appris le verbe aimer, qui n’ont jamais compris la force de l’amour, la beauté de la vie.

Pardon, au nom de tous les hommes qui ne savent pas aimer. Oh ! Pardon au nom de tous les hommes qui n’ont jamais aimé.

Oh ! pardon… Pardon, je viens vous demander pardon pour tous les hommes qui ignorent le prix de l’amitié, qui n’ont jamais connu les larmes d’un enfant, le sourire d’une femme… Donne-moi ton regard, donne-moi ta lumière, donne-moi de l’amour, sans quoi je désespère ! Apprends-moi à aimer, apprends-moi la tendresse ! Détruis mes habitudes, détruis ma solitude…

Pardon, je viens vous demander d’accorder votre grâce à ceux que la vie a blessés et lorsque le temps passe, ils se retrouvent nus, perdus, désespérés ! »

 Pardon…

 Chanson de Johnny Halliday, paroles de Philippe Labro,

------

NUMÉROS UTILES

 La fécondité du pardon

 Le pardon est un remède à la colère et à la culpabilité. Il libère et donne la paix. Vous ne pourrez jamais construire de relations profondes et durables si vous ne savez pas pardonner…

 Pardonner, c’est renoncer à se venger

« Mes amis, ne vous faites pas justice vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit : c’est à moi qu’il appartient de faire justice. » Saint Paul aux Romains 12. 19

 Le pardon est nécessaire à la réconciliation

« Bien plus, nous mettons notre fierté en Dieu, par notre Seigneur Jésus Christ, par qui, maintenant, nous avons reçu la réconciliation. » Saint Paul aux Romains 5. 11

 S’appuyer sur la foi

« Près de toi se trouve le pardon… » Psaume 129. 4

« Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. » Matthieu 6. 13-14

 Un sacré défi au quotidien

Pour pardonner, il ne faut pas chercher à nier les blessures, ni à les expliquer : « L’Éternel est compatissant, qui fait grâce... qui pardonne la faute, mais qui ne tient pas le coupable pour innocent... » Exode 34. 6-7

« La prière de la foi sauvera le malade. Le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. » Lettre de saint Jacques 5. 15

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

JPM

----------------------------------------------------------------------------------

Septembre-Octobre-Novembre-Décembre 2023

 La paroisse en images

Image4.jpg

Le 10 septembre 2023 avait lieu à Saint-Roch la messe de rentrée animée par Choeur à Coeurs

Image5.jpg

 et suivie d’un verre de l’amitié dans la cour de l’école voisine.

Image6.jpg

La semaine suivante, à Saint-Piat, se déroulait la seconde édition des portes ouvertes  au cours desquelles les participants ont pu découvrir des détails inaperçus et pleins d’intérêt.

Image7.jpg

Et c’est le 1er octobre 2023 que la traditionnelle messe des cartables avait lieu et permettait aux enfants scolarisés de lancer leur année dans les meilleures conditions.

 Bernard Declercq

-------

NUMÉROS UTILES

 Le partage crée du lien

 Valeur essentielle pour entretenir nos relations, le partage rassemble, favorise la communication et la confiance. En cela, les Écritures nous donnent des mots justes…

 Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé

«J’ai donc résolu d’amener la Sagesse à partager ma vie, car je savais qu’elle serait ma conseillère pour bien agir, mon réconfort dans les soucis et la tristesse.» Livre de la Sagesse 8.09

 Richesse du partage

«Qu’ils fassent du bien et deviennent riches du bien qu’ils font ; qu’ils donnent de bon cœur et sachent partager.» Première lettre de saint Paul à Timothée

 N’oublie pas ton prochain !

«Partage ton pain avec celui qui a faim, fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; Et ne te détourne pas de ton semblable.» Isaïe 58.7

 Rencontre et partage

«Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux.» Matthieu 18.20

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Jean-Pierre Martins

-------

REGARD

 Une île…

 Voici une île où tout est fait pour que l’on y soit heureux… En Méditerranée, en général, il fait très beau et les attraits touristiques de cette île ne manquent pas. On y ressent comme une clarté dans l’air, une espèce de silence qui n’existe plus aujourd’hui. On essaye d’oublier son portable. Dans cette île, les déplacements sont faciles et les enfants utilisent leurs vélos sur les trottoirs. Il y fait très doux et la chaleur est une excuse pour se baigner dans la mer. Dans les hôtels, l’accueil est chaleureux envers les touristes et la particularité des chambres est de disposer de chaînes de télévision par thème : musique classique, peinture ou littérature. Oui vraiment, tout est fait pour que l’on y soit heureux…

Sauf que, depuis quelque temps, l’actualité a mis en lumière le sort des migrants qui arrivaient en masse sur cette île de Lampedusa. Sa position dans la Méditerranée en a toujours fait une terre d’accueil et, il y a quelques décennies, les habitants recueillaient eux-mêmes les migrants sur la plage et les prenaient en charge. Cette époque est malheureusement révolue compte tenu du flot ininterrompu de migrants, même s’il y a eu beaucoup de gestes de solidarité.

Et voilà que le pape François vient de nous rappeler, lors de sa visite à Marseille, «que les migrants doivent être secourus en dénonçant l’indifférence et les tragédies des naufrages provoqués par des trafics odieux. C’est un devoir d’humanité, c’est un devoir de civilisation».

Son message sera-t-il entendu ?

 Daniel Lelion

 -------

QU’ON SE LE DISE !

 On a tous un travail à partager… Il était une fois quatre individus qu’on appelait : Tout le monde, Quelqu’un, Chacun et Personne.

Il y avait un important travail à faire et on a demandé à Tout le monde de le faire. Tout le monde était persuadé que Quelqu’un le ferait. Chacun pouvait l’avoir fait, mais en réalité Personne ne le fit. Quelqu’un se fâcha car c’était le travail de Tout le monde ! Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire et Personne ne doutait que Quelqu’un le ferait. En fin de compte, Tout le monde fit des reproches à Chacun parce que Personne n’avait fait ce que Quelqu’un aurait pu faire.

Moralité : Sans vouloir le reprocher à tout le monde, il serait bon que chacun fasse ce qu’il doit sans nourrir l’espoir que quelqu’un le fera à sa place en paroisse ou ailleurs…

 Jean-Pierre Martins

----------------------------------------------------------------------------------

Mai-Juin-Juillet-Août-Septembre 2023

Le harcèlement : ne sois pas complice !

Image18.jpg

 L’actualité nous alerte en ce temps de rentrée sur les cas de harcèlement. Un fléau qu’on ne peut ignorer. «Je ne suis pas une balance !». Cela signifie : «Ne comptez pas sur moi pour vous dire qui a fait la bêtise». Balancer, rapporter, dénoncer, tout cela s’apparente à une trahison du groupe auquel on appartient. Et le groupe ne rigole pas avec les traîtres. Soit. Ce souci d’être fidèle au groupe est louable en soi. Mais y aurait-il des limites ? Et si nous mettions la violence hors-la-loi du silence !

 Non-dénonciation et… non-assistance à personne en danger

  Voilà deux notions d’égale nécessité. Certes, il est souvent difficile de savoir où s’arrête l’une et où commence l’autre. S’abstenir de rapporter qu’un camarade a fait une infraction qui ne porte pas à conséquence, cela s’appelle de la non-dénonciation qui permet de vivre sereinement dans une société libérée du lourd climat de la délation. Par contre, s’interdire de témoigner d’un fait qui nuit à un plus faible que soi, c’est de la non-assistance à personne en danger. Dans un groupe, dans une classe, quand une agression se produit, qu’elle soit verbale ou physique, qu’elle porte atteinte à la personne ou à des biens, les membres du groupe seront soit «agresseurs», soit «victimes», soit «témoins». Et un témoin qui ne témoigne pas (ne serait-ce que pour dire sa désapprobation aux agresseurs) devient alors un «complice». Autant dire «agresseur adjoint».

 Réseaux dits «sociaux»

 Ne soyons pas naïfs, le phénomène n’est pas nouveau, loin de là. L’explosion des réseaux sociaux et de l’usage du portable a tendance à faire empirer la situation. Parce que l’auteur d’agressions verbales sur le «réseau» se croit intouchable et aussi parce que la victime osera d’autant moins se plaindre qu’elle craindra qu’on lui confisque son portable.

 Refuser l’intolérable

 J’entends des jeunes dire : «Le monde qui nous entoure va mal, mais on n’y peut rien !». La guerre, la violence, la drogue, la faim, «on n’y peut rien». Pardon mère Teresa, abbé Pierre, sœur Emmanuelle, pardon Coluche ! L’une des caractéristiques de la jeunesse est sa capacité à se révolter contre l’injustice. À ne pas tolérer l’intolérable. Mais c’est un «vieux», Stéphane Hessel, mort à 95 ans, qui a publié en 2010 Indignez-vous !  Cet ancien résistant, ancien diplomate et co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, savait bien de quoi il parlait… Oui, jeunes du XXIe siècle, indignez-vous, n’acceptez pas l’inacceptable. L’inacceptable, c’est quand vous vous dites «je n’aimerais pas être à sa place !», en voyant le sort qui est fait à un camarade. Un déclic doit alors se produire. Allez, osez ! Révoltez-vous contre ceux qui veulent vous faire croire qu’un homme libre est un homme qui se tait !

 Bernard Declercq

-------

La paroisse en images

Image08.jpg

 Le 20 mai 2023 à la cathédrale de la Treille à Lille, une délégation de la paroisse de Roncq, emmenée par les pères Jean Apollinaire et Raymond Dhalluin, a participé à l’intronisation du nouvel archevêque de Lille, monseigneur Laurent Le Boulc’h. 

Image09.jpg

Le dimanche 4 juin 2023, l’église Saint-Piat accueillait les premières communions.

Gageons que ces premières seront suivies de nombreuses autres !

 Image10.jpg

Image11.jpg Image12.jpg

Et le 25 juin 2023, la paroisse était en fête pour la messe de clôture de l’année paroissiale, messe concélébrée par Jean Apollinaire et Raymond, animée par Choeur à Coeurs et suivie d’un verre de l’amitié sur le parvis et d’un repas fraternel sous le préau protecteur de l’école Saint-François toute proche. Un excellent moment de convivialité avant le départ en vacances !

 Image13.jpg

Début août 2023 , le groupe Saint-Thomas-d’Aquin a représenté notre paroisse aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Lisbonne accompagné par le père Jean Apollinaire. Retenons cet appel du pape à la foule des jeunes qui l’ont acclamé : «Briller,écouter, ne pas craindre !» .

 Image14.jpg

La messe de l’Assomption de la Vierge Marie a réuni de nombreux fidèles au bois Leurent le 15 août 2023. Messe concélébrée par le père Raymond Dhalluin et le père Bruno Dubreucq

 Bernard Declercq.

-------

TÉMOIGNAGES

 Échos du pèlerinage de Lourdes - juin 2023

P3 Lourdes 2023 a c.jpg

 Régine Castel, pèlerin accompagné. «J’ai vécu une aventure hors du commun ! J’ai expérimenté le service, le dévouement, le don de soi, la charité, la joie, la patience, la bonté, la bienveillance… J’ai été émerveillée par les rencontres, les partages, les célébrations magnifiques ! Les temps forts ? Ce que je retiens pardessus tout, ce sont ces sept cent cinquante jeunes formidables, venus pour servir, pour aider ! Mes deux “anges gardiens” Zoé et Diane : j’ai pris grâce à elles un bain de jouvence. Que de joie ! Que d’amour !»

 Zoé et Diane, «anges gardiens». «Ce que nous gardons en mémoire ? La découverte de nouveaux jeunes, d’autres collèges. Le fait de se rapprocher de Dieu et de la religion. Avoir vécu cette expérience enrichissante et valorisante dans laquelle nous étions autonomes.»

 Coline et Célia, étudiantes infirmières. «Ce fut une expérience unique au niveau de la religion et de notre futur métier. Nous avons fait de belles rencontres et découvert ce lieu magnifique qu’est le site de Lourdes !»

 Margö, Achille, Loise et Mathéo, jeunes accompagnants. «Ce séjour nous a apporté énormément de bonnes choses. Tout d’abord, nous avons rencontré des personnes formidables, des jeunes comme des brancardiers hospitaliers mais aussi des pèlerins si heureux d’être à Lourdes qu’ils nous rendaient aussi heureux sans le savoir… Nous avons eu aussi beaucoup de plaisir et les “au revoir” ont été difficiles. Nous avons passé des moments extraordinaires. Seulement, il ne suffit pas d’expliquer ce qu’il s’est passé pour le comprendre, il faut y aller et le vivre. Nous tenons à remercier le Train bleu pour cette expérience très enrichissante.»

 Une malade. «Je voudrais remercier les organisateurs et les accompagnants d’avoir apporté une pierre pour bâtir une chapelle. Toutes celles et ceux qui ont préparé ce pèlerinage et se sont donnés corps et âme pour le bon déroulement de ce séjour. Un chantier titanesque, gigantesque ! Bravo à vous, vous resterez gravés au plus profond de mon cœur à jamais.»

 Propos recueillis par Roselyne Allard

-------

GENS DE CHEZ NOUS

 Williame Awandji,

directrice de la Colombe et de l’Orée du Mont à Halluin

 Une proximité avec les résidents

 Cela fait maintenant dix-huit mois que Williame Awandji est arrivée à Roncq-Halluin pour prendre la direction des deux Ehpad à Roncq et à Halluin, à la suite de Nina Muteba.

Image22.jpg

 Le plus important pour Williame, ce sont «ses» résidents, qu’elle veut accompagner un maximum. Elle est née au Cameroun mais est arrivée très vite en France, avec sa maman, dans la région parisienne. Son premier métier est éducatrice spécialisée à Lille, puis elle se forme à l’EHESP (1) à Rennes. Diplôme en poche, elle postule à Roncq-Halluin comme premier choix. Et elle a réussi à venir dans notre ville ! Elle est très reconnaissante à la France qui lui a donné plus que ce qu’elle aurait pu avoir si elle était restée au Cameroun, dans la qualité de l’accueil qui est plus ouvert et ne fait pas de différence. De nature plutôt optimiste, Williame est maman de deux enfants, et héberge un neveu le temps de ses études.

 Proche des résidents

 De son métier de directrice, Williame aime la proximité avec les résidents. Quand elle parle de son travail, son visage s’illumine, on voit que c’est une vraie passion. Ce sont les résidents qui sont le cœur de la résidence, puisque Roncquois, c’est pour eux une continuité de la vie en ville. Le personnel, tous les agents sont très investis. Pour eux, c’est un vrai lien qui se crée avec les résidents, qui arrivent de plus en plus tard. Que ce soit au niveau du service, des soignants, de la blanchisserie, de la cuisine… tout le monde travaille la main dans la main. Elle est bien aidée et accompagnée également par Rodrigue Desmet, Claudine Zahm, les élus, le CCAS (2), et l’association Réconforts et Sourires. C’est une réelle chance ! Un regret, un manque de personnel, et, en particulier, une absence de médecin coordonnateur.

 Partenariat avec les familles

 Elle reconnaît que ce n’est pas facile pour une famille de placer une personne. Cette dernière est «confiée» à la maison de retraite, parce qu’elle ne peut plus rester chez elle, à cause de soins importants et de perte d’autonomie. Le travail avec les familles est très important, c’est un partenariat. Les familles peuvent venir pour les activités, les aides aux repas, dans le respect des désirs et des besoins. Les résidents peuvent manger dans leur chambre s’ils le désirent. Pour Williame Awandji, l’accueil du résident doit être encore plus travaillé, pour plus de fluidité. L’établissement est actuellement complet, et il y a dix personnes sur liste d’attente. Le nouveau bâtiment inauguré en novembre 2022 est maintenant opérationnel.

 Laurence Lippert 

  1. École des hautes études en santé publique.
  2. Centre communal d’action sociale.

-------

NUMÉROS UTILES

 Tenir ses engagements

 Pas simple de devoir s’engager et pourtant, tenir ses promesses reste essentiel. En cela, les Écritures nous donnent des mots justes…

 Savoir se décider !

«Que votre oui soit oui, et votre non, soit non ; afin que vous ne tombiez point dans la condamnation»

->Jacques 5,12

 Faire confiance

«Que ta promesse me soutienne, et je vivrai : ne déçois pas mon attente» -> Psaume 118.116

 Faire des choix

«Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir ; […] moi et ma maison, nous servirons l’Éternel»

-> Josué 24.15.

 Être disciple du Christ

«Par la foi, nous recevons l’Esprit qui nous a été promis» -> Ga 3.14

«Et telle est la promesse que lui-même nous a faite : la vie éternelle» -> 1Jn 2.25

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Jean-Pierre Martins

-------

RESSOURCEZ-VOUS !

 Le pouvoir de l’engagement

Image19.jpg «Tant que nous ne nous engageons pas, le doute règne, la possibilité de se rétracter demeure et l’inefficacité prévaut toujours. En ce qui concerne tous les actes d’initiatives et de créativité, il est une vérité élémentaire dont l’ignorance a des incidences innombrables et fait avorter des projets splendides. Dès le moment où on s’engage pleinement, la providence se met également en marche. Pour nous aider, se mettent en œuvre toutes sortes de choses qui sinon n’auraient jamais eu lieu. Tout un enchaînement d’événements, de situations et de décisions crée en notre faveur toutes sortes d’incidents imprévus, des rencontres et des aides matérielles que nous n’aurions jamais rêvé de rencontrer sur notre chemin. Tout ce que tu peux faire ou rêver de faire, tu peux l’entreprendre. L’audace renferme en soi génie, pouvoir et magie. Débute maintenant.»

J.W. Goethe

----------------------------------------------------------------------------------

Avril-Mai-Juin 2023

La paroisse en images

 Image05.jpg

Pendant le carême, chaque mardi sur des thèmes différents, se sont tenues des conférences à Saint-Roch.

 Image06.jpg

 Le 26 mars 2023, le père Jean Apollinaire accueillait la confrérie des Chevaliers de Saint-Antoine en costumes d’apparat Image07.jpg

 tandis que le 28 mars 2023, les équipes de funérailles suivaient une formation à la maison du Hautmont en présence de Maurin Van Meenen, notre nouveau doyen

 Image08.jpg

En ouverture de la semaine sainte le dimanche 2 avril 2023 les célébrations des Rameaux rassemblaient toujours une grande foule de fidèles dans les deux églises. 

Image09.jpg

Le jeudi saint 6 avril 2023 a été marqué par le traditionnel lavement des pieds

 Image10.jpg

 et le vendredi saint 7 avril 2023, après un chemin de croix très suivi, la cérémonie de 19h était menée par les pères Jean Apollinaire et Raymond Dhalluin. 

Image11.jpg

La veillée pascale du samedi 8 avril 2023 était entamée par la célébration du feu

sur le parvis de Saint-Roch Image12.jpg

et au cours de la messe, Ghassan-Joseph était baptisé 

Bernard Declercq

---------------

Les paniers connectés

 Notre paroisse s’adapte à l’évolution de la technologie : les quêtes dominicales vont bientôt l’illustrer. Une carte bleue pour faire notre offrande à la quête ! Philippe Pollet, du conseil économique paroissial, nous donne les premières explications.

Image13.jpg

 Le 27 avril dernier, avec les responsables des quêtes dans nos deux églises et des membres du conseil économique, nous avons reçu Amélie Loiseau, chargée de mission au service ressources du diocèse. Elle nous a remis les «paniers connectés» qui faciliteront les quêtes durant nos cérémonies. Le paiement sans contact arrive dans nos églises, et les fidèles pourront désormais choisir de donner à la quête en argent liquide ou par carte de paiement. La réunion nous a permis de comprendre le fonctionnement et l’utilisation de ces paniers que vous verrez prochainement apparaître aux messes dominicales. Beaucoup de questions et autant de réponses apportées avec une grande gentillesse par notre interlocutrice. Amélie Loiseau reviendra dès que nous le souhaitons car d’autres utilisations de ces paniers sont possibles, les offrandes de messe, le paiement des inscriptions au catéchisme et aux baptêmes, les funérailles. On n’arrête pas le progrès…

 Philippe Pollet

---------------

RESSOURCEZ-VOUS !

 Silence… Et si l’on en parlait ?

Image15.jpg

 L’été nous invite fréquemment à contempler notre rayonnante nature et admirer ses multiples tableaux colorés. Dans ces moments, le silence contribue à notre émerveillement, voire à la méditation. Ce grand oublié qu’est le silence peut aussi devenir un allié précieux pour nous aider à grandir dans l’écoute de notre vie intérieure, de nos sens, de nos rêves. Le silence permet de nous construire, ou de nous reconstruire. Reconnaissons que nous avons régulièrement besoin de calme pour ensuite mieux appréhender la vie actuelle et entrevoir des solutions aux soucis quotidiens. Ce besoin de silence est aussi caractéristique de la spiritualité contemporaine qui se manifeste par la recherche d’un bien-être personnel, d’harmonie, ou encore du respect de l’environnement. Alors, chut ! Cet été, nous vous proposons de laisser davantage de temps au silence, ça détend et cela freine l’élan d’une éventuelle parole maladroite...

JP. Martins

---------------

NUMÉROS UTILES

 Contempler et méditer

 Ce sont deux manières différentes d’écouter la parole de Dieu.

 Contempler…

La contemplation est une attitude qui invite à entrer en relation avec Dieu. Elle reste une voie parfaite pour progresser spirituellement dans une recherche d’intériorité. Elle conduit à la méditation.

«Car à travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur» Livre de la Sagesse 13.05

«La sagesse est resplendissante, elle ne se flétrit pas. Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent» Livre de la Sagesse 6.12

«Que tes oeuvres sont belles, que tes oeuvres sont grandes, Seigneur, Seigneur, Tu nous combles de joie…» Ensemble vocal l’Alliance – 1998

 Méditer…

La méditation chrétienne nous appelle à une réflexion autour d’un point de foi, de la parole de Dieu. Il est bienvenu de se rendre disponible, notamment en nous invitant à faire silence en soi…

«La méditation est une paix qui excède tout sentiment» Lettre de saint Paul aux Philippiens 4. 7

«Je veux méditer sur tes préceptes et contempler tes voies» Psaumes 118.15

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 JP.Martins

Image04.jpg

 ---------------

REGARD

 Que d’eau que d’eau !

 Il ne leur reste que les prières… Dans les Pyrénées-Orientales, frappées cet hiver par une sécheresse historique, ce samedi 18 mars, les reliques de saint Gauderie, vénéré dans le monde agricole depuis 1014, ont été transportées en procession depuis la cathédrale de Perpignan jusqu’au fleuve de la Têt pour implorer la pluie. La France va devoir s’adapter au manque d’eau. Chez nous, 512 milliards de mètres cubes de précipitations par an sont tombés, mais seulement 200 milliards de mètres cubes d’eau sont exploitables : le reste s’évapore. Cette demande est en hausse. La consommation d’eau en France par personne et par jour en litre serait de 149 litres. Mais la France recycle peu et irrigue à peine. C’est important de le rappeler car la priorité reste de nourrir la population française. Il faut donc utiliser les outils d’adaptation pour préserver la ressource en eau comme l’entretien du réseau, le choix des cultures, la recharge artificielle des nappes ou la réutilisation des eaux usées traitées, voire la désalinisation de l’eau de mer, il y a beaucoup de choses à faire.

 Daniel Lelion

 ---------------

La Sainte du mois :

Qui était sainte Hélène ?

 Née dans une famille modeste, Hélène va connaître un destin hors du commun. Elle est choisie comme épouse de second rang par le centurion Constance Chlore. De cette union naît Constantin qui deviendra le premier empereur romain chrétien. Animée d’une foi sans pareille, donnant une grande partie de son temps aux malades et aux nécessiteux, Hélène met sans cesse et avec une grande humilité toute son énergie à combattre les persécutions et à protéger les valeurs chrétiennes. C’est elle qui, paraît-il, découvre la vraie croix du Sauveur lors d’un pèlerinage en Palestine. On lui doit aussi la construction de plusieurs basiliques. Elle meurt à son retour de Terre sainte avec la consolation de voir Constantin protecteur de la religion de Jésus Christ. Le sarcophage de porphyre contenant sa dépouille est conservé au Vatican. Elle est fêtée le 18 août.

 Daniel Lelion

---------------

 HUMOUR

 L’ange qui sourit

 J’entre dans la boutique. Derrière le comptoir, un ange. Émerveillé, je lui demande :

– Que vendez-vous là ?

– Tous les dons de Dieu.

– Combien ça coûte ?

– Rien, c’est gratuit !

Intrigué, je regarde autour de moi : bouteilles de bonté, paquets de fidélité, flacons de charité… Je prends mon courage à deux mains et demande :

– Donnez-moi, s’il vous plaît, beaucoup de patience, toute la bienveillance que vous avez, une bouteille de fidélité, un flacon de charité et la boîte de paix pour mes amis et pour moi.

L’ange me prépare un petit paquet bien confectionné, mais si petit que je peux le tenir dans une main.

– Tout est dans ce paquet ?

L’ange sourit et dit : – Mon ami, le magasin de Dieu ne vend pas les fruits, mais les graines !

----------------------------------------------------------------------------------

Février-Mars-Avril 2023

La paroisse en images

 Ce début d’année a été riche en événements pour notre paroisse.

Image06.jpg

Après les vœux de l’équipe d’animation paroissiale, le 15 janvier 2023 avait lieu la cérémonie d’envoi en mission de huit paroissiens engagés. Le 12 février 2023 c’est Raymond Dhalluin qui officiait à Saint-Piat

Image07.jpg

L’entrée en carême avait lieu le mercredi 22 février 2023 avec la traditionnelle

cérémonie des Cendres à Saint-Roch

 Image08.jpg

Le dimanche 26 février 2023, Saint-Piat s’est mis au diapason d’Hugues Fantino :c’est lui qui animait la messe de 11h, accompagné de Choeur à Coeurs

Image09.jpg

Image10.jpg

et l’après-midi, il donnait un concert-veillée

auquel participait un public nombreux et enthousiaste

 ---------------

Monde en modèle réduit

 Notre groupe est un monde en modèle réduit et c’est là, tout d’abord, que la paix se construit.

 Conflits inévitables

 Un pays, une région, une commune, une association, une classe, une famille, un couple… tous ces groupes d’humains obéissent à des règles immuables. Le bien collectif est souvent incompatible avec l’intérêt individuel et cette opposition provoque des conflits. Au niveau international, ces conflits peuvent entraîner des guerres. La paix dans le monde est compromise quand on ne sait pas résoudre les inévitables conflits qui surgissent. Mais alors, me direz-vous, existe-t-il une école, un centre de formation pour la résolution des conflits ? La réponse est oui !

 Des laboratoires…

 En fait, si chacun de nos groupes est un modèle réduit, c’est qu’il est un laboratoire d’expérimentations. Qu’est-ce qui fait l’objet des recherches ? On y teste des méthodes de résolution de toutes sortes de conflits. C’est «la guerre» entre frère et sœur, entre camarades de classe. J’ai envie de dire : «Il y a matière à identifier une voie de réconciliation !». On pourra ensuite étendre la méthode à des groupes plus larges, plus hétérogènes. Et, pourquoi pas, se mettre à rêver d’une réconciliation mondiale…

 Paix sur terre

 Ce qui est sûr, c’est que si l’on ne parvient pas à faire la paix dans nos familles ou dans nos classes, ne rêvons pas à la paix dans le monde ! Je vous entends objecter : «Mais comment faire la paix avec des fous !». Certes, c’est bien la difficulté. C’est sans doute pourquoi dans la nuit de Noël, on chante paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! Et si nous nous appliquions déjà à faire partie de ces hommes de bonne volonté ?

 Bernard Declercq

 ---------------

NUMÉROS UTILES

Re-naître…

 Lorsque l’on subit un séisme ou les épreuves de la vie, nous pouvons être amenés, ensuite, à vivre différemment de notre passé. Les Écritures proposent des chemins pour nous aider à repartir…

 Le renouveau passe aussi par la joie de vivre.

Vivre, certes, mais que cela se manifeste dans nos relations aux autres… «Ayez la joie de l’espérance, tenez bon dans l’épreuve, soyez assidus à la prière» Lettre de saint Paul aux Romains 12. 12

«Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite» Jean 15. 11

Un chemin de vie nouvelle...

Il ne faut pas laisser l’Évangile trop à distance de notre vie quotidienne. Il faut s’y glisser…

Jésus lui dit : «Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul ! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements» Matthieu 19.17

«Enseigne-moi ton chemin, Seigneur, conduis-moi par des routes sûres, malgré ceux qui me guettent» Psaumes 26. 11

Envie de se renouveler ?

«Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée» Lettre de saint Paul aux Éphésiens 4. 23 «La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples» Psaumes 18.08

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Jean Pierre Martins

---------------

Le Saint du mois

Qui était saint Marc ?

 D’abord compagnon de Pierre et Paul, Jean-Marc, dit «Marc», suivit Barnabé dans l’île de Chypre. Il doit sa renommée au fait d’avoir inspiré Pierre dans ses écrits. Il reçoit pour mission d’évangéliser Alexandrie et une partie de l’Afrique, dont l’Égypte. Au fil des années, sa tâche devait être couronnée d’un grand succès. Il fut menacé de nombreux dangers auxquels il parvint longtemps à échapper mais qui allaient lui coûter la vie. Arrêté, emprisonné, supplicié, il fut finalement jeté dans des rochers où il expira en remettant son âme à Dieu dans un dernier souffle. C’était en 75. On le fête le 25 avril.

 Daniel Lelion

  ---------------

REGARD

 Notre monde est malade

 Il devient fou. Il faut le soigner. Regardez : d’un côté, on envoie des secours pour sauver les victimes d’un séisme en Turquie et en Syrie, où quarante-cinq mille personnes ont péri, et en même temps, non loin de là, d’autres innocents meurent sous des déluges de bombes, de drones et de missiles… Nous ressentons un énorme sentiment d’impuissance. Les choses ont été bousculées. Nous avons changé, chacun et tous ensemble, comme après une maladie grave. Nous sommes condamnés à l’imprévisible, à l’aléatoire. On décide à vue. Notre monde est vraiment malade : soyons de bons médecins !

Daniel Lelion

   ---------------

 RESSOURCEZ-VOUS !

 Vivez pleinement avant qu’il ne soit trop tard !

 «La plupart des vies, malheureusement, sont cadavres d’humanité… La plupart des hommes sont portés par leur biologie au lieu de la porter. Ils meurent avant de vivre… C’est pourquoi, le vrai problème n’est pas de savoir si nous serons vivants après la mort, mais bien si nous serons vivants avant la mort.»

 Maurice Zundel, prêtre théologien

----------------------------------------------------------------------------------

Décembre-Janvier-Février 2023

Maurin Vanmeenen, nouveau doyen

Image11.jpg Depuis fin septembre, le père Maurin Vanmeenen est notre nouveau doyen. Il remplace le père Jean-Marie Atmaere à la tête du doyenné Tourcoing-Hauts de Lys avec la charge particulière des paroisses d’Halluin et Neuville-en-Ferrain, mais sera présent à Roncq dans la mesure des besoins et de ses disponibilités. Nous lui souhaitons la bienvenue et l’assurons du meilleur accueil dans notre paroisse du Christ-Ressuscité.

Bernard Declercq

 ---------------

Disparition de Benoît XVI

Image15.jpg Nous avons appris samedi 31 décembre 2022 le décès à 95 ans du pape émérite Benoît XVI, prédécesseur de l’actuel pape François, qui avait renoncé à sa charge en février 2013. De son nom d’origine Joseph Ratzinger, l’ancien archevêque de Munich avait été élu en 2005, à la mort de Jean-Paul II. Outre ses écrits théologiques de haut rang, il aura marqué l’histoire de l’Église par la décision inédite de sa démission.

Bernard Declercq

 ---------------

Quand les enfants du caté nous donnent l’exemple

 Le dernier samedi de novembre 2022 est consacré à la collecte pour la Banque alimentaire et c’est jour-là que les enfants du caté, le groupe 3 encadré par Isabelle Wavrant, ont choisi pour participer à cet élan de solidarité envers les plus démunis.

Image5.jpgImage6.jpg

Nous sommes bien là dans une action concrète, voulue par les enfants eux-mêmes. La collecte de denrées s’est déroulée devant le magasin Proxi au Blanc-Four et le magasin Carrefour Market au centre bourg avec l’aide des mamans. 75 kilos destinés à la Banque alimentaire ont pu être récoltés. Cela peut paraître modeste mais pour les enfants, c’était important de participer.

 Le carême : une étape vers Pâques

 Le mercredi 22 février (mercredi des Cendres), nous entrons dans le carême, une période de pénitence, de jeûne et d’aumône qui dure pendant les quarante jours précédant la fête de Pâques. Le carême est aussi la préparation au baptême des catéchumènes. On demande aux fidèles de faire preuve de solidarité. On résume souvent le carême à la pratique du jeune mais cette période pourrait surtout se concrétiser en venant en aide aux personnes dans le besoin. De nombreuses associations caritatives font déjà une œuvre remarquable comme la conférence de Saint-Vincent-de-Paul et les Restos du cœur. N’hésitez donc pas à les rejoindre ou apporter votre contribution. Votre carême sera ainsi bénéfique pour eux et vous aurez contribué à aider votre prochain comme le préconise l’Évangile. Ce sont les enfants du caté qui nous ont montré le chemin à suivre…

 Pascal Deneuville

 ---------------

La paroisse en images

 La fin d’année 2022  a été marquée par des animations mémorables :

 Image8.jpg

le concert d’adieu de Patrick Richard entouré de ses complices Steve Gernez et Hugues Fantino le soir du 26 novembre 2022 à Saint-Piat.

 Image9.jpg

la traditionnelle audition de Sainte Cécile de la formation musicale «la Jeanne d’Arc» le 27 novembre 2022 à Saint-Roch. Image10.jpg

à l’occasion des festivités préalables à Noël, le 10 décembre 2022, l’église ouverte proposait aux enfants des activités manuelles de création Image7.jpget bien sûr la veillée de Noël dans une église Saint-Piat pleine comme dans les plus grandes occasions.

 Bernard Declercq.

 ---------------

La Sainte du mois

Qui était sainte Bernadette ?

 Issue d’une modeste famille de meuniers, Bernadette Soubirou fréquente l’hospice de Lourdes, dirigé par les Sœurs de la Charité de Nevers depuis 1858, pour y apprendre à lire et à écrire. En février de cette année, alors qu’elle ramasse du bois la Vierge Marie lui apparaît près du rocher de Massabielle, dix-sept autres apparitions suivront au cours desquelles la Vierge Marie délivrera à Bernadette son message de paix et d’amour aux hommes. Par ces apparitions, la vie de Bernadette se trouvera changée à jamais. En 1866, elle entre finalement chez les Soeurs de la Charité de Nevers à Saint-Gildard pour y mener une existence humble et retirée avant de décéder le 16 avril 1879 à 35 ans. Elle sera béatifiée le 14 juin1925 et canonisée le 8 décembre 1925 par le pape Pie XI. Elle aimait rappeler : «La Dame m’a seulement demandé de vous le dire, pas de vous convaincre.» On la fête le 18 février.

 Daniel Lelion

 ---------------

REGARDS

 Le bonheur, ça s’apprend…

 Depuis janvier, c’est la période où l’on se dit «bonne année» : on souhaite à tout le monde beaucoup de bonheur. Mais après quoi courons-nous vraiment ? On veut le bonheur, on l’attend, on le cherche, on le trouve et parfois, on le laisse filer car ce bonheur peut être passager ou durable… Et c’est ce qui fait le bonheur, jamais acquis, toujours en mouvement, et sûrement pas réductible à un cahier de recettes. Mais à trop l’invoquer, le convoquer, ne risque-t-on pas l’overdose ? Voilà pourquoi nous avons cédé à la tentation avec un peu d’insolence en nous posant la question : «qu’est-ce qui nous rend heureux ?» Question capitale pour l’être humain, car chacun aspire à être heureux sans savoir toujours comment y parvenir. Chercher le bonheur ne doit pas être un but en soi. L’ONU a instauré une journée internationale du bonheur le 20 mars, jour du printemps… Bonne réflexion ! Car le bonheur, ça s’apprend. C’est comme une fleur qu’il ne faut pas cueillir : on l’admire, on s’en émerveille car son parfum est agréable.

 Daniel Lelion

 ---------------

NUMÉROS UTILES

Allez les jeunes !

 Graines d’avenir, nos jeunes auront la responsabilité du monde de demain. Quelques réflexions pour nous aider à les accompagner…

 Enseigner mais aussi éduquer !

«Toute l’écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice» > Lettre de saint Paul à Timothée 3.16

 Rechercher les bons exemples...

«C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous»

> Jean 13. 15

 «Mais discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le» > Lettre de saint Paul aux Tessaloniciens 5. 21

 «Celui dont on reconnaît la valeur n’est pas celui qui se recommande lui-même, c’est celui que le Seigneur recommande»b> Lettre saint Paul aux Corinthiens 10. 18

 Pas simple mais faire confiance reste essentiel

 «Fais confiance au Seigneur, agis bien, habite la terre et reste fidèle» > Psaume 36-03.

«Et notre foi au Christ nous donne l’assurance nécessaire pour accéder auprès de Dieu en toute confiance» > Lettre saint Paul aux Éphésiens 3. 12

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Jean Pierre Martins.

 ---------------

RESSOURCEZ-VOUS !

Aux jeunes et à tout le peuple de Dieu

 «Jeunes, ne renoncez pas au meilleur de votre jeunesse, ne regardez pas la vie à partir d’un balcon. Ne confondez pas le bonheur avec un divan et ne vivez pas toute votre vie derrière un écran (…) Il vaut mieux que vous laissiez germer les rêves et que vous preniez des décisions (…). Ne survivez pas avec l’âme anesthésiée, et ne regardez pas le monde en touristes. Faites du bruit ! Repoussez dehors les craintes qui vous paralysent, afin de ne pas être changés en jeunes momifiés. Vivez ! Donnez-vous à ce qu’il y a de mieux dans la vie ! Ouvrez la porte de la cage et sortez voler ! S’il vous plaît, ne prenez pas votre retraite avant l’heure !»

Image3.jpg

 Pape François, exhortation apostolique du 25 mars 2019 (n° 143)

----------------------------------------------------------------------------------

 Octobre-Novembre-Décembre 2022

La paroisse en images

Image5.jpg

 Le samedi 1er octobre 2022 le père Jean Apollinaire accueillait à l’église Saint-Piat les enfants des écoles Saint-François et Saint-Roch avec leurs enseignants et leurs parents. Coryne Knockaert nous raconte : «En ce début d’année scolaire, les élèves et leurs enseignants ont été invités à franchir le pas de la porte, la porte de tous les possibles.» C’est ainsi que Mmes Fourmantrouw et Knockaert, les deux directrices, ont été accompagnées par Hugues Fantino et Isabelle Wavrant pour célébrer le lien entre la paroisse et ses écoles. «Un grand moment de partage et de bonheur», concluent-elles.

 Image6.jpg

Image7.jpg

Image8.jpg

Prolongation de cette belle rencontre le dimanche 9 octobre toujours à Saint-Piat (photos 3 et 4 ) avec la traditionnelle messe des cartables animée par Choeur à Coeurs, et la mise à l’honneur de Véronique, la responsable des catéchismes du doyenné. Joie et émotion.

 Image9.jpg

Et le 1er novembre, au cimetière du Centre, avait lieu la bénédiction de la nouvelle croix par

le Père Jean Apollinaire (photo 5 ) en présence de Rodrigue Desmet, maire, et de Vincent Ledoux, député.

 Bernard Declercq

   ---------------

 

 

 

 

 

Les diffuseurs mis à l’honneur

Image10.jpg

 Le jeudi 10 novembre, les locaux du collège Saint-Thomas accueillaient une centaine de diffuseurs du journal paroissial. Juste reconnaissance du travail accompli inlassablement, contre vents et marées, par cette belle équipe de bénévoles, qui n’ont pas si souvent l’occasion de se retrouver et de prendre conscience de l’importance du groupe qu’ils forment ! Il faut le voir, cinq fois par an, son paquet de journaux sous le bras ou dans son sac. Pareil au semeur de l’Évangile, il diffuse partout la Bonne Nouvelle comme autant de graines qui ne demandent qu’à pousser… Bien sûr, comme dans l’Évangile, ses graines tombent autant sur un sol fertile que sur la rocaille hostile… Mais sa mission le pousse à supporter même la vision de celui qui déchire le journal ostensiblement. Véritable missionnaire des temps modernes, il prend bien soin de n’agresser personne car il sait que c’est un peu d’amour qu’il sème. Diffuseuses et diffuseurs, on ne vous remerciera jamais assez !

 Bernard Declercq

  ---------------

Les journaux paroissiaux à Lisieux

 Les responsables des journaux paroissiaux du nord de la France (de Mulhouse à Rouen) se retrouvaient cette année à Lisieux, comme ils l’ont fait l’an dernier à Raismes et en 2020 à Épinal. C’est la «petite» sainte Thérèse qui nous accueillait, laissant de côté pour un bref moment son statut de «docteur de l’Église», décerné par les plus hautes sommités de l’institution à cette jeune carmélite en vertu de sa vocation missionnaire.

Image11.jpgCe fut l’occasion de décorer notre ami Daniel Lelion de la médaille du Mérite diocésain pour les années consacrées à la presse paroissiale en tant que président de l’OTPP (Office technique de presse paroissiale), dans les traces de l’abbé Robert Verpraet, dont de nombreux Roncquois se souviennent encore. Félicitations, Daniel !

 Bernard Declercq

  ---------------

Vivement votre prochain Parcours Alpha !

Si vous ne connaissez pas encore le Parcours Alpha et tout ce qu’il peut vous apporter, n’hésitez pas à participer à un «dîner découverte» qui vous est proposé le mercredi 30 novembre de 20h à 22h15, à la salle paroissiale de Mouvaux, place De Gaulle (derrière Saint-Germain)

Inscriptions : alphabonduesmouvaux@gmail.com

---------------

La Sainte du mois

Connaissez-vous sainte Lucie ?

 Lucie, sainte très populaire, est née dans la ville de Syracuse en Sicile vers la fin du IIIe siècle. Lucie vient du mot latin lux, qui signifie lumière. Sa fête, le 13 décembre, pendant la période de l’avent, annonce la lumière qui approche. En Suède, il y a plus de quatre siècles, le culte de sainte Lucie a remplacé la fête païenne de la lumière et des mauvais esprits. Le 13 décembre, les jeunes Suédoises, vêtues de robes blanches, une bougie à la main et une couronne lumineuse sur la tête, font des processions avec «Lucia», une jeune fille élue pour incarner la sainte. Dans toutes les maisons, on célèbre la Sainte-Lucie. La tradition veut que l’on déguste des petits gâteaux en forme d’étoile. Ses reliques, vénérées à Syracuse, ont été transportées d’abord à Constantinople. Elles sont aujourd’hui à Venise. Rappelons que Lucie Dos Santos a été témoin des apparitions de la Vierge Marie à Fatima en 1917 avec ses cousins Jacinthe et François Marto.

 Daniel Lelion

  ---------------

RESSOURCEZ-VOUS !

 Va vers toi-même

 Va vers toi-même. Étonne-toi de toi.

Accueille la polyphonie qui t’habite. Les couleurs de ta palette sont plus nombreuses que tu ne l’imagines.

Réveille les lumières de ton vitrail intérieur.

As-tu déjà contemplé un vitrail de près ? Vu de l’extérieur, il paraît un peu gris et triste.

Il faut entrer dans le sanctuaire ou dans la maison. Et s’asseoir.

Pas seulement un jour, une fois.

S’asseoir souvent, quelques minutes, mais à des heures différentes, quand il fait beau soleil, quand il fait pluie, par temps de neige ou de brouillard.

Quelle vie, un vitrail !

À chaque saison du jour une lumière nouvelle. Assieds-toi près de toi, respire un bon coup, laisse un peu de souffle t’envahir, et dis-toi que le premier vitrail, c’est toi.

 Gabriel Ringlet

 ---------------

Quelques « numéros utiles » en cette période…

 Noël, lumière du monde

Image14.jpg

La lumière nous est indispensable. Du récit de la création à nos jours, elle stimule la vie et symbolise le salut.

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre…

Et dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. « Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres » Genèse 1, 3-4

Viens Esprit de lumière !

Pilier de notre foi, cette prière nous le rappelle : « Dieu est lumière, née de la lumière (…) et par lui tout a été fait. » Le Credo (Symbole de Nicée)

La lumière reste essentielle à la vie.

Dieu illumine nos vies, nombreux en sont témoins : « Je suis la lumière du monde » dit Jésus

« Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie ». Jean 8, 12

Et si l’on sortait de nos ténèbres pour vivre autrement ?

Tout ce qui apparaît clairement devient lumière. « Réveille-toi, toi qui dors ; relève-toi du milieu des morts, et le Christ t’illuminera » Lettre aux Éphésiens 5. 14

La lumière nous montre la route à suivre.

Pour se préparer à Noël, la période de l’Avent est aussi une marche vers la lumière.« Ta parole est une lampe qui éclaire mes pas, une lumière sur mon sentier » Psaume 119.105

 Composez la référence indiquée sur Internet et vous accéderez au texte complet.

----------------------------------------------------------------------------------

Juillet-Août-Septembre 2022

Y avez-vous pensé ?

 Vous êtes absolument débordé, vous n’avez pas fait trois ans de théologie, mais avez-vous pensé :

– que lorsque vous entrez dans une église quelqu’un a dû ouvrir la porte et devra la refermer ?

– que quelqu’un a nettoyé l’église ?

– que lorsque vous donnez à la quête, quelqu’un va compter l’argent et le déposer à la banque ?

Et si vous étiez ce «quelqu’un» ? Alors, rejoignez-nous, devenez-vous aussi bénévole de votre paroisse.

Laissez un SMS à l’un des numéros suivants : 06 15 69 67 40 – 06 61 46 04 88 – 06 40 46 39 23

Si vous avez un moment, pensez-y, merci !

 -------------------

NUMÉROS UTILES

Signes extérieurs de foi : vous y croyez ?

 Le signe de croix accompagne la prière, mais encore…

Ce geste symbolise à la fois la trinité et la crucifixion de Jésus-Christ. «Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, amen !» Il est le signe de reconnaissance des chrétiens. «Que les commandements que je teprescris soient inscrits dans ton coeur… Attache-les sur ta main et porte-les sur le front» > Deut 6. 4-9

 Y a-t-il des signes qui peuvent susciter la foi ?

Oui. Dans l’ordre du surnaturel, nous avons les miracles qui attestent que Dieu entend notre prière et y répond. Le Christ multiple les signes (guérisons, résurrections, etc.) pour éveiller notre confiance. «Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine» > 1 Corinthiens 15, 17

 La plus importante présence religieuse de tous les temps reste l’Église du Christ.

«Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église» > Matthieu 16, 18

 Comment distinguer les signes de Dieu dans notre vie ?

Jésus y répond sans esquiver la question : «Je suis le Pain de vie» > Jean 6, 35

 Dieu peut-il intervenir dans notre vie ? Oui, et souvent de manière inattendue…

«Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux» > Matthieu 18, 20

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

-------------------

REGARDS

Bonheur et Travail

 Février 1946, l’Assemblée nationale sous la tutelle du général de Gaulle définit un projet concernant les retraites. C’est Ambroise Croizat, ministre du Travail de novembre 1945 à mai 1947, qui est à l’origine de toute une série de mesures entrées dans l’histoire sociale : la Sécurité sociale, le système de retraite par répartition, les comités d’entreprise, la médecine du travail…

 Mais le ministre Ambroise Croizat connaissait-il la citation de Félix Leclercq qui déclarait : «Il y a trois bonnes choses dans le monde : le travail, le travail, le travail et c’est un paresseux qui vous le dit.» À la même époque, le romancier britannique Joseph Conrad disait : «Je n’aime pas le travail, nul ne l’aime mais j’aime ce qui est dans le travail, l’occasion de se découvrir soi-même.» Au travail, on oublie tout et, grâce à lui, apprécier une tâche fait oublier nos soucis quotidiens. Notre activité professionnelle nous permet aussi de faire des parenthèses car elle mobilise notre corps et oriente notre énergie vers un but précis. Elle peut aussi, plus tard, nous inciter au bénévolat. Dans ce domaine, les exemples ne manquent pas, surtout chez les retraités… Alors, bonheur et travail sont-ils inconciliables ? À l’heure où l’on évoque de nouveau l’âge du départ en retraite, il faut peut-être se souvenir de l’héritage social imaginé par le ministre du Général de Gaulle. À méditer…

Ambroise Croizat est décédé à l’âge de 50 ans et une rue de Roncq, dans le quartier du Lierre, porte son nom.

 Daniel Lelion

-------------------

Le Saint du Mois

Connaissez-vous saint François d’Assise ?

 Né en 1182 à Assise dans une famille de marchands qui faisait des affaires avec les Français, ce qui lui vaudra son prénom, François quitte sa famille plutôt aisée. Il fonde l’ordre des Frères mineurs avec douze compagnons, décidés comme lui à régler leur vie sur les béatitudes : pauvreté et détachement. François ne reste pas insensible au spectacle de la douleur et de la pauvreté. Au XIIIe siècle, il a l’idée de faire représenter la Nativité par les habitants en leur faisant tenir des rôles de personnages bibliques. Ce sont des crèches vivantes. Un peu plus tard se répandent les crèches domestiques composées de figurines pas chères. Elles sont un outil catéchétique cantonné aux églises. Au XIXe siècle démarrera la fabrication du fameux santon de Provence, qui veut dire «petit saint» en provençal. On fête François le 4 octobre.

 Daniel Lelion

----------------------------------------------------------------------------------

Avril-Mai-Juin 2022

Ordination de Thomas Zanetti


Image11.jpg

Le dimanche 24 avril 2022, après être passés dans l’isoloir pour l’élection présidentielle, une dizaine de Roncquois sont partis en covoiturage vers Saint-Wandrille, près de Rouen, où le frère Thomas Zanetti allait recevoir l’ordination sacerdotale. À 15 heures en l’église abbatiale, Thomas, moine bénédictin, a été ordonné prêtre «par l’imposition des mains et le don de l’Esprit saint» par monseigneur Lebrun, archevêque de Rouen, en présence de ses frères moines, prêtres, novices et séminaristes, tous en aube ou chasuble blanche.

Image12.jpg

En présence aussi d’une assistance très attentive et recueillie avec au premier rang ses parents Marie-Jo et Jean-Pierre et leur famille. Les chants grégoriens ont rappelé aux plus anciens le temps où la messe était célébrée en latin. Après la cérémonie, le nouveau prêtre a béni les participants volontaires puis un vin d’honneur fut servi dans le magnifique cloître de l’abbaye : bulles, jus de fruits ou bières de l’abbaye ! Saint-Wandrille est en effet la seule abbaye française qui fabrique de la bière.

 Christiane et Jean-Paul Canar

-----------------

La Paroisse en images :

Les célébrations de la semaine saintedu mois d'avril 2022

  ont amené de nombreux paroissiens dans nos églises.

Image6.jpg

Ainsi le 10 avril 2022 pour la bénédiction des rameaux

Image7.jpg

le jeudi saint et le traditionnel lavement des pieds

Image8.jpg

 ou la veillée pascale le samedi 16 avril 2022, cérémonie entamée sur le parvis de Saint-Roch 3 et animée par Choeur à Coeurs.

Image9.jpg

Image10.jpg

Mais la célébration qui fera date est celle de l’envoi en mission par le doyen Jean-Marie Atmeare du père Jean Apollinaire, curé de la paroisse, et de Stéphane Liagre, nouveau coordinateur

Bernard Declercq

--------------------

BÉNÉVOLES DE L’OMBRE

 Les dames du Blanc-Four

À la rencontre de bénévoles actives à la maison paroissiale Saint-Roch : Édith Lobet, Annette Lefebvre, Marie-Françoise Catrix et Marie-Hélène Lefebvre, mères de famille et grands-mères d’enfants devenus adultes…

Ces quatre dames assurent avec discrétion et efficacité pour notre communauté d’Église le rôle de relais au Blanc-Four. Elles jouent un rôle essentiel dans l’organisation de l’église ouverte, assurent l’accueil, l’écoute attentive et l’information en lien avec les équipes spécialisées comme l’accompagnement des pèlerinages locaux tels que Notre-Dame de La Marlière ou Notre-Dame des Fièvres. Elles constatent et déplorent la baisse des demandes de messes qui réconfortent les familles de croyants, prêtent une oreille attentive à tous ceux qui ont besoin d’une écoute, d’un conseil, d’une aide spirituelle.

Une seule demande de leur part pour cette équipe qui donne beaucoup : un apport de bonnes volontés pour l’entretien de nos deux églises. En effet, si l’esprit fonctionne toujours bien, le physique peine à suivre.

 Bernard Vandevelde

-------------------

REGARD

Repas en famille !

Depuis un certain temps, tout semble fait pour que ça se dispute pendant les repas. Pour faire court remontons jusqu'à la crise des gilets jaunes, celle que soutenait tata Rosine et papy Arsène. Autant dire qu'entre l'apéro et le dessert, c'était plutôt pénible. Quelques échanges d'amabilités dont je tairais les adjectifs pour rester poli. On a enchaîné ensuite avec le covid, les pro et les anti-masques, les pro et les anticonfinements, les pro et les anti vax. Le covid n'est pas encore derrière nous que viennent la présidentielle et les législatives. Là encore les avis sont contradictoires. Mais fort heureusement tout ça est bientôt fini. On trouvera bien autre chose, car nous sommes Français et les Français adorent se chamailler.

 Daniel Lelion

-----------

Le Saint du Mois

Connaissez-vous saint Benoît ?

 Benoît est né vers 480 dans une famille italienne très connue et très riche. Et contre toute attente, à l’âge de 14 ans après quelques années de vie solitaire il fait le choix de se retirer du monde et s’enfuit dans le désert de Subiaco pour s’y vouer à Dieu. Menant une vie très simple dédiée au renoncement et à la prière, Benoît accepte pour tout contact qu’un moine lui apporte chaque jour un peu de nourriture.

Sa réputation de sainteté et l’éclat de ses miracles lui attirent un grand nombre de disciples, ce qui lui permet de fonder des monastères puis la grande abbaye du mont Cassin qu’il dirige jusqu’à sa mort en 547. La «règle de saint Benoît» constitue la charte de la vie contemplative. Le principe fondamental de cette règle est «qu’en toutes choses Dieu soit glorifié». Cette gloire de Dieu, le moine veut y contribuer tout d’abord par l’action liturgique et la récitation de l’office qui occupe la majeure de son temps. Une judicieuse répartition des travaux manuels et intellectuels assure en outre au disciple de saint Benoît une formation religieuse profonde et les moyens de subsistance matérielle nécessaires à la vie autonome de chaque monastère.

Saint Benoît souhaitait que ces monastères fussent au milieu d’un monde bouleversé par le péché et la violence «des oasis de paix» et «de charité». Cette charité légendaire manifeste encore de nos jours par la pratique d’une large hospitalité envers quiconque se présente à la porte d’une abbaye bénédictine, comme celle bien connue du mont des Cats située à Godewaerselde, élevée en 1891 et reconstruite en 1926 par l’architecte Paul Destombes après la Première Guerre mondiale, à 158 mètres d’altitude. Une autre abbaye bénédictine, plus ancienne, est située à Wisques, l’abbaye des Hommes ou l’abbaye de Saint-Paul (près de Saint-Omer). Elle a été édifiée après la guerre de Cent Ans et complétée à partir de 1930.

Au calendrier, on le fête le 11 juillet.

 Daniel Lelion

-----------

RESSOURCEZ-VOUS !

«Petite boussole spirituelle pour notre temps»

extraits du livre d’Olivier Clément.

 «Il est curieux de voir avec quelle facilité beaucoup d’entre nous se privent du nécessaire. Il ne s’agit pas de nourriture, mais de la prière qui nous aide à nous retrouver nous-mêmes, à prendre de la distance et à nous rapprocher de la vie et des relations avec les autres, dans la prière personnelle et dans la prière commune. C’est une source d’énergie qui ne risque pas de s’épuiser.»

«Le dialogue n’est pas seulement une question religieuse. C’est la clé de la survie de la planète dans un monde où l’on a oublié combien la guerre n’est jamais la solution cliniquement propre qui permet d’expulser le mal du monde. Le dialogue est le coeur de la paix. Le monde renonce à la politique et choisit la voie militaire pour résoudre les conflits. Or la paix est le bien suprême, au-delà de l’aberration qui consiste à diaboliser l’autre.»

 «Mais aujourd’hui, il existe dans le monde des guerres oubliées qui ne peuvent pas finir parce que personne ne peut l’emporter et dans lesquelles on s’installe. Des enfants grandissent qui n’ont jamais connu et ne connaîtront autre chose que la guerre. Parfois une idole y préside, qui veut des sacrifices humains. Parfois la guerre devient une habitude mortifère. Beaucoup d’intérêts obscurs (ou trop clairs) utilisent cette violence qui dévore des peuples entiers et des générations entières.» «Il est que chaque chrétien, libre de ces hypnoses, travaille pour la paix.»

-----------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Garder le cap sur l’espérance Il nous arrive parfois d’être «déboussolé» et de chercher des repères bienveillants pour se rassurer. Eh bien voici quelques numéros utiles pour nous guider.

 Et si l’on commençait par croire…

«Demandez, vous recevrez ; chercher, vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira» > Matthieu 7 : 7

 L’omme ne se nourrit pas que d’amour et d’eau fraîche…

Est-ce trop peu pour toi que le réconfort de Dieu et la parole modérée qui t’est adressée ? > Livre de Job 15 : 11

 Seul ou en communauté, n’hésitez pas à prier…

Je vous salue Marie… ou la prière que Jésus nous a enseignée : Notre Père… > Matthieu 6 : 9-13

 Restez confiants !

«Soyez joyeux à cause de votre espérance ; soyez patients dans la détresse ; persévérez dans la prière» > Romains 12 : 12

«Car rien n’est impossible à Dieu» > Luc 1. 37

 L’Évangile : une boussole pour traverser les tempêtes

Pour revenir à l’essentiel, vous êtes invités à lire ou revisiter les évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean. De belles pages à partager pour l’été.

----------------------------------------------------------------------------------

Avril 2022

Thomas Zanetti va être ordonné prêtre le 24 avril 2022

Image1.jpg Le frère Thomas Zanetti, qui a passé sa jeunesse à Roncq à partir de 1980, est entré au monastère bénédictin de Saint-Wandrille de Fontenelle (Seine-Maritime) en 2001 et y a fait profession solennelle à la Toussaint 2006. Ordonné diacre le 13 décembre 2014, son père abbé l’a appelé au sacerdoce au service de ses frères. Il sera ordonné le dimanche in albis, dimanche de la miséricorde, 24 avril 2022 à 15h en l’église abbatiale de Saint-Wandrille par monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez vous manifester dans votre paroisse le plus rapidement possible selon les modalités qui seront précisées à Roncq et à Tourcoing (un covoiturage est possible).

Didier Stehlé

----------------------------------------------------------------------------------

Février - Mars 2022

La Paroisse en images :

Image4.jpg Image5.jpg

 Le 13 février, au cours de la messe dominicale, les paroissiens qui le voulaient ont pu recevoir du père Raymond Dhalluin le sacrement des malades

Image6.jpg

L’entrée en carême a été célébrée avec la traditionnelle application des cendres le mercredi 2 mars

Image7.jpg

Lors de la messe des familles du 6 mars, les enfants des catéchismes ont été invités à apporter des dons pour les réfugiés ukrainiens, affichant ainsi un beau mouvement de solidarité

------------------

Des nouvelles de Madagascar…

 Le frère Pierre Rakotoson, trappiste du Mont-des-Cats, est originaire de Madagascar. Il reste en liaison régulière avec le diocèse de Fianarontsoa où notre ancien curé est retourné depuis septembre dernier. Cette région sud de Madagascar a été durement touchée par le cyclone Batsirai courant janvier. Merci à Jean-François Berghe de nous avoir transmis le Trait d’union de Fianarontsoa, bulletin d’information qui donne des détails et des photos des dégâts causés par le cyclone. Vous pouvez consulter ces informations sur le site de la paroisse dont les coordonnées sont  https://paroisseroncq.wordpress.com

 … et du père Jean-Baptiste !

Image9.jpg «… Tout va mieux. Notre région avait subi un très fort cyclone avec beaucoup de dégâts. Un autre s’annonce qui passera plus au nord. Les communications sont perturbées. Je suis toujours sur plusieurs régions pour les formalités administratives. Nous suivons une session permanente pour une semaine sur la protection des mineurs et des personnes vulnérables contre les agressions sexuelles. L’assemblée est fort diverse et composée de prêtres et de quelques diacres. Je suis dans la catégorie des patriarches ! Nous sommes 73 prêtres et 65 grands séminaristes. Bonjour à toutes et tous ! Jean-Baptiste»

--------------------

GENS DE CHEZ NOUS

Des Roncquois sur le front du Covid

Image12.jpg

Bénédicte, Maxim et Marie-Christine,
des professionnels de santé sur le front !

 Retour sur les derniers mois de pandémie à Roncq et la mobilisation des habitants et des professionnels de santé.

 En ce début d’année, nous étions confrontés à la 4e vague de Covid-19 mutation omicron. La digue hospitalière a tenu bon, l’immunité vaccinale relative a contenu l’épidémie, même si nous ne sommes pas revenus à la situation d’avant la crise et si l’immunité vaccinale n’est pas totale. Dans notre secteur, l’hôpital Gustave-Dron a été le catalyseur des initiatives locales, l’agence régionale de santé a organisé la répartition des rôles localement, les municipalités ont réagi en mobilisant leurs services techniques, en mettant à disposition des locaux municipaux, en les adaptant en centres de vaccination et en mettant en place les moyens informatiques nécessaires à la mise à jour des données des pass sanitaires et pass vaccinaux, en mobilisant les CCAS afin de prendre en charge les personnes isolées. Un travail remarquable qui a aussi permis de révéler des situations difficiles. Des commerçants qui se sont inquiétés de l’absence de passage dans leurs boutiques de certains clients, en organisant des transferts vers les centres de vaccination. Une mobilisation de tous et toutes pour le bien commun. Pour y avoir participé activement Bénédicte Deleporte, infirmière libérale installée à Roncq, a connu des pointes à 1500 vaccins administrés par jour sur le secteur. Au début de l’année 2020, la clinique Saint-Roch a ouvert ses locaux et mobilisé son personnel pour répondre aux besoins immédiats, ainsi que les laboratoires d’analyse pour répondre aux besoins des centres de vaccination, de même les officines de pharmacie ont tourné à plein régime pour assurer l’approvisionnement en tests et vaccins. Un souci constant de ne pas gâcher une seule dose de vaccin, s’organiser, être efficace.

 Protégeons-nous pour protéger les autres

 Une application WhatsApp a été mise en oeuvre pour mobiliser et assurer les soins sans négliger les visites aux patients sous traitement. Ce n’est pas fini, mais cette crise sanitaire aura permis de jauger la résilience de notre système de santé, de sa capacité à s’adapter à la situation, à répondre aux besoins, à prendre en charge les plus vulnérables. Puissions-nous ouvrir les yeux sur les isolés, les discrets, les reclus. La vaccination protège, elle évite les formes graves, mais n’évite pas la contamination. Soyons attentifs à autrui, soyons solidaires, protégeons-nous pour protéger les autres. La date du 16 mars devrait marquer la fin des centres de vaccination dans notre secteur géographique de Roncq, Neuville, Halluin, Bousbecque, Linselles, Wervicq. 125 000 doses auront été administrées dans les différents centres de vaccination. Les pharmaciens assureront avec les cabinets infirmiers et les  médecins libéraux le suivi des vaccinations et les rappels. Bénédicte Deleporte Lempereur salue la coopération des professionnels de santé, des établissements hospitaliers, des cliniques locales, des municipalités et de leurs personnels techniques, des laboratoires, des pharmacies, des étudiants qui se sont jetés dans la mêlée. Un autre regard, des échanges constructifs, une volonté commune, la conscience et la satisfaction du devoir accompli même s’il y a eu des ratés, des incompréhensions parfois. On sort grandi d’une expérience telle que celle-là, on crée du lien social et professionnel.

 Bernard Vandevelde

--------------------

Témoignage de grands-parents

 Écoute des enfants et des petits-enfants qui n’est pas la même… Vibrer aux soucis et joies de chacun. Savoir apprécier et chérir l’amour de chacun. Remercier le Seigneur pour ce cadeau ainsi que la chance d’avoir la santé pour accueillir tout ceci. Quel bonheur d’être grands-parents quand tout se passe bien et que chacun y met du sien ! Être le lien entre tous. Je me fais appeler Babou… J’ai aimé ce nom car il représente pour moi la Mamma et sa «tribu». Et ce nom Babou dans la bouche d’un petit, c’est trop chou ! Mes petites-filles (nous n’avons que des petites-filles) me le disent tellement bien ! Les vacances sont source de retrouvailles. Un peu fatigant, mais tellement chouette ! Quel bonheur de vivre tout cela à deux, avec Dadou !

 Sylvie Pollet

--------------------

REGARD

La paix

Toi qui gardes sous la main ton fusil chargé,

Toi qui t’amuses à piétiner un champ de blé,

Toi qui souilles la source qui abreuve un village,

Toi qui fais ce qu’il faut pour brouiller un ménage,

tu ne mérites pas la Paix !

 Toi qui, pour arriver, écrases tes copains,

Toi qui tournes le dos quand on te tend la main,

Toi qui méprises ceux qui parlent de partage,

Toi qui, par tes déchets, salis le paysage,

tu ne mérites pas la Paix !

 Toi que l’injustice n’empêche pas de dormir,

Toi qui as pour devise «laissons les autres agir»

Toi qui cries «j’ai raison et tout le monde a tort

Et j’espère pour tout le monde que tout le monde est d’accord !»

Toi qui te fous du monde entier, qui te moques

bien du respect, tu ne mérites pas la Paix !

 Bernard Declercq

--------------------

 Le Saint du Mois

Qui était saint Hugues ?

 Promu évêque de Grenoble en 1080 à 27 ans par le pape Grégoire VII, Hugues trouve un évêché en proie aux déviations et aux mœurs les plus dissolues… Il va donc s’employer à aider ses ouailles à retrouver la foi. La tâche paraît considérable ! Après deux ans de succès relatif, il préfère la solitude du monastère de Cluny, mais le pape lui ordonne de poursuivre son action dans son diocèse. Dans les années qui suivent, Hugues viendra de temps à autre se ressourcer dans le calme et la solitude des murs de la Chartreuse fondée par saint Bruno. Au fil des années, son action finira par être salvatrice, la foi revenant chez les plus pauvres pour lesquels Hugues n’hésitera pas à vendre certains biens de son église. On le fête le 1er avril et ce n’est pas un poisson !

Daniel Lelion

--------------------

Numéros utiles :

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

La famille, un lien irremplaçable

 Quelques numéros utiles pour s’en rappeler…

 Parents et enfants : une histoire d’amour, alors…

«Honore ton père et ta mère afin de vivre longtemps dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne» Exode 20 : 12

 Pas toujours simple d’éduquer…

«Mon fils, garde les préceptes de ton père et ne rejette pas l’enseignement de ta mère» Proverbe 6 : 20

 En cas de coup dur, la famille reste un phare pour se ressourcer…

«Oh ! Qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble !» Psaume 133 : 1

 N’oublie pas d’honorer ton Père qui est aux cieux… Le Seigneur tout puissant dit encore : «Je serai pour vous un père et vous serez pour moi des fils et des filles» 2e lettre de saint Paul aux Corinthiens 6.18

 Jeune ou âgé, chacun est estimé…

«Les petits-enfants sont la couronne des vieillards et les pères sont la gloire de leurs enfants»

Proverbes 17 : 6

 ----------------------------------------------------------------------------------

Décembre 2021 - Janvier 2022

Que d’événements depuis mi-décembre ! La situation sanitaire qui n’en finit pas n’a pas empêché la paroisse du Christ-Ressuscité de témoigner de sa vitalité. Image6.jpg

Ainsi, le 15 décembre 2021 à Saint-Piat, les élèves du collège Saint-Thomas ont célébré la fin de l’avent

 Image7.jpg

 le 17, décembre 2021 ce fut au tour des résidents de la Colombe de participer

à une célébration anticipée de Noël

 Image8.jpg

Le 19 décembre, la Jeanne-d’Arc donnait son audition annuelle à Saint-Piat  Image9.jpg

tandis que la veillée de Noël était proposée aux familles et aux enfants à 17h dans cette même église  Image10.jpg   L’année 2022 commençait de façon festive avec la messe des familles du 9 janvier à Saint-Roch, au cours de laquelle deux jeunes enfants étaient baptisés le jour de la fête du baptême du Christ Image11.jpg

 Lors de la même cérémonie, l’équipe d’animation paroissiale a présenté officiellement ses vœux à la communauté paroissiale. Nous avons désormais le regard tourné vers Pâques !

 Bernard Declercq

  ----------

Mosaïque : une association tenace

Image4.jpgActive depuis 2006 à Roncq et Halluin, l’association Mosaïque propose une aide à toute personne désireuse d’apprendre la langue française ou d’en perfectionner la connaissance.

Des centaines d’heures de cours sont ainsi dispensées tout au long de l’année, soit en cours individuels, soit en cours collectifs, notamment à l’intention des demandeurs d’asile. Les demandes de cours ne sont pas toujours faciles à satisfaire et la vingtaine de bénévoles actuellement mobilisés accueillerait avec plaisir de nouveaux «collègues».

Si vous maîtrisez bien notre langue et que vous pouvez donner un peu de votre temps chaque semaine, n’hésitez pas à franchir le pas.

 Contacts : Édith Cornille (06 88 59 67 42) – José Merchez (06 73 67 14 91)

 José Merchez

 ----------

REGARD

«Tout s’est bien passé»

 Ce film de François Ozon évoque le sujet sensible de la fin de vie. Il s’agit d’un drame qui se joue autour d’un suicide assisté et qui interroge les consciences. En France, la loi en vigueur depuis 2016 encadre et définit les droits des personnes malades ou en fin de vie. Elle permet à chacun d’exprimer ses volontés sur la fin de sa vie, qu’il soit en bonne santé ou malade. En particulier, cette loi de 2016 réaffirme le droit du malade à l’arrêt de tout traitement et oblige également les professionnels de santé à mettre en œuvre tous les moyens à leur disposition en vue d’une fin de vie digne et accompagnée du meilleur apaisement possible de la souffrance. Elle encourage au maximum les soins palliatifs. Convenons qu’elle fait faire un pas vers une société plus humaine.

 Dans le film, le cinéaste reste très mesuré et veut se tenir à distance d’une intention ou même d’une position sur ce sujet. L’histoire met en scène André Dussolier, le père de 88 ans, victime d’un AVC sérieux et qui fait preuve d’un certain courage dans sa détermination. En même temps, il demande à ses deux filles jouées par Sophie Marceau et Géraldine Pailhas d’organiser sa fin de vie sans rien leur imposer. Tous ces acteurs donnent à cette histoire une émotion des plus justes, loin du côté mélodramatique qu’on aurait pu craindre. Ce film mérite d’être vu car si tout est complexe autour de la mort, le thème vaut bien une réflexion et même une discussion approfondie.

 D.L.

  ----------

Le Saint du Mois 

Connaissez-vous sainte Apolline ?

 Née et élevée à Alexandrie, Apolline se consacre très vite au Seigneur et fait état des vertus chrétiennes les plus authentiques. Lorsque de terribles persécutions s’abattent de nouveau sur les chrétiens, en 248, multipliant pillages et violences en tout genre, Apolline ne fuit pas, campée sereinement dans sa foi. Elle est arrêtée, menacée d’être jetée dans un brasier si elle ne renonce pas au Christ. Profitant d’un moment de liberté, alors que ses bourreaux pensent qu’elle va renier sa foi, à la stupeur générale, elle se précipite et se jette elle-même dans le feu. Au calendrier romain, on la fête le 9 février. Elle soignerait les violents maux de dents.

 Daniel Lelion

 ----------

Numéros utiles :

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Une bonne santé : un bienfait précieux ! Quelques numéros utiles pour s’en rappeler…

 Vivre le moment présent

«Ôte le chagrin de ton cœur et éloigne le mal de ton corps, car le jeune âge et l’adolescence partent en fumée» Ecclésiaste 11:10.

 Il soulage

«Il guérit ceux qui ont le cœur brisé, et il panse leurs blessures» Psaume 147.3.

 Soyez heureux… et que cela se remarque !

«Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os» Livre des Proverbes 17.22.

 Il n’est jamais trop tard pour aimer

«Vous servirez l’Éternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et votre eau. J’éloignerai la maladie du milieu de toi» Exode 23.25.

 Savoir rendre grâce

«Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps et dans votre esprit qui appartiennent à Dieu» 1 Corinthiens 6-19.20.

 Comme ton âme «Bien-aimé, je souhaite que tu prospères en tout point de vue et sois en bonne santé, à l’image de ton âme» 3 Jean 1:2.

----------------------------------------------------------------------------------

Octobre - Novembre 2021

Nouvelle organisation de la paroisse

 On a déjà eu l’occasion de le dire ici, la paroisse de Roncq vit des changements d’organisation en cette fin 2021. Le départ du père Jean-Baptiste a nécessité un remaniement dans la répartition des rôles à l’intérieur du doyenné et même au-delà. Ces changements sont mis en œuvre et accompagnés par l’abbé Jean-Marie Atmeare, nommé au 1er septembre administrateur de la paroisse du Christ-Ressuscité à Roncq. Il a accueilli et suivi l’installation de l’abbé Jean Apollinaire Aké qui nous arrive d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Le père Atmeare étant également nommé doyen de Tourcoing, il sera l’artisan d’une collaboration efficace entre les deux doyennés des Hauts de Lys et de Tourcoing. Il pourra compter sur l’appui de Sylvie Robe d’une part et Gauthier Beseme d’autre part, tous deux «modérateurs» de ces doyennés. En outre, la paroisse hébergera un «prêtre aîné» en la personne de l’abbé Raymond Dhalluin qui occupera l’appartement laissé libre après le décès de l’abbé Dominique Desplanque.

Image11.jpg

Les membres de l’EAP autour du père Jean-Baptiste :
Françoise, Cyril, Catherine et Pierre.

Image12.jpg  Image13.jpg  Image14.jpg

Les abbés Raymond, Jean Apollinaire et Jean-Marie.

Naturellement, l’organisation de la paroisse s’appuie aussi sur une équipe d’animation paroissiale renouvelée depuis le printemps. Françoise Vandamme, Catherine Danjou et Pierre Desmytter ont en effet rejoint alors Cyril Decrock déjà en place pour assurer la continuité de la vie paroissiale. Comme l’annonçait notre journal d’octobre, tout est en ordre de marche désormais pour faire entrer dans les faits ce nouvel élan plein de promesses. Bernard Declercq

----------------

La paroisse en images : Octobre- Novembre 2021 

Image6.jpg 

Image7.jpg

Le dimanche 3 octobre à Saint-Piat, c’était la fête des cartables. Comme à chaque rentrée scolaire, les écoliers ont apporté leur équipement pour la circonstance. C’est ainsi que le père Jean Apollinaire a béni les cartables puis les écoliers leur souhaitant une excellente année.

Image8.jpg

Trois nouveaux prêtres ont été accueillis comme il se doit le 17 octobre à Saint-Piat en présence du père Thierry Vandemoortele, vicaire épiscopal.

Image9.jpg

Une délégation ivoirienne a accompagné Jean Apollinaire de façon très sympathique.

Image10.jpg

Les équipes d’accompagnement des funérailles ont bénéficié d’une journée de formation au Centre du Hautmont le 18 octobre. Cette mission délicate suppose, au-delà des dispositions humaines requises, un savoir faire adapté. Merci aux bénévoles qui ne ménagent ni leur temps ni leur peine.

Bernard Declercq

----------------------------

Numéros utiles en ce temps de l’avent

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Cibler l’essentiel

En cette période de l’avent, il est judicieux de se recentrer et prendre du recul. «Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route» Psaume 24.04. «Restez éveillés et priez en tout temps…» Luc 21.36.

«Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle…» Jean 6.68.

 Faire de la place pour autrui

«Rendez justice au faible et à l’orphelin. Faites droit au malheureux et au pauvre» Psaume 82.3.

«L’homme dont le regard est bienveillant sera béni, parce qu’il donne son pain au pauvre» Proverbe 22.9.

 Faire acte de fraternité

Par vos dons ou votre accompagnement auprès des démunis, saurons-nous entendre et surtout répondre «Au cri silencieux des nombreux pauvres» pape François, 15.11.20.

 Prêts pour Noël ?

Bientôt Noël. N’oublions pas de rendre grâce au Seigneur… «N’ayez pas peur, car je vous annonce une bonne nouvelle qui sera une source de grande joie pour tout le peuple» Luc 2. 10.

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet. Bonne préparation pour fêter un joyeux Noël !

 ----------

 Vivement votre prochain Parcours Alpha !

 Les équipes des Parcours Alpha autour de nos paroisses Notre-Dame du Partage et Notre– Dame de la Lys sont heureuses de vous convier à leurs Parcours Alpha 2021-2022. Ouverts à tous, ils se dérouleront le mardi ou le jeudi à 20h pour dix semaines hors vacances scolaires. Le parcours que vous aurez choisi vous permettra de vivre des soirées conviviales dans un cadre ouvert, amical et détendu avec un bon repas, suivi d’une vidéo ou d’un topo sur le sens de la vie et la spiritualité chrétienne. Vous pourrez ensuite partager votre point de vue ou poser toutes vos questions avec un petit groupe bienveillant où les invités et leurs animateurs pourront s’exprimer librement avec respect et humour. La participation est libre et sans engagement.

 Deux parcours s’offrent à vous :

– le Parcours Alpha de Roncq a commencé le mardi 16 novembre mais vous pouvez encore vous inscrire au 06 77 24 78 29 ou sur alpharoncq@gmail.com

– Le Parcours Alpha de Comines-Wervicq, commencé le jeudi 18 novembre, se déroulera à Comines. Vous pouvez vous inscrire au 07 78 38 73 86 ou sur alphaclassic.comines@gmail.com

 Pour vivre ensemble ces belles rencontres avec encore plus de joie et d’enthousiasme, n’hésitez pas à inviter vos amis.

Isabelle Honoré

 ----------

Le panier du presbytère

 Depuis de nombreuses années maintenant, il y a une tradition qui s’appelle le «panier du presbytère». Cela consiste à s’occuper du repas de notre curé le dimanche. En moyenne, vous ne serez sollicités qu’une fois tous les deux ans. Néanmoins, de nombreuses personnes, pour des raisons diverses, souvent médicales ou de déménagement, ne peuvent ou ne veulent plus prendre en charge ce repas. Il faudrait donc de nouvelles familles bénévoles qui pourraient rejoindre notre équipe de paroissiens. >>Vous pouvez me joindre au numéro de téléphone suivant : 06 36 72 59 41. Merci beaucoup. Laurence Lippert

 ----------

LE SAINT DU MOIS :

Qui était saint Nicolas ?

 Originaire de Myre en Anatolie (la Turquie actuelle), il est difficile de démêler le vrai du faux dans les légendes merveilleuses de saint Nicolas. On sait toutefois qu’il renonce aux grandes richesses de sa famille et qu’il devient prêtre dès qu’il a l’âge requis. Il s’engage alors avec ferveur dans une vie de prière et de renoncement dédiée aux autres. Il souhaite se retirer à Myre dans la solitude mais il ne peut échapper longtemps à son destin. La mort de l’évêque de Myre le conduit à être élu à sa place. Réputé charitable et d’un grand cœur, dans la nuit du 5 au 6 décembre, il passe avec son âne dans toutes les maisons. Il apporte aux enfants très sages différentes friandises, en particulier les petits bonshommes en pain d’épice. C’est ainsi qu’il est devenu le patron des écoliers. Il mourut en 324. Le culte de saint Nicolas se répandit en occident à l’époque des croisades. De nos jours, sa fête est populaire dans le nord et l’est de la France, en Belgique, en Allemagne et en Suisse. Daniel Lelion 

  ----------

RESSOURCEZ-VOUS !

 Noël bientôt

Image16.jpgSi tu ne penses d’abord qu’à lorgner les vitrines pour savoir ce que tu vas acheter pour tes gosses, alors Noël c’est râpé. 

Si tu succombes au désir de tes mômes qui veulent une voiture de police, une mitraillette en plastique et la panoplie complète du para, Noël c’est râpé…

 Si tu commences à dresser la liste des gens à inviter en prenant soin d’exclure les chiants, les emmerdeurs, ceux et celles qui vont troubler la fête tranquille, Noël c’est râpé…

Mais si tu n’attends pas pour dire à l’ancienne qui vit seule, un mois à l’avance qu’elle sera ton invitée pour qu’elle savoure d’avance durant un mois ces quelques heures où elle sera reine, alors Noël c’est gagné.

 Si tu prends la peine de réfléchir à ce mystère d’amour et de pauvreté qui, au cours des âges, a été défloré, foulé au pied et travesti en fête égoïste, fête de beuverie et de gueuleton, alors Noël c’est gagné.

 Si tu continues dans l’année qui vient à vivre ce mystère en pensant que le partage c’est pas seulement l’affaire d’une nuit, alors Noël illuminera toute ton année ! 

Par Guy Gilbert

----------------------------------------------------------------------------------

Juin à Septembre 2021

Des têtes nouvelles à Roncq

 Alors que le père Jean-Baptiste boucle ses valises après la fête du 12 septembre 2021, la paroisse accueillera solennellement le 17 octobre 2021 de nouveaux prêtres. Nous aurons l’occasion de les présenter plus largement dans notre prochain numéro, mais nous avons voulu dès à présent vous présenter les visages de ceux que vous serez sans doute amenés à croiser en ville ou à l’église. Il s’agit des pères Jean-Marie Atmeare, doyen des Hauts de Lys et administrateur de la paroisse de Roncq, Jean-Apollinaire Aké qui arrive du diocèse d’Abidjan (Côte d’Ivoire) et Raymond Dhalluin, ancien curé de Renescure et Morbecque (Flandres françaises). Bienvenue à tous les trois !

 Bernard Declercq.

Père Jean-Marie ATMEAREImage20.jpg

Image21.jpg

 

Père Jean-Apollinaire Aké

 

 

Image22.jpg

Père Raymond D'HALLUIN

___________

DIMANCHE 12 SEPTEMBRE 2021

Messe d’action de grâce pour le père Jean-Baptiste

 À Saint-Roch, dimanche 12 septembre 2021, nombreux étaient ceux qui avaient voulu rendre hommage au père Jean-Baptiste, avant son retour à Madagascar. Tous les prêtres et diacres du doyenné étaient présents autour de celui qui a consacré neuf ans à la paroisse de Roncq.

 Célébration émouvante

L’église a été fleurie par Kévin, meilleur fleuriste de France, pour cette célébration émouvante et recueillie, animée par Chœur à Cœurs, auquel s’était jointe pour la circonstance une équipe de jeunes chanteurs malgaches appréciés.

Image14.jpg

 Père Sourire…

Puis ce fut le temps des allocutions, chaque intervenant mettant l’accent sur un élément de portrait ou une anecdote vécue. «Lors de notre première rencontre le 15 août 2012, ma maman me glisse à l’oreille : il a un beau sourire !» Après Sœur Sourire, nous découvrions Père Sourire ! Cette caractéristique de Jean-Baptiste est validée par tous ceux qui l’ont approché.

Image15.jpg

 Moment de rencontres

Rodrigue Desmet, maire de Roncq, évoque ses souvenirs de rencontres de travail avec le père Jean-Baptiste. Puis c’est au tour de Jean-Marie Atmeare, doyen de la vallée de la Lys, de saluer l’action accomplie pendant ces neuf années. Et chacun de remettre un cadeau souvenir qui rajoute à l’émotion… À noter que Vincent Ledoux, député de la circonscription, a exprimé son regret de ne pouvoir être de la fête. Un rayon de soleil bienvenu permet une photo de groupe sur le parvis de l’église, un souvenir précieux comme le sont les rencontres improvisées autour du verre de l’amitié. Au revoir Jean-Baptiste, merci pour ces neuf années ! Tous nos vœux pour tes nouveaux projets !

 Bernard Declercq

Image16.jpg  Image17.jpg

----------------

La paroisse en images

L’événement majeur de la période fut incontestablement la messe d’action de grâce pour le père Jean-Baptiste. Nous retraçons ce grand moment ci-dessus. Mais la paroisse a vécu d’autres temps forts depuis notre dernière parution. En voici quelques-uns : à la suite des travaux effectués dans l’église Saint-Piat

Image6.jpg  

Image7.jpg

Une équipe de bénévoles de la paroisse s’est retroussé les manches pour nettoyer à fond l’église, avant sa réouverture le 5 juin 2021 

 Image8.jpg

Ce qui a permis d’y célébrer les premières communions le 6 juin 2021 Image9.jpgImage10.jpg et d’organiser une cérémonie pour les habitués du pèlerinage de Lourdes, annulé en raison de la pandémie, cérémonie animée par le chanteur Steve Gernez le 12 juin 2021

 Image11.jpg

Par ailleurs, toujours à Saint-Piat, a eu lieu le 27 juin 2021 l’envoi solennel en mission de la nouvelle équipe d’animation paroissial

 Image12.jpg

Sans oublier les inscriptions au catéchisme à la maison paroissiale, le samedi 11 septembre 2021 .

Bernard Declercq

----------------

REGARD

Changeons nos habitudes !

 «Si nous unissons nos forces maintenant, nous pouvons éviter une catastrophe climatique mais il n’y a pas de temps à perdre ni d’excuses à trouver.» Cette déclaration récente est d’Antonio Gutteres, secrétaire général de l’ONU à l’union des dirigeants, des entreprises et de la société civile. Face aux événements extrêmes que le monde entier subit depuis quelque temps (chaleurs suffocantes à répétition, inondations considérables et redoutables), comment réagissons-nous chez nous ? Dans le contexte des prochaines élections, c’est peut-être l’occasion d’y penser sérieusement car les Français sont directement menacés. On pourrait envisager un ministère ne s’occupant que des catastrophes naturelles… Nous ne reviendrons jamais au climat d’il y a trente ou quarante ans. Cette administration choisirait les interactions entre la croissance du pays et le climat. Ce serait un service très puissant qui permettrait de lutter contre les émissions de carbone. Il y a un an, les épidémiologistes étaient très nombreux à penser que nous ne parviendrions jamais à trouver très rapidement un vaccin pour lutter contre la Covid-19. Les experts se sont trompés fort heureusement et plusieurs vaccins ont été découverts en quelques mois. Quelle chance ! Mais peut-être faudra-t-il aussi changer nos habitudes pour remettre en question nos processus de fabrication en entreprises, le changement de nos déplacements et voyages mis en place depuis un certain temps ?

 Daniel Lelion

 ----------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Bruno ?

 Originaire de Cologne, en Allemagne, Bruno naît en 1030. Il fait ses études à l’université de Paris et y enseigne la philosophie. Après quoi, il est promu chanoine à Reims et devient recteur de l’université. Esprit vif et brillant, il est considéré comme l’un des hommes les plus cultivés de son époque. Mais les scandales du monde vont peu à peu lui faire perdre sa tranquillité au point qu’il va ressentir le besoin de plus en plus pressant de se rapprocher de Dieu pour ne se vouer qu’à Lui. Il essaie de vivre dans une totale solitude mais cette existence ne lui convient pas non plus. Finalement, l’évêque de Grenoble lui fait don d’un lieu retiré dans les montagnes, plus exactement dans une vallée sauvage appelée Chartreuse où Bruno et six de ses compagnons s’installent en juin 1084. Il mène une vie de retraite, de prière et de solitude jusqu’au jour où le pape Urbain II l’appelle au service du siège apostolique. Il devient

alors conseiller du pape. Il obtient de celui-ci d’établir un nouvel ermitage en Calabre. Laissant derrière lui un ordre des Chartreux, il y mourra en 1101. On le fête le 6 octobre, le jour de sa mort.

 Daniel Lelion

 ----------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Pour un nouvel élan, nouveaux «numéros utiles» Soyez audacieux et confiants, l’avenir s’éclaircira.

 Osons !

«Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira» Matthieu 7, 7.

 Faire confiance

«Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire» Jean 15, 5.

 Se faire accompagner

«Décharge ton fardeau sur le Seigneur : il prendra soin de toi. Jamais il ne permettra que le juste s’écroule» Psaume 54-23.

 Vous bénéficiez de talents : exploitez-les !

Chacun reçoit selon ses capacités. À nous de les faire fructifier au bénéfice des autres. Voir la parabole des talents : Matthieu 25, 14-30.

 Divine providence

«De tout ton cœur, fais confiance au Seigneur, ne t’appuie pas que sur ton intelligence» Livre des Proverbes 3, 5.

 ----------------

RESSOURCEZ-VOUS !

Se préparer à de nouveaux enjeux…

 Se préparer, c’est accueillir en nous tout ce qui peut advenir dans notre vie et l’accepter non comme une fatalité, mais en essayant d’en découvrir le sens.

 Se préparer, c’est aussi se laisser bousculer par les appels qui nous viennent des autres en nous invitant à changer, à repenser nos manières de sentir et d’agir.

 Se préparer, c’est faire le vide en apprenant le discernement, c’est-à-dire laisser l’inutile, le superflu, afin de donner davantage de place à l’essentiel pour la conduite de notre vie.

 Se préparer, c’est mettre son coeur en éveil, à l’affût de tout ce qui peut nous convertir en profondeur au-delà des émotions et des frémissements, ceux justement qui se vivent sans faire bouger en profondeur.

 Se préparer, c’est se risquer à Dieu avec tout ce que cela signifie de bouleversements, d’étrangetés, de surprises, pour aller au bout de la rencontre.

 Robert Riber

_________________________________________________________________________________

Avril - Mai - Juin 2021

L'équipe d'animation paroissiale renouvelée

 Extraits de la lettre aux paroissiens du père Jean-Marie Atmaere,

doyen des Hauts de Lys.

Image1.jpg« Bien chers amis, n’ayant pu le faire de vive voix les 10 et 11 avril derniers, je suis heureux de venir vers vous pour vous annoncer les nominations concernant votre paroisse du Christ-Ressuscité et de notre doyenné des Hauts de Lys.

 Le 19 mars, en la fête de Saint-Joseph, notre archevêque Monseigneur Laurent Ulrich, après avoir consulté le conseil épiscopal, a nommé Françoise Van Damme, Catherine Danjou et Pierre Desmytter à l’équipe d’animation paroissiale de la paroisse du Christ-Ressuscité à Roncq. Ils rejoindront Cyril Decrock et le père Jean-Baptiste Rakotorahalary.  J’aurai la joie de venir le dimanche 27 juin au cours de la messe de 10h45, accompagné de Gauthier Beseme, modérateur du doyenné, leur remettre leur lettre de mission. »

----------------

La paroisse en images

Ce printemps 2021 a encore été marqué par les contraintes sanitaires historiques… Cela n’a pourtant pas empêché les paroissiens de participer à toutes les célébrations maintenues avec les précautions d’usage !

Image9.jpg

Ainsi, la cérémonie des Rameaux le 28 mars 2021 à Saint-Roch

Image10.jpg

ou celle de la Passion le 2 avril 2021 toujours à Saint-Roch

Image11.jpg

Le père Jean-Baptiste, bien que masqué, n’a pas effrayé les jeunes en leur remettant leur évangile à Saint-Piat le dimanche 25 avril 2021

Image12.jpg

 

 

Image13.jpg

 

 

 

 

 

 

et, à Saint-Piat encore, le dimanche 2 mai 2021, la « première vague » des premières communions a donné lieu à une célébration animée par l’ensemble Choeur à Coeurs .

 

Espérons cependant retrouver à la rentrée des conditions plus sereines…

Bernard Declercq

----------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Contre le virus du découragement,

osons le vaccin de l’espérance !

Il ne faut jamais perdre espoir, dit-on. C’est ce que nous rappellent les Saintes Écritures.

 L’espérance s’exprime et se nourrit dans la prière.

« Ayez la joie de l’espérance, tenez bon dans l’épreuve, soyez assidus à la prière. » Lettre de saint Paul apôtre aux Romains 12, 12.

 Prenez soin de vous !

« Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église. » Lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens 5, 29.

 Mettons de l’optimisme dans notre espérance.

« Tu m’apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices ! » Psaume 15. 11.

 15 août : Je vous salue, Marie !

En ce jour d’Assomption, rappelons-nous que Notre-Dame est apparue à Banneux (Belgique) du 15 janvier au 2 mars 1933, et s’est présentée comme « La vierge des Pauvres ». Elle nous a confié : « Je viens soulager la souffrance » puis « Croyez en moi, et je croirai en vous ». « Les pauvres d'aujourd’hui - et il y a tant de manières d’être pauvre ! - se sentent chez eux à Banneux. Ils viennent chercher ici le réconfort, le courage et l’union à Dieu dans leur épreuve… » Saint Jean-Paul II - le 21 mai 1985.

----------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Ignace de Loyola ?

 Né à Azpetia en Espagne en 1491, il mène jusqu’à 30 ans la vie plutôt libre de la chevalerie de son temps. Blessé au siège de Pampelune en 1521, il se trouve réduit à l’inaction pendant un long moment. Il se convertit. Aussitôt guéri, il se retire dans la solitude à Manrèse et consigne par écrit un guide de méditations devenu célèbre : les «exercices spirituels». Il aspire à former des chrétiens attachés à la personne du Christ. Il leur impose un voeu spécial d’obéissance au pape, en vertu duquel ils sont prêts à servir l’Église en n’importe quelle région du monde. Il décide de devenir prêtre pour être plus utile à l’Église. Au cours de ses études à Paris, une équipe d’étudiants se regroupe autour de lui pour fonder la compagnie de Jésus, les Jésuites, actuellement présents dans le monde entier. L’Église le range parmi les plus hauts mystiques de son temps. Ignace meurt à Rome le 31 juillet 1556, date de sa fête au calendrier 2021. Il a été canonisé le 12 mars 1622. (Le pape François est un jésuite)

 Daniel Lelion.

----------------

SE RESSOURCER :

Silence… Tu nous fais du bien

Méditer jour après jour.jpg « Le silence est aux bruits ce que l’ombre est à la lumière, ou le sommeil à la veille : une autre face, indispensable. L’envahissement permanent du bruit est toxique, il participe à l’accumulation d’excitations que nous impose la vie dite « moderne ». Même s’il est intéressant (les infos à la radio), même s’il est harmonieux (la musique partout), sa présence constante nous fatigue, nous affaiblit, empêche notre esprit de respirer, puis de fonctionner, comme une sorte de bavardage constant qui prendrait la place de notre pensée. Alors il faut se rappeler la puissance du silence, caisse de résonance des bruits de la vie. Pas forcément le silence complet, mais sa présence entre les sons, entre les moments où le bruit est inévitable (un trajet en ville) ou souhaitable (les discussions et la musique d’une soirée de fête). Les temps de silence sont comme des respirations, des parenthèses : des mises en valeur des sons que nous aimons, et des soulagements de ceux qui nous indisposent. Puissance du silence et de son cousin, le calme. Qui n’est pas l’absence de bruits mais de paroles inutiles, d’interventions artificielles. Le silence et le calme nous permettent ainsi d’entendre et d’écouter toutes les musiques de la vie. »

 Extrait de «Méditer, jour après jour», de Christophe André, Éditions L’Iconoclaste

  ---------------------------------------------------------------------

Février - Mars - Avril 2021

Notre journal paroissial aux archives diocésaines de Lille

Image9.jpg

Début février 2021, nous avions rendez-vous aux archives diocésaines pour effectuer un dépôt d’une collection de notre journal paroissial « Roncq 2 églises, 1 cité ». L’occasion pour nous de rencontrer Frédéric Vienne, l’archiviste diocésain de Lille.  Depuis plusieurs mois maintenant, nous avions réuni une collection, malheureusement incomplète, d’anciens exemplaires de notre journal paroissial et notre intention était de les remettre aux archives diocésaines de Lille. Nous avons pris rendez-vous avec Frédéric Vienne, l’archiviste diocésain. Il nous informe que la collection du journal paroissial de Roncq est effectivement incomplète à la suite des aléas de la diffusion entre l’imprimeur et l’arrivée dans les archives du diocèse. C’est donc très intéressé par notre dépôt qu’il nous a accueillis au sein des impressionnants rayonnage

Image10.jpgTrois kilomètres de long

Les archives diocésaines représentent un linéaire de plus de trois kilomètres de long. Après notre dépôt, Frédéric Vienne nous invite à visiter le sous-sol où est entreposée la mémoire du diocèse. Impressionnant ! On se rappelle qu’en mars 2014, nous avions déjà remis aux archives diocésaines le registre des annales de la paroisse Saint-Piat, rédigé par les curés successifs entre 1837 et 1966, un manuscrit qui relatait les multiples événements qui ont émaillé cette période.

 Un appel

 Frédéric Vienne profite de notre visite pour lancer un appel afin de reconstituer la collection complète du journal paroissial Roncq 2 églises, 1 cité. Si vous possédez des anciens exemplaires du journal ou des documents et revues chrétiennes dont vous n’avez plus l’usage, n’hésitez pas à nous les confier en prenant contact avec un membre de la paroisse que vous connaissez. Nous les remettrons ensuite aux archives diocésaines. Nous avons profité également de cette visite pour remettre à Frédéric Vienne les archives photographiques personnelles de l’abbé Dominique Desplanque, décédé en février 2019.

 Les archives diocésaines peuvent être consultées sur rendez-vous : les archives des paroisses St-Piat et St-Roch à Roncq sont conservées sous les cotes 286 P et 287 P.

 Pascal Deneuville

----------------

 Vie de la paroisse : Janvier - Février - Mars 2021

La paroisse en images

Image5.jpg

Le  samedi 23 janvier 2021 à Linselles avait lieu la cérémonie des confirmations du doyenné. Un moment plein d’émotion sous la présidence de Monseigneur Hérouard, évêque coadjuteur de Lille.

 Image6.jpg

Beaucoup de recueillement aussi le mercredi 17 février 2021 pour la cérémonie des Cendres à Saint-Piat destinée aux collégiens de Saint-Thomas, qui ont illustré avec des pavés le poids de nos zones d’ombre.Image7.jpg

Le soir, ce fut le tour des paroissiens, toujours avec les précautions d’usage (photo 3). Image8.jpg

Une cérémonie supplémentaire avait été prévue le dimanche suivant (photo 4) pour ceux qui avaient été empêchés le mercredi à cause du couvre-feu. 

Image1.jpgLes conditions actuelles n’ayant pas permis de fêter comme elle le mérite sœur Thérèse, Olivier et Lucile, deux anciens moniteurs de « Retrouvailles et Départs » lui ont rendu visite le 2 mars dernier (photo 5). Nombreux sont les Roncquois qui ont eu la chance de trouver sur leur chemin cette religieuse dynamique et accueillante qui fêtait le 11 mars ses 90 ans ! Joyeux anniversaire sœur Thérèse !

 

Bernard DECLERCQ

 

 

------------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

N’oublie pas ta vie intérieure… En ces temps d’arrêt imposé, nous cherchons des repères pour activer notre confiance en l’avenir. Face à cette situation inédite, les textes bibliques nous interpellent.

 Éveille la source qui est en toi

« Car auprès de toi est la source de la vie. » Psaume 36,9

« Il donne la force à celui qui est fatigué et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. » Isaïe 40,29

 L’écoute du silence

Pas évident d’en bénéficier mais lorsqu’on s’accorde une pause, le silence agit, des solutions se manifestent. « Faites silence pour m’écouter ! » Isaïe 41,1.

« Ne vous faites pas de souci pour demain, à chaque jour suffit sa peine. » Mt 6,34.

 « Viens, suis-moi ! »

Bien que les soucis, la maladie, le deuil soient présents dans notre quotidien, chaque personne peut placer sa confiance en Dieu. Marc 10,21.

« Pourquoi avez-vous si peur ? N’avez-vous pas encore confiance ? » Marc 4,40.

 L’humilité, un chemin vers Dieu

Une véritable connaissance de soi contribue à se laisser transformer. Encore faut-il l’accepter.

« Garde ton cœur plus que tout autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. » Pr 4, 23.

 Ne reste pas seul !

Nous sommes souvent confrontés à de douloureuses divisions. Ce n’est pas une raison pour se retrancher du monde. En revanche, Jésus propose l’unité, la paix et la réconciliation.

« Dites la vérité chacun à son prochain ; jugez dans vos portes selon la vérité et en vue de la paix. » Zacharie 8,16.

« Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. » 1 Jean 4,7.

 ----------------

SE RESSOURCER :

 Le test des trois passoires

 Quelqu’un arriva un jour, tout agité, auprès du sage Socrate, et lui dit :

– Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?

– Un instant, répondit Socrate. Avant que tu ne me racontes tout cela, j’aimerais te faire passer un test rapide. Ce que tu as à me dire, l’as-tu fait passer par les trois passoires ?

– Que veux-tu dire ?

– Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, reprit Socrate, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est vrai ?

– Non, pas vraiment, je l’ai seulement entendu dire.

– Très bien ! Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Voyons maintenant, essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?

– Ah, non ! Au contraire !

– Donc, continue Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es pas sûr qu’elles soient vraies. Voyons tout de même si cela peut encore passer le test, car il reste une passoire : celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

– Euh, non, pas vraiment !

– Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, je n’ai aucune envie de l’entendre !

----------------

REGARD

 Photo Père Jean-Baptiste.jpgNotre curé retourne à Madagascar

 L’autre jour, un paroissien de Roncq qui sait tout m’a dit que Jean-Baptiste, le curé de notre commune, retournerait chez lui à Madagascar. Il est arrivé en juillet 2012. De son nom Rakotorahalahy, Jean-Baptiste est le deuxième d’une famille de dix enfants. Son père était agriculteur comme 90 % des Malgaches. Sa mère restait au foyer. Il a fréquenté l’école à partir de l’âge de 10 ans car c’était beaucoup trop loin. Puis ce fut le collège situé à 8 kilomètres… à pied bien sûr. Pour gagner du temps, il ne mangeait pas le midi. Une petite pause suffisait pour se requinquer. Influencé par le prêtre de la paroisse, Jean-Baptiste entre au séminaire à 16 ans. Il est ordonné prêtre le 15 août 1982. En arrivant à Roncq, il a fallu qu’il s’adapte ! « Mais c’est vrai, reconnaît-il, la paroisse est bien structurée grâce à l’équipe d’animation paroissiale et les nombreux mouvements et services mis en place par ses prédécesseurs fonctionnent plutôt bien, comme l’équipe de notre journal qui a fêté son 200e numéro en février. De plus, à Roncq, la nature est proche. Une chance qu’il faut garder à l’esprit : le confort de la ville mais la tranquillité de la campagne. »

 Daniel Lelion

--------------

GENS DE CHEZ NOUS

 Au cœur des Restos

Image17.jpg

L’équipe des bénévoles, démasqués le temps de la prise de vue.

 Plusieurs associations de solidarité aident les plus démunis sur notre commune. Aujourd’hui, coup de projecteur sur l'équipe des Restos du Cœur de Roncq.

 Accueillir et écouter. Le quotidien reste difficile pour certains d’entre nous et l’on ne mange pas toujours à sa faim dans tous les foyers… Dans les locaux de l’Orangerie, mis à disposition gracieusement par la mairie, s’active deux fois par semaine une équipe d'une quinzaine de bénévoles mobilisés pour accueillir et aider des personnes de Roncq qui souhaitent une assistance alimentaire. Sous la responsabilité de Raymond Pouchelle, deux campagnes sont programmées sur l'année. L'une en hiver, l’autre en été pendant laquelle les plus défavorisés sont reçus en priorité. À chaque arrivée, quelques mots chaleureux sont partagés avec le sourire et un accueil-café est proposé en période normale.

 Les bénéficiaires. Sur le plan local, on enregistre actuellement aux Restos du Coeur : 137 personnes dont 68 familles et 11 enfants de moins de 18 mois. Au préalable, les bénéficiaires doivent justifier de leurs revenus et charges pour prétendre aux dons de l’association. Afin d’éviter toute injustice entre chaque situation familiale ou individuelle, un nombre de points est attribué permettant de bénéficier de nourriture en quantité fixée.

 La distribution. Elle se déroule dans une ambiance bienveillante et particulièrement organisée. Des produits frais aux conserves en passant par les surgelés et le pain quotidien, chaque consommable respecte la réglementation. Les quantités distribuées restent importantes – 600 kilos par semaine – et ne se réduisent pas au fil du temps..Les approvisionnements sont issus du stock central des Restos, mais également des surplus de commerçants roncquois (qu’ils en soient vivement remerciés). De plus, chaque année, bon nombre de personnes participent activement aux collectes nationales et départementales des Restos car « ils » comptent effectivement sur vous ! Merci encore d’y contribuer.

 Utiles et polyvalents. Lors des distributions, les bénévoles s’activent : chacun sa place mais tous polyvalents. La veille, il faut réceptionner les consommables (au naturel, en conserves ou surgelés), ensuite gérer les stocks, ranger, distribuer, nettoyer les locaux… Et recommencer ! Dans un esprit amical, cette mission de solidarité est parfaitement assumée par l’ensemble de l’équipe.

 Des petites choses qui font du bien. Une coiffeuse bénévole et un écrivain  public proposent gratuitement leurs services, particulièrement appréciés. Des produits pour bébé ou d’hygiène sont également distribués selon les arrivages. Selon les opportunités, des compléments peuvent être remis en cours d’année : telles ces boîtes de cadeaux et de jouets offerts à Noël par un collectif local pour la joie et l’étonnement des destinataires.

 Témoignages. Que l’on soit aide-bénévole ou bénéficiaire des restos, chacun reconnaît la joie d’offrir ou le plaisir de recevoir. Leurs propos en témoignent : « On ne doit pas se plaindre lorsque l’on constate la misère toute proche… Se sentir utile dans une sympathique équipe… » Mais surtout : « Si les restos n’existaient pas, ça serait très compliqué ! Bravo Coluche et merci à tous pour cette formidable chaîne de solidarité et… de charité ! »

 Jean-Pierre Martins

---------------------------------------------------------------------

Janvier - Février 2021

Équipe d’animation paroissiale (EAP)

La nouvelle EAP présente ses meilleurs vœux Image2.jpg

Il ne suffit pas de se souhaiter un bonheur pour tous, pour qu’il advienne, il faut en créer les conditions, chaque jour. Notre monde demeure à construire par ses habitants et n’est pas établi définitivement. Notre société est sans cesse à repenser pour essayer de la rendre plus juste et plus fraternelle et tous, en 2021, nous devrons encore y travailler, nous y engager.

-----------------------

Vie de la paroisse : Novembre-Décembre 2020

et Janvier 2021

Image5.jpg

Les 27 et 28 novembre, alors que la traditionnelle Banque alimentaire ne pouvait se dérouler comme d’habitude en raison des contraintes sanitaires, les responsables roncquois de Saint-Vincent-de-Paul avaient organisé une collecte de denrées non périssables dans les halls d’entrée des deux églises de la paroisse. Nombreux sont celles et ceux qui ont fait de cette initiative une réussite. Et côté bénévoles, la valeur n’attend pas le nombre des années ! 

Image6.jpg

  De même, la tombola annuelle de Saint-Vincent-de-Paul n’ayant pu avoir lieu à la salle Catry, fermée au public, c’est en l’église Saint-Roch que cette opération caritative a été organisée. À situation exceptionnelle, conditions exceptionnelles ! 

Image7.jpgToujours à cause des mesures sanitaires en vigueur, les responsables de la paroisse ont choisi cette année de répartir l’assistance aux messes de Noël sur plusieurs dates, afin de garder l’effectif maximum autorisé pour chaque cérémonie. C’est ainsi qu’une messe des familles était programmée le dimanche précédant Noël, le 20 décembre à 10h45 à Saint-Piat pour les enfants des catéchismes et leurs familles. Cette messe, animée par l’ensemble Chœur à Cœurs, a permis aux enfants de vivre la belle histoire de la Nativité loin des bousculades habituelles. 

 

Image8.jpg

Naturellement, la veillée de Noël, le 24 décembre, a été l’occasion de célébrer la naissance du Sauveur lors de deux messes, l’une à 10h45 à Saint-Piat avec un baptême pour l’occasion et une autre à 17h, tandis qu’une autre avait lieu à 19h à Saint-Roch. L’année 2021 a commencé en beauté avec une première messe des familles le dimanche 3 janvier à 10h45 à Saint-Roch. Chœur à Cœurs était encore de la partie ! Reste à savoir de quoi les prochains mois seront faits… (photo 4).

 Bernard Declercq

------------------------

LA MAGIE DU DON

 «Dis Maman,

si l’on offrait des cadeaux aux enfants moins chanceux ?»

Image4.jpg En octobre dernier, Adam, un jeune Roncquois, ne pouvait pas mieux s’exprimer pour amorcer un véritable conte de Noël… De cette proposition inattendue, quelques mamans se consultent sur l’opportunité d’une collecte locale. Elles s’organisent, communiquent sur les réseaux sociaux pour recueillir des dons, particulièrement au bénéfice d’enfants. Le succès est immédiat. Pour mieux gérer le flux de présents, un rapprochement est effectué auprès de groupements d’entraide de la métropole. Le projet évolue pour finalement proposer à Noël une boîte remplie de surprises à offrir aux plus démunis de tous âges de notre secteur.

 Sous l’influence d’Ingrid, un collectif est créé mi-novembre sous les initiales ALIA (Amélie, Lydie, Ingrid, Axelle), toutes mamans motivées pour ce noble projet. À l’appel des organisatrices, des commerçants roncquois proposent de recueillir et de fournir des dons. Belles initiatives locales.

 Définir le cadeau

  L’idée d’un conditionnement type «boîte à chaussures» est retenue. Son contenu de surprises est défini : aliments festifs (friandises, biscuits…), produits de soins d’hygiène ou de beauté, accessoires qui tiennent chaud (gants, bonnets, écharpes…), petits jouets, livres, peluches… Les produits usés, même un peu abîmés, seront exclus. L’information circule, les dons affluent. Certaines écoles offrent leurs compétences pour faire rédiger par les enfants une carte de Noël avec un petit mot chaleureux, messages remis dans chaque colis.

 Communication et soutien

 Informés par cette démarche, le maire de Roncq et ses services apportent un rapide soutien par l’impression de tracts et la mise à disposition ponctuelle d’une salle municipale, d’une camionnette et d’accessoires d’emballage. Cette aide bienvenue permet aux organisatrices d’élargir l’information, de faciliter la préparation et l’emballage des boîtes dans d’excellentes conditions.

 Distribution

 La collecte dépasse six cents boîtes courant décembre et dépasse les espérances. Les organismes d’entraide auprès des démunis seront les bénéficiaires de cette opération. Quelques exemples : réseau Eole, Les Restos du coeur, les équipes de Saint-Vincent-de-Paul…

 Tisser des liens

 Cette initiative a permis de créer de véritables liens sur Roncq et en métropole. «Quel plaisir de se dire que le soir de Noël, nos boîtes seront ouvertes et procureront joie, bonheur et réconfort», témoignent les responsables. C’est chose faite, puisque ces lignes paraîtront fin janvier…

Image3.jpg

 Félicitations à ALIA et nombreux serons-nous pour vous soutenir en décembre prochain !

J.P.M

 A noter : anecdote derrière cette histoire, le jeune Adam, à l’origine de cette belle initiative, est né un 24 décembre, à minuit !

------------------------

REGARD

 C’est un lunatique !

 Un petit virus plutôt lunatique nous a bien enquiquinés et pendant trop longtemps. De petit, il devient grand. C’est peu dire qu’il avait un caractère imprévisible. Je veux parler du Covid-19. Il voyage beaucoup. En quelques mois, il a parcouru toute la planète, mais ses expéditions n’avaient rien de touristique. Il était de petite taille, n’avait aucune odeur, on le voyait à peine. Il n’aimait pas du tout les restaurants, les librairies, les salles de cinéma, les musées et les théâtres. Les sportifs non plus : les promeneurs, les pédaleurs, les motards et les skieurs sur piste. Ses fantaisies ne s’arrêtaient pas là. Il ne tolérait les rassemblements dans les lieux de culte que si l’édifice permettait d’être très à l’aise sinon il se mettait en colère, déclenchant ses foudres de guerre. Autre constatation un peu gênante : il n’avait rien contre le tabac, c’était sans doute un ancien fumeur. Par contre, il aimait les glaces et les sandwiches. Ouf ! On avait de la chance. En revanche, il a suscité chez beaucoup une extraordinaire hausse des dons chez les associations (environ 22 % de plus par rapport à 2019 !). Il a permis aussi de décentraliser le travail en incitant les salariés à accomplir leur job grâce au télétravail. Mais c’est vrai «avoir 20 ans actuellement ce n’est pas facile». Heureusement, on a un vaccin qui pourrait, quoi qu’il en coûte, nous débarrasser de ce virus drôlement lunatique !

Daniel Lelion

 ------------------------

LE SAINT DU MOIS

 Connaissez-vous saint Thomas d’Aquin ?

 Ce docteur de l’Église est né au château de Rocccasecca, en Italie en 1225. Il passe la plus grande partie de sa vie dans l’enseignement de la doctrine chrétienne. Il est nommé professeur à Paris où le roi Louis IX (Saint Louis) lui demande souvent conseil. Son enseignement s’organise entre une harmonie basée sur la foi et la raison ce qui, à l’époque, dérangeait le milieu catholique. Mais Thomas a le courage et le talent (surtout) de ne mépriser ni de rejeter les aspirations de ses contemporains. Il s’en inspire au contraire dans toute la mesure compatible avec la foi chrétienne pour expliquer le dogme catholique le plus clairement possible. Il compose des commentaires de la Bible et de nombreux ouvrages de théologie qui constituent, encore de nos jours, les bases d’enseignement doctrinal dans tous les séminaires du monde. Il meurt en se rendant au concile de Lyon le 7 mars 1274, il a 49 ans. Au calendrier actuel, on le fête le 28 janvier.

Daniel Lelion

------------------------

Numéros utiles

 L’avenir n’est pas au confinement !

 Il y a encore de bons moments à vivre, de la joie à partager, de belles choses à espérer. N’en doutez pas, nous vous le confirmons…

 2021 : une année pour se renouveler ?

En toutes circonstances, nous sommes invités à trouver une occasion de développement personnel, même dans l’épreuve…

«Cherche en Dieu ce qui te rend heureux et il comblera tous tes besoins. Il fera briller le bien qui est en toi comme le soleil fait resplendir l’univers.» Voir psaume 37.

 Le confinement dans la Bible.

Il y a bien eu des périodes de confinements dans les Écritures. Quelques exemples :

– Noé dans l’arche. Voir Gn 6 et 7.

– Les disciples dissimulés au Cénacle, après la résurrection du Christ. Voir Jean 20, 19-31.

– Paul et Silas enchaînés dans leur prison. Voir Ac 16, 23-25.

 Qu’y a-t-il d’essentiel dans ma vie d’aujourd’hui ?

La réponse vous appartient. Mais encore :

– «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes tes forces.» Voir Deutéronome 6, 5.

– «Jésus lui dit : “Je suis le chemin, la vérité, et la vie.”» Voir Jean 14,6.

 Comment obtenir des réponses à nos problèmes ?

«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai du repos.» Voir Matthieu 11-28.

 La Bible est la parole de Dieu

Si l’on se nourrit des paroles du Christ, on se sentira moins découragé. «Les Saintes Écritures peuvent te donner la vraie sagesse qui conduit au salut par la foi en Jésus-Christ.» Voir Timothée 3, 14-17.

 Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

------------------------

QUELQUES LIGNES POUR MÉDITER…

 Cette nouvelle rubrique propose une histoire, un témoignage, un texte qui interpelle.

Voici l’histoire d’un enfant qui demande à son père le secret du bonheur.

 Le secret du bonheur

 «Alors le père dit à son fils de le suivre ; ils sortent de la maison, le père sur le vieil âne, le fils à pied.

Et les gens du village s’indignent :

– Quel mauvais père qui oblige ainsi son fils à aller à pied !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison…

Le jour suivant, ils montent tous les deux sur l’âne. Les villageois de dire :

– Ils n’ont donc aucun cœur pour surcharger ainsi cette pauvre bête !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison…

Le jour suivant, ils partent en portant eux-mêmes leurs affaires, l’âne marchant derrière eux.

Les gens du village commentent de plus belle :

– Voilà qu’ils portent leurs bagages maintenant ! C’est le monde à l’envers !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison…

De retour à la maison, le père dit à son fils :

– Tu me demandais le secret du bonheur ? Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire… Fais ce que tu aimes ou ce que tu penses juste de faire, et tu seras heureux.»

 Extrait de L’Âme du monde de Frédéric Lenoir, éditions Pocket

---------------------------------------------------------------------

Octobre - Novembre - Décembre 2020

Vie de la paroisse : Octobre-Novembre 2020

Pour la troisième fois, nous avons vécu en paroisse une période marquée par des conditions exceptionnelles.

2340776952.4.jpg

Le 10 mai, le père Bruno Cazin, qui avait précédemment animé une célébration à Saint-Roch, était le prédicateur de la messe télévisée  mettant ainsi la région à l’honneur.

3068478024.2.jpg

La traditionnelle messe des cartables s’est tenue le 4 octobre à Saint-Roch dans une atmosphère faite de recueillement et de joie malgré les masques des plus grands.

4047845528.5.jpg

Nos aînés sont les plus vulnérables, nous le savons, c’est pourquoi pour les 90 ans de Jacqueline Ghesquière, notre organiste, la fête se déroula dans l’intimité : nos photographes y étaient  !

3424981288.jpg

Le père Jean-Baptiste avait souhaité dire une messe pour les victimes de la Covid le 25 octobre. La moindre des choses était de respecter scrupuleusement les gestes barrières à cette occasion !

1316325113.jpg

Enfin, la Toussaint 2020 restera elle aussi dans les mémoires, avec la célébration animée par l’équipe des funérailles au complet et masquée

1930800969.3.jpg

tandis que de nombreux paroissiens avaient choisi pour cette fois de suivre la messe à la télé.

C’est aussi un message de paix qui a conclu cette célébration.

 Bernard Declercq

------------------------

GENS DE CHEZ NOUS

Mais où est passé le Père Noël ?

4125810695.jpg En cette fin d’année 2020, il y a un Roncquois incontournable, un personnage célèbre entre tous, sans qui les fêtes de fin d’année ne seraient plus ce qu’elles étaient. Quand, de retour de visite, je l’ai annoncé à mon petit-fils Paul, il m’a regardé comme si je lui racontais une blague, manifestement il ne me croyait pas ! Et pourtant, j’avais rencontré un homme connu de tous les enfants, Guy-François Catteaux, tout de rouge vêtu et portant une belle barbe blanche, vous l’avez reconnu : le Père Noël ! Il habite au nord de Roncq, quoi de plus normal pour le Père Noël ? Mais cette fin d’année calamiteuse sera certainement marquée par son absence… Comment préserver la santé des enfants et de notre concitoyen, médaillé de l’Assemblée nationale s’il vous plaît, dont le talent et la bonhomie l’ont amené jusqu’à Bailleul, Roncq, Paris (au Bon Marché), à Tourcoing pour le Noël solidaire, pour le partage et le plaisir de faire plaisir.

 Notre Père Noël a un cœur gros comme ça, il rend service, sans rien demander, sans être rémunéré hors le gîte et le couvert comme l’ami de la famille. Toute l’année, notre retraité prend la casquette du chauffeur bénévole pour assurer le transport des marchandises avec la Banque alimentaire et la conférence Saint-Vincent-de-Paul sur Roncq.

C’est aussi ça l’esprit de Noël, le message de l’enfant de la crèche n’est pas loin !

 Soyez assurés, amis Roncquois et vous tous les petits, que le Père Noël ne vous a pas oubliés et son absence ne sera que momentanée, dictée par la situation sanitaire. Il nous retrouvera en pleine forme l’année prochaine ! C’est ce qu’il m’a confié, avant que je ne parte, en se caressant la barbe et avec l’œil malicieux de celui qui connaît son rôle par cœur. Pour information, le Père Noël dispose d’une attestation de déplacement dérogatoire pour motif familial impérieux pour la nuit de Noël.

 Bernard Vandevelde

------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Xavier ?

 François, gentilhomme espagnol, naquit au château de Xavier près de Pampelune en 1506. Étudiant à Paris en 1525, professeur en 1530, il se lie d’amitié avec l’un de ses élèves Ignace de Loyola. Pour la conduite de son âme, le maître se fit élève et Ignace obtint de Dieu la conversion complète de son ami. Xavier, renonçant à son ambition d’occuper un poste illustre dans l’enseignement, rejoint l’un des premiers groupes de jésuites. Le pape Paul III l’envoie aux Indes en 1541. Les dix années qu’il passe en Extrême-Orient constituent une des épopées les plus fantastiques de l’histoire missionnaire : fondateur de missions, de collèges et de séminaires. Xavier devient un prédicateur populaire, un ambassadeur auprès des princes païens. Xavier parcourt l’Inde méridionale, Ceylan, la presqu’île de Malacca et les îles Moluques ; il prêche, confesse, instruit et baptise. Attiré par le Japon, il y aborde en 1551, traverse les principales villes du royaume et commence l’évangélisation de ce peuple qui n’avait jamais entendu parler du Christ. Le dernier projet de Xavier était de pénétrer dans l’immense empire de Chine. Mais parvenu à l’île de Sancian, en face du port de Canton, il meurt d’épuisement, le 2 décembre 1522, âgé seulement de 46 ans. Canonisé en 1622, en même temps que saint Ignace, Xavier fut proclamé par la suite patron principal de tous les missionnaires travaillant en terre païenne. On le fête le 3 décembre.

 Daniel Lelion

------------------------

REGARD

Consolation

 Mise en bière immédiate, rigidité du protocole funéraire, interdiction des funérailles familiales (limitées à trente personnes depuis fin octobre), les mesures sanitaires entourant la mort au printemps dernier ont laissé des traumatismes chez certains vivants. Alors comment se consoler sans avoir pu accompagner les derniers instants de ses proches ? Grâce à l’initiative du père Jean-Baptiste, curé de Roncq, aidé de l’équipe paroissiale (onze laïcs) qui s’occupe des familles en deuil, notre paroisse a répondu en partie à cette question le dimanche 25 octobre à 10h45. Une dizaine de familles étaient présentes en l’église Saint-Piat. Ces personnes avaient besoin de se retrouver pour honorer la mémoire de leurs défunts. «Nous avons apprécié d’être là tous ensemble, ce fut un adieu simple et émouvant mais il a existé, nous avons pu pleurer, même quelques semaines après», se confia un Roncquois. Pour certains, célébrer la vie de l’être aimé quelques mois après son décès peut ouvrir d’autres perspectives. «Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés» (saint Matthieu). Les larmes disent avant tout l’amour. Et c’est peut-être pour cela d’abord que sont heureux ceux qui pleurent.

 Daniel Lelion

------------------------

REGARDS

Liberté chérie…

 Quand vous lirez ceci, l’émotion sera peut-être retombée… ou pas.

Elle figure au fronton de tous nos édifices publics, mais elle est bien bousculée (autant que l’Égalité et la Fraternité, convenons-en !). Certes, ça ne date pas d’hier, mais ces temps-ci, la liberté est sur toutes les lèvres et à la une de tous les journaux. Je ne prendrai que deux exemples. D’inégales valeurs. La liberté de se regrouper et la liberté d’expression. Quand j’entends certains jeunes se plaindre d’être privés de liberté parce qu’ils ne peuvent pas se retrouver autour d’une chope dans un bar ou dans une «teuf» privée, ou qu’on les oblige à porter le masque et que l’on emploie à cette occasion l’expression «jeunesse sacrifiée», je repense à nos parents : ils ont été privés d’une bonne partie de leur jeunesse pour se battre afin de préserver la liberté historiquement menacée. Et combien en sont morts ! Il y a de l’indécence dans certaines revendications… Quand je vois des journalistes, des professeurs, des chrétiens, tomber sous les coups d’opposants acharnés de la liberté d’expression, je dis que l’intégrisme d’où qu’il vienne doit être éradiqué. Les extrémistes de Dieu nuisent à la foi en Dieu. Les religieux radicalisés ne sont que des caricatures de la religion qu’ils prétendent défendre. Il est vraisemblable que les excès de certains membres du clergé du XIXe siècle aient alimenté l’anticléricalisme. Les excès de l’islam radical alimentent aujourd’hui l’islamophobie. «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire». On oublie trop cette pensée de Voltaire…

 Bernard Declercq

------------------------

Message d’une ancienne élève à son professeur

 «Bonjour Monsieur, vous ne vous souvenez sans doute pas ou peut-être que très peu de moi, j’étais l’une de vos élèves à Sainte-Claire en quatrième (2014-2015), et dans vos cours d’AP en seconde et première. Suite aux atroces événements d’il y a quelques jours, une initiative a été lancée par une jeune étudiante, proposant d’envoyer un message aux professeurs et enseignants qui nous ont particulièrement touchés durant notre scolarité, et mes pensées se sont tournées vers vous. Je me permets donc de vous envoyer ce mail. Je me souviens de vos cours, très vivement, pourtant cela remonte à quelques années. Si je m’en souviens encore aussi bien, c’est probablement en partie pour votre humour, mais aussi et surtout pour les débats en classe.

 Malgré notre jeune âge, vous n’avez jamais hésité à rediscuter avec nous les notions des chapitres d’enseignement moral et civique, ni à débattre sur des questions pourtant délicates. Cette année de quatrième avait été aussi marquée par l’attentat contre Charlie Hebdo, et je revois encore et toujours l’ambiance pesante qu’il y avait à cette époque. Je suis heureuse, si l’on peut le dire comme ça, de vous avoir eu comme professeur d’histoire-géographie à ce moment, car j’ai souvenir d’un moment fort en classe, pour des élèves de 14 ans, d’un moment de discussion sur la liberté d’expression et sur les événements.

 Ce sont ces moments qui marquent en tant qu’élève, mais aussi en tant que citoyen. C’est regrettable que le cours d’éducation morale et du citoyen soit si vite passé aux oubliettes ; il est pourtant si nécessaire. Je vous remercie, aujourd’hui, n’ayant jamais eu le courage de le faire avant ; la vie de collégien et de lycéen est pleine de réflexions insensées qui nous rendent trop timides pour oser remercier les enseignants, tels que vous, qui avez choisi de consacrer une grande partie de votre vie à nous transmettre la plus belle et essentielle des richesses : le savoir. Je citerai un rappeur célèbre : “Le savoir est une arme, alors soyons armés, car sans lui nous sommes des armées”, un peu facile, peut-être niais, mais cela résume un peu l’idée. Vous avez été l’un des professeurs qui ont eu le plus d’impact sur ma vision des choses et mon évolution en tant que citoyenne, alors encore une fois, merci.  (…) J’espère sincèrement que vous vous portez bien, et que votre passion du métier n’a pas été impactée par ces derniers mois difficiles pour le corps enseignant. Bon courage, prenez soin de vous en ces temps exceptionnels.»

------------------------

Numéros utiles pour redonner du sens à Noël

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

La période de l’avent reste aussi un temps de redécouverte de la prière :

Avec quoi vaut-il mieux prier ? Avec une bible, avec un chapelet ?

Réponse : avec ferveur ! Voir psaume 116.1

Lorsque vous priez, dites «Notre Père qui es aux cieux…» : voir Luc 11. 2

 Noël est par excellence la fête de la famille et du partage pour croyants ou non.

Altruisme et bienveillance vous inspirent peut-être mais :

  «Si je n’ai pas l’Amour, cela ne sert à rien… L’Amour est patient, il est plein de bonté, ne se vante pas, ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas…» : voir 1 Corinthiens 13

Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait…» : voir Mattieu 25. 40

 Le sens de s’offrir des cadeaux La symbolique du don, particulièrement vraie à Noël, amène une noble réflexion :

  «Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir» : voir Actes 20. 35

«Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement !» : voir Matthieu 10. 8

 Bonne préparation pour fêter un joyeux Noël !

 ---------------------------------------------------------------------

Juillet - Août - Septembre - Octobre 2020

GENS DE CHEZ NOUS …ET D’AILLEURS

3413779180.gif Roncq-Sélinkégny revivifie un village malien

 Depuis plus de trente ans, l’association Roncq-Sélinkégny, présidée par Brigitte Thibaut, développe de grands projets dans ce village du Mali et sa région.

 On n’est pas chrétien tout seul. Être chrétien, c’est être attentif aux autres.

 En cette période de crise sanitaire où l’on parle de confinement, de gestes barrières pour se protéger mais aussi protéger les autres, ne détournons pas le regard, n’oublions pas ceux qui se trouvent au bord du chemin, laissons-nous bousculer par les autres, osons quitter notre zone de confort, osons tendre la main. L’action de Roncq-Sélinkégny illustre cette démarche vers l’autre. Des Roncquois de bonne volonté se sont mis en mouvement depuis 1989 pour revivifier cette zone reculée du Mali à 400 kilomètres de piste de la capitale Bamako. Répondre aux besoins, apporter une aide adaptée, trouver des relais sur place, susciter des initiatives, valoriser les progrès comptent parmi les objectifs de l’association.

Image16.jpg

Aide-toi, le ciel t'aidera...

De belles réussites : un dispensaire de santé qui fonctionne avec du personnel local et qualifié, son électrification, la création de jardins maraîchers communautaires en appoint de l’activité d’élevage traditionnel, la mise en route d’un aide vétérinaire pour suivre le cheptel des éleveurs locaux, la création et l’équipement d’un premier cycle d’éducation des jeunes à Sélinkigny et d’un second cycle dans le bourg voisin de Dar Salam. Roncq-Sélinkégny travaille en association avec les ONG, le conseil régional, la ville de Roncq, Liane coopération Lille – rassemblant les actions caritatives ciblées sur la zone d’Afrique de l’Ouest pour les villes de Lesquin, Lambersart, Fâches –, les ressortissants de Sélinkégny installés à Paris, ceux qui travaillent à Bamako mais gardent des liens étroits avec leur village, le ministère des Affaires étrangères.

Dans une situation politique instable, Roncq-Sélinkégny parraine la mise en œuvre d’un atelier de saponification visant à la fabrication de savons pour l’hygiène, la lessive et l’entretien ménager. La région de Sélinkégny progresse. Néanmoins, elle doit composer avec le blocage de l’action éducative en raison des coupes budgétaires touchant la rémunération des personnels enseignants depuis un an, les exactions des djihadistes dans la zone subsaharienne, les perturbations causées par des pluies diluviennes et des invasions de criquets. Animer à distance, comme l’exige la situation présente, demande à l’association une bonne maîtrise des nouveaux outils de communication, des relations personnelles avec les décisionnaires, des liens privilégiés avec les acteurs locaux et une bonne dose d’abnégation.

Mais les progrès sont réels et l’accueil sur place, quand il est possible, est chaleureux.

 Bernard Vandevelde

 Pour ceux que l’aventure du développement intéresse, vous pouvez contacter par mail Roncq-Sélinkégny : brigitte.thibaut@orange.fr

En savoir plus sur :  https://www.lianescooperation.org/

------------------------

Vie de la paroisse : Juillet-Août-Septembre 2020

C’est peu de dire que le premier semestre 2020 a été perturbé pour la paroisse comme pour la vie de chacun ! Les célébrations annulées ou tenues en présence d’assemblées réduites au strict minimum, les mariages reportés, les enterrements en comité restreint au grand dam des familles, on en vient à rechercher ceux qui le 1er janvier nous ont souhaité leurs meilleurs vœux !

 Les photos ci-dessous sont assez parlantes : la mise en place des conditions sanitaires par Philippe Pollet, Michel Mathon et Cyril Decrock à Saint-Piat  et Saint-Roch.

Image7.jpg à Saint Piat

Image8.jpg à Saint Roch

Mise en place qui a permis des célébrations estivales présidées à tour de rôle par les pères Jean-Marie Atmaere, Gaston Kaboy, Thierry Vandemoortele et Michel Castro que nous remercions ici pour leur participation à la vie de notre paroisse.

Image9.jpg

La messe de rentrée à Saint-Roch avec le père Jean-Baptiste

Image11.jpg

 et l’animation de l’ensemble paroissial Choeur à Cœurs

Image12.jpg

devant une assistance très participante bien que masquée.

Toute cette période restera dans les mémoires avec quelques clichés symboliques (6) que nous devons à Roselyne et Jean-Pierre Allard, nos photographes patentés ! Merci à tous !

------------------------

TÉMOIGNAGE : Un journal qui crée du lien.

Je suis diffuseur de notre journal paroissial sur Roncq. Depuis des années, j’effectue ce service dans un secteur qui m'a été confié autour de mon domicile. Lors de ma tournée trimestrielle, je me suis décidé à remettre régulièrement notre journal lors d’une visite amicale chez une voisine âgée. L’accueil est toujours chaleureux : «Rentrez cher monsieur, nous serons mieux au salon !» me lançait cette brave lectrice. Oui, il s’agit bien du passé, car elle est décédée récemment. Lors de nos rencontres, j’ai toujours eu plaisir de partager les nouvelles de sa santé, de sa famille, la vie du quartier. C'était également l'occasion de lui proposer certains articles de notre édition en lien avec l'actualité. J'ai le souvenir de visites pleines d'échanges et de convivialité. En somme, un petit bonheur partagé dans notre journée. Véritable source de communication, notre journal entretient les liens et reste un véritable écho de la vie locale. Je pense à mes dernières rencontres où, sur le bas de porte, notre fidèle lectrice me lançait avec un chaleureux sourire : «À la prochaine fois !» Qu’elle soit désormais en paix et puisse retrouver les siens. C’est pourquoi je lui adresse cet hommage pour lui dire

«À Dieu !».

 Un diffuseur du journal paroissial

   ------------------------

Histoire d’épidémies, de famines…

En dehors des guerres et conflits qui se sont succédé sur notre secteur, l’Histoire nous rappelle quelques contagions importantes qui ont été recensées localement et particulièrement sur Tourcoing, avant notre Covid-19 :

– 1646 : épidémie de peste. Les autorités doivent créer un cimetière indépendant pour contenir les pestiférés                au lieudit «L’Épidéme», d’où le nom de la rue.

 – 1716 : épidémie de suette (ancienne maladie de la peau) qui décima la ville.

– 1832 : choléra morbus qui a fait des centaines de victimes.

– 1849: autre épidémie de choléra. À l’issue de ce drame, on a édifié des statues à la représentation de saint               Roch pour conjurer le sort dans ces quartiers.

– 1852 : fièvre typhoïde qui a entraîné plus de deux cents décès sur un an.

 Et lorsque la nourriture vient à manquer…

Aux épreuves sanitaires, certains registres mentionnent d’horribles famines survenues sur Tourcoing durant l’année 1650, et celle de 1693-1694 qui provoqua une effroyable mortalité. En 1709, le bourg subit une affreuse disette. Avant la Révolution, la misère était particulièrement grande sur Tourcoing.

 Extrait d’Histoire de Tourcoing, de J.-E. Van Den Driessche, édition de janvier 1928

 ------------------------

Retour aux fondamentaux ?

Quelques remarques et leçons à tirer sans doute de la singulière période que nous vivons et dont nous continuerons certainement longtemps à ressentir les effets…

 On va en sortir avec des cheveux plus longs et peut-être plus blancs. Avec des maisons propres et des potagers entretenus. Avec la peur et l'envie d'être dehors. Avec la peur et l'envie de rencontrer quelqu'un. Avec l'inquiétude de se découvrir vulnérable. Nous nous souviendrons qu'un médecin ou un infirmier devrait être applaudi davantage qu'un footballeur. Que le travail d'un bon professeur ne peut être remplacé par un écran. Que coudre des masques, à certains moments, est plus important que de faire de la haute couture. Que la technologie est importante, voire vitale, lorsqu'elle est bien utilisée mais si néfaste si quelqu'un veut l'exploiter à ses propres fins. Que le bien ou le mal peut arriver de qui on s’y attend le moins… Nous constaterons l’importance de la solidarité et les bienfaits du bénévolat. Nous apprendrons à écouter le silence, nos respirations, le chant des oiseaux. Et nous comprendrons que la vie est belle, parce que l’on vit !

 Ensemble, tout devient possible

 La solitude nous a pesé. On ne s’en sortira pas seul mais avec la volonté de réussir ensemble. Aussi, en ce début d’automne, je veux continuer à donner du sens à ce que l’on fait pour le bien commun et espérer que, quel que soit notre destin, de belles et nobles choses sont encore à accomplir. Que l’on puisse se transformer, changer… en mieux !

 JPM

 ------------------------

LE SAINT DU MOIS

Qui était saint Hubert ?

 Né en Aquitaine vers 660, Hubert est un aristocrate assez peu porté sur la religion. C’est avant tout un chasseur impénitent. La chasse, il l’aime tellement que l’histoire raconte qu’un jour de vendredi saint, il «sécha» la messe pour s’en aller chasser. Seul dans les bois, il rencontre un cerf portant sur la tête un crucifix auréolé intense. Effrayé, Hubert fait pénitence et se convertit avant de devenir évêque. Mort en 727, il a été canonisé le 3 novembre 743. La culture populaire a fait de saint Hubert le patron des chasseurs et des forestiers. Il est aussi devenu le protecteur des chiens et des chevaux. On le fête le 3 novembre. Dans la région, on l’honore au mont des Cats et à l’abbaye de Vaucelles dans le Cambrésis. Cette année, ce sera le dimanche 25 octobre avec à 12 heures une bénédiction des chevaux.

 Daniel Lelion

------------------------

REGARD

À la rentrée, on repart à zéro

 Comment se relever des grandes crises ? Pour les chrétiens, c’est l’heure de la re-création. De la mort à la vie, notre espérance peut toujours se frayer un chemin. La crise que nous vivons est un moment où il nous faut faire un choix afin d’adopter une autre route. Combien de fois n’a-t-on pas entendu pendant le confinement qu’il existait un «monde d’après» pour une société meilleure et espérée ? Il appartient à chacun de prendre sa part dans la nécessaire reconstruction du monde. Rebâtir, c’est rénover tout ce qui peut l’être en commençant par panser les plaies, être attentif aux plus fragiles que nous ne voyons plus. Avoir l’œil sur celles et ceux qui nous entourent. Le monde de demain nous attend et il n’est pas loin, juste sur le pas de notre porte. À nous de l’apercevoir à Roncq ou ailleurs.

 Daniel Lelion

------------------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

La crise sanitaire a ébranlé ma foi…

Quelques numéros utiles pour vous accompagner durant cette période. Qu’est-ce qui m’a aidé durant ces deux mois de crise ? Qu’ai-je appris ? Il y a eu de l’angoisse et des larmes. Ma foi a été mise à rude épreuve…

 Croire change tout

Puis il dit à Thomas : «Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant» (Jean 20,27).

 Famille je vous aime !

En famille, le retour à l’essentiel a porté de beaux fruits. Resserrer nos liens semble vital. «Que le Père nous bénisse à cause du Sauveur ; qu’il fasse prospérer sa Famille davantage de jour en jour» (Psaume 128).

 Perdu de vue et retrouvé…

Le confinement s’est révélé un moment propice pour renouer le contact avec des amis ou des cousins perdus de vue. Qu’il est agréable le temps des retrouvailles : «Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait» (Mt 25,40).

 Pas simple de participer aux célébrations eucharistiques…

Les messes dominicales télévisées nous ont bien soutenus. Aujourd’hui, la communauté chrétienne s’est organisée pour accueillir les fidèles dans des conditions exemplaires de sécurité sanitaires, mais rappelons-nous : «Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux» (Mt 18,20).

 Crise ou pas…

Louons les beautés de la nature. Aujourd’hui, notre terre souffre et gémit, la maison va mal et ses habitants aussi. «Tout est lié !» dit le pape François dans son encyclique Laudato si’ (2015), véritable plaidoyer pour une écologie intégrale.

 ---------------------------------------------------------------------

Avril - Mai - Juin 2020

Concours de photos de saint Roch

 Saint Roch est, avec sainte Jeanne d’Arc, sainte Thérèse et saint Antoine, l’un des saints les plus présents dans nos églises de France. La plupart du temps représenté en compagnie du chien qui l’a sauvé alors qu’il était blessé et affamé, ce saint voyageur est souvent invoqué en cas d'épidémie aux quatre coins de notre hexagone. Que vous sillonniez la France ou non, vous avez sans doute dans vos archives ou dans celles de vos amis des photos de l’une ou l’autre des innombrables statues dédiées à saint Roch. Nous vous invitons à nous les adresser

au cours de cet été particulier. Nous publierons les meilleurs clichés dans notre prochaine édition en octobre prochain. À vos appareils !

Image16.jpg  Image17.jpg  Image18.jpg

Et dans un premier temps, sauriez-vous deviner où sont situées les statues ci-dessus ?

 Bernard Declercq

------------------------

TÉMOIGNAGE

 La Colombe et le virus

 Ça commence comme une fable de La Fontaine. La morale en serait alors : «L’adversité rend solidaire». Nous avons été épatés par l’initiative du personnel de la résidence La Colombe et sommes allés à sa rencontre.

 Rendez-vous en terre méconnue… Depuis le confinement de mars dernier, tous les Français connaissent les cinq lettres qui désignent les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : les Ehpad. Autrefois, on disait «maisons de retraite». Il faut avoir 60 ans pour y être accepté. En France, 85 ans c’est l’âge moyen de ceux qui y vivent. 400 000 personnes travaillent auprès des 730 000 résidents. En 2040, les plus de 85 ans représenteront dans notre pays environ 2 millions d’individus. Il faut s’y préparer. Et depuis la  mi-avril , 26 membres du personnel soignant de l’Ehpad de Roncq La Colombe se sont confinés avec les 86 résidents. La presse locale et RTL en ont parlé. Pourquoi ?

Image4.jpg C’est d’abord Paul Desprez, le médecin coordinateur de la maison, aidé de trois infirmières, qui a proposé l’idée à Nina Muteba, la directrice. Elle l’a fortement encouragé. L’objectif est de communiquer au plus près, de prendre le temps d’être ensemble, de rassurer et d’apaiser, surtout la nuit. Les pensionnaires sont moins anxieux, plus calmes et souriants. Rire, c’est bon pour la santé et c’est prouvé. Les 26 confinés se sont installés un peu partout au Pasa (le pôle d’activités et de soins adaptés), dans les bureaux, les salles de réunion, les espaces détente, les salles d’animation, sous les escaliers. Il y en avait «tout partout». Cela réconforte. L’esprit soigne le corps, c’est bien connu. À plusieurs, on échange beaucoup plus. Tous les repas sont pris en commun dans l’unique salle de restaurant où les menus sont toujours très appréciés. Des animations sont organisées en plus de la chorale, des jeux de mémoire, des jeux de cartes et le tennis de table, Décathlon a offert une table de ping-pong. Le jardinage permet aux amoureux de la nature d’embellir les espaces verts. «On n’arrête jamais, il y a toujours quelque chose à faire avec les pensionnaires. Il se crée une convivialité partagée, une complicité amicale», reconnaît l’une des confinées qui rappelle qu’on est tous dans le même bateau.

Image14.jpg Madame Muteba reçoit 300 masques par semaine. Après cette crise viendra le temps de réfléchir à la place des personnes âgées dépendantes dans notre société et à celle des équipes soignantes dont il faudrait reconnaître le mérite en relevant les salaires, par exemple. «Tous confinés, zéro décès». Bravo.

 Vive La Colombe, symbole de la paix.

 Daniel Lelion

-----------------------

ÉCOLES PAROISSIALES

 La fin de l’année scolaire 2019-2020

Ecole St François.jpg

 Après la période de confinement qu’elles ont vécue, les écoles paroissiales ont été rouvertes dès le 14 mai dernier. La totalité des enseignants étaient présents pour accueillir les quelque 68 % d’élèves à Saint-François et 55 % à Saint-Roch qui ont repris le chemin des classes. Les conditions de scolarisation étaient adaptées, naturellement, à la situation délicate du déconfinement progressif. Mais le bilan à quelques semaines des vacances était très positif. Tous sont impatients de se revoir à la rentrée de septembre avec un espoir : que le virus ait été éliminé afin de retrouver la sérénité nécessaire au bon fonctionnement des classes.

 Daniel Lelion

------------------------

Vie de la paroisse - Mars-Avril-Mai-Juin 2020

Image8.jpg

  Juste avant la décision de confinement, l’équipe d’accompagnement des funérailles a participé à une rencontre de formation au Centre du Hautmont à Mouvaux. Ambiance au beau fixe pour ce groupe sympathique.

Image9.jpg

Image10.jpg

Le dimanche 8 mars après-midi avait lieu, en l’église Saint-Roch, une assemblée des paroissiens du doyenné sous la présidence de Bruno Cazin, vicaire épiscopal. Ce fut la dernière célébration avant le confinement.

Image11.jpg    Image12.jpg

Lors de cette période de confinement, beaucoup de changements nous ont été imposés. Par exemple, les célébrations de la semaine sainte n’ont pu se faire dans nos églises. C’est à la télévision que nous avons suivi le chemin de croix ou la messe de Pâques.

Image13.gif

À plusieurs reprises, pendant cette période très exceptionnelle, les particuliers ont été invités à manifester leur soutien aux soignants en disposant des bougies en façade (photo 6) et en applaudissant. C’est avec un certain soulagement que depuis le 11 mai, les sorties sont plus libres. Signalons cependant des initiatives très sympathiques sur la paroisse : comme ce rendez-vous du mardi soir des choristes du groupe Choeur à Coeurs qui se retrouvent pour prier ensemble, bien que distancés, avec des textes et des chants choisis en commun. Et ce ne sont pas les intentions qui manquent ! Merci Mounia ! Nous avons au moins eu l’occasion de nous sentir solidaires de tous ceux qui sont confinés à longueur d’année.

 Bernard Declercq

------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Bernard ?

 Né en Bourgogne en 1090 au château de Fontaine, Bernard, à l’âge de 22 ans, décide de devenir moine et entre à l’abbaye de Cîteaux, en Côte-d’Or, célèbre par son austérité émanée de l’ordre de Saint-Benoît. Trois ans après, Bernard est chargé, malgré sa jeunesse, de fonder une nouvelle abbaye à Clairvaux. Conseiller des papes Victor III et Urbain II et des rois Louis VII le Jeune et Louis VI le Gros, c’est lui qui prêche la deuxième croisade à Vézelay le 31 mars 1146. On lui doit des lettres, des sermons et des livres qui constituent un ensemble très riche. Sa dévotion à la Sainte Vierge est restée célèbre. Il mourut à Clairvaux au milieu de ses moines, le 20 août 1153. C’est grâce à lui que se développe l’ordre des Cisterciens (parmi lesquels on compte les Trappistes). On le fête au calendrier le 20 août.

 Daniel Lelion

------------------------

REGARD

Des mots sur les maux

Pour faire face aux maux, on choisit souvent des mots pour exprimer nos sentiments. Face à la pandémie du Covid-19 venue d’une Chine lointaine, les scientifiques cherchent et, pour l’instant, découvrent… que nous ne sommes pas tout-puissants pour combattre le virus. Alors, dans ce pays friand de polémiques, on entend tout et son contraire. Face au déconfinement, pour les uns, c’est l’enthousiasme, «on va enfin sortir quand on veut», et pour d’autres, c’est la contestation, «le virus va revenir et provoquer beaucoup de malades». Face aux achats essentiels, c’est tantôt la solidarité, on fait les courses pour les voisins, et tantôt les objections, on va attendre une heure avant d’entrer dans le magasin. Face aux masques, c’est l’admiration, «on va pouvoir se protéger», ou la chicane, «c’est bien trop cher» ! Pour remercier les soignants, c’est l’exaltation, on les applaudit tous les soirs, ou c’est le dénigrement, «ils font leur métier, après tout, c’est normal». L’école à la maison, c’est l’émerveillement grâce au télétravail par internet, ou c’est le débat, «c’est le boulot des enseignants», etc. À méditer : «C’est dans la tranquillité et le repos que viendra notre salut, c’est dans le calme et la confiance que sera notre force» (Isaïe 30, 15, prophète juif ayant vécu huit cents ans avant Jésus-Christ).

 Daniel Lelion

------------------------------------------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

Vers un monde nouveau ?

 Quelques numéros utiles pour vous accompagner durant cette période. Nous avons tous besoin de réconfort…La crise sanitaire et sociale nous a éprouvés. Ce qui semblait immuable s’est effrité. 

Composez Jean 16.33 : «Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde…»

 Psaume 31.3 : «Incline vers moi ton oreille, hâte-toi de me délivrer ! Sois pour moi un rocher protecteur, une forteresse où je trouve le salut !»

 Le dé-confinement : parlons-en ! La période d’isolement de ces derniers mois a mis en évidence nos fragilités. Reconnaissons que certaines valeurs, parfois oubliées, nous apportent aussi un indéniable réconfort.

 Besoin de relations humaines. Jean 1.14 : «Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité.» Transmettre de l’amour. Jean 13.34 : «Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.»

 Bienheureuse solidarité. Matthieu 25.40 : «En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !»

L’été et les vacances vous inspirent ?

 Pape François – Angélus du 2 février 2020 : «La capacité à s’émerveiller des choses qui nous entourent favorise l’expérience religieuse et rend la rencontre avec le Seigneur fructueuse (…) Frères et sœurs, soyons toujours disposés à s’étonner et à se laisser emmener par le mouvement du don.»

------------------------------------------------

Avril 2020

Prière pour un matin de Pâques

Le Christ est ressuscité des morts, par la mort il a vaincu la mort, à ceux qui sont dans les tombeaux, il a donné la vie ! Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection car le Christ, hier accablé de moqueries, couronné d’épines, pendu au bois, aujourd’hui se relève du tombeau. Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté ceux que les ténèbres de l’enfer retiennent captifs. Réjouissons-nous en ce printemps de la vie, car une espérance jaillit parmi les victimes des guerres, des tremblements de terre, parmi les affligés du corps et de l’âme. Réjouissons-nous, car par la croix toute tristesse est abolie, et la joie inonde le monde. Réjouissons-nous, car le Seigneur est descendu au plus profond de la terre, est descendu au plus profond du cœur des hommes, où se tapit l’angoisse ; il les a visités, il les a illuminés, et tourments, angoisse, enfer sont anéantis, engloutis dans l’abîme d’amour ouvert au flanc percé du Seigneur.

Père Michel Evdokimov, prêtre orthodoxe - http://prier.be/

----------------------------------

Janvier-Février-Mars 2020

Vie de la paroisse

Image4.jpg

Le 26 janvier 2020 avaient lieu les vœux de l’équipe d’animation paroissiale. Ce fut l’occasion de faire une belle «photo souvenir» qui aura sa place dans l’album de famille de la paroisse !

Image5.jpg  Image6.jpg

Le 2 février 2020 , comme chaque premier dimanche du mois, la messe des familles, animée par l’ensemble Chœur à Cœurs, faisait une belle place aux enfants et à leurs parents. L’accueil y fut particulièrement chaleureux.

Image7.jpg

L’équipe des participants au port de la communion à la clinique Saint-Roch a été mise à l’honneur le 8 février lors de l’envoi en mission qui leur était consacré. Geneviève Chatiliez a fait à cette occasion une intervention remarquée que nous reproduisons ci-dessous.

TÉMOIGNAGE DE GENEVIÈVE CHATILIEZ

Porter la communion aux malades, un geste fraternel

Image11.jpg

Geneviève s’exprime au nom de l’équipe le 8 février 2020

«Donner la communion aux malades est un service d’Église, un geste de foi et une démarche fraternelle de la communauté chrétienne envers ses membres absents.

À la clinique Saint-Roch, pour ce service, nous sommes une équipe de dix-huit personnes. Nous visitons chaque semaine entre vingt-cinq et trente chambres. Il faut être cinq par dimanche pour bien accomplir cette mission.

Après avoir prié ensemble, nous partons faire notre service. Nous prenons le temps d’écouter ce que les personnes désirent nous dire, nous confier, nous partager, nous déposer. Nous nous laissons toucher par leur courage de vivre, leur patience, leurs petites et grandes joies, leurs petites et grandes peines.

Notre rôle consiste à apporter une présence qui fait du bien, qui porte la paix. Et cette manière d’être qui prend soin des personnes dit quelque chose du règne de Dieu. Une fois par an nous proposons également “le sacrement du réconfort”. C’est un moment intense auquel beaucoup de malades participent. Régulièrement, en équipe, nous échangeons et témoignons de notre engagement et du ressenti des visites. C’est capital de se retrouver pour relire, partager ce que nous avons vécu, s’enrichir mutuellement. Auprès des malades, nous représentons notre paroisse, nous venons de la part de la communauté chrétienne que nous rendons présente auprès d’eux. Nous essayons de tisser des liens entre les malades et la paroisse. Réciproquement, il est bon de rappeler à la communauté, la présence de ces personnes souffrantes, qu’on ne voit plus à l’église, afin que tous soient dans nos prières.

C’est ce qui fait du service que nous rendons, une mission ecclésiale si belle et féconde.»

 ------

Image8.jpg

 

À la maison Saint-Piat se réunissaient le 11 février 2020  les responsables des différentes instances de la paroisse en présence d’Anne-Sophie Hourdeaux, journaliste à la Croix du Nord (photo 5). Plusieurs projets ont été détaillés et un appel aux propositions d’animation de l’église Saint-Roch a rencontré un certain succès.

 

Image9.jpg Image10.jpg

Événement à Saint-Roch le 8 mars 2020 à 16 heures : une messe de doyenné (paroisses de la vallée de la Lys) présidée par le père Bruno Cazin a vu la nomination de notre ami Hervé Delvas en présence d’une assistance recueillie.

 Bernard Declercq

----------------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Jean-Baptiste de la Salle ?

 Jean-Baptiste de la Salle est né à Reims, le 30 avril 1651. Il fit ses études de théologie à Paris au séminaire de Saint-Sulpice et fut ordonné prêtre en 1678. Dieu lui demanda de mettre en place un institut religieux destiné à l’instruction des enfants et des pauvres qui étaient très nombreux à l’époque. L’institut des Frères des Écoles chrétiennes était né. De nos jours, ces enseignants sont encore nombreux dans le monde entier et assurent des cours à environ un million d’élèves. Jean-Baptiste de la Salle distribua toute sa fortune aux pauvres et consacra toute sa vie au développement des écoles populaires. Il mourut à Rouen en 1719. On le fête le 7 avril.

 Daniel Lelion

------------------------------------------------

REGARD

 Une guerre ? Oui mais particulière

 En effet, on ne voit pas l’ennemi à abattre, on ne peut donc y résister ou donner l’illusion d’y faire face dans le calme. Aujourd’hui, le moment est venu pour tous les Français valides de mettre entre parenthèses leur comportement de rebelle. Quand on voit l’attitude de certains clients dans certaines grandes surfaces pour se procurer certains produits, on a le droit de se demander s’il existe encore chez nous une discipline collective pour… simplement se protéger et protéger les autres. Soyons sérieux ! Il faut s’adapter à la situation présente. Ce n’est pas encore la fin du monde et il y aura toujours à manger. En plus, le printemps est arrivé. Il fait beau. Les oiseaux chantent.

 Daniel Lelion

------------------------------------------------

Décembre  2019 - Janvier-Février 2020

Vie de la paroisse

 Depuis la dernière parution de notre journal paroissial, plusieurs moments forts ont été vécus.

  Le 8 décembre, c’était la traditionnelle audition de Sainte-Cécile de la Jeanne d’Arc. La messe de 10 h 45 ce dimanche-là s’en est trouvée particulièrement animée.

Image8.jpg

De nombreux paroissiens ont participé avec le père Jean-Baptiste aux festivités du jubilé de monseigneur Coliche, le dimanche 22 décembre en l’église Saint-Hilaire à Halluin.

  Puis nous sommes entrés dans le temps de Noël avec des célébrations échelonnées sur toute la semaine et dans les différents sites de la paroisse. Celle de la résidence Michelet le 19 décembre, une célébration spécifique pour les tout-petits le dimanche 22, sans oublier les messes de la veillée de Noël à Saint-Piat avec le concours de l’ensemble Chœur à Cœurs et à Saint- Roch avec une animation audiovisuelle adaptée aux jeunes adultes.

Image9.jpg

Le 25 décembre avaient lieu une messe spéciale pour les malades de la clinique Saint-Roch (photo 2) et la messe solennelle de la Nativité à Saint-Piat.

Image10.jpg

Image11.jpg

L’entrée dans la nouvelle année a été marquée par la traditionnelle messe du Nouvel An à Saint-Piat. Le dimanche 5 janvier  ce fut la première messe des familles de 2020, animée comme il se doit par l’ensemble paroissial Chœur à ,Cœurs et avec une participation nombreuse de jeunes chrétiens en l’église Saint-Roch. On n’avait pas connu telle affluence depuis sa réouverture le 13 octobre dernier.

  Enfin, le 26 janvier, c’est l’équipe d’animation paroissiale qui présentait ses vœux aux paroissiens à l’issue de la messe à Saint-Roch. Rendez-vous maintenant pour la semaine sainte et les célébrations pascales dans notre édition du 5 avril.

 Bernard Declercq

----------------------------------

SOLIDARITÉ

 Noël des Petits Frères des pauvres

 «Les sapins sont tout blancs, les guirlandes scintillent, les azalées rayonnent de fraîcheur. Un “ah !” d’émerveillement échappe aux invités – tous des gens âgés – quand ils pénètrent dans la salle. Pour rien au monde, ils ne voudraient manquer cette veillée de Noël, eux qui, pendant des années, sont restés seuls, cette nuit-là, à écouter le vent dans les combles ou les rumeurs de fête montant de la rue. Ils font leur entrée au bras d’un jeune homme ou d’une jeune fille…» (Jean Toulat, Les Forces de l’Amour chez SOS Éditions).

Image15.jpg

Le repas de Noël des Petits Frères des Pauvres au Chalet de la Pépinière à Roncq

La veillée de Noël peut se dérouler comme elle se déroule chaque année à Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Lille… ou Roncq. Un peu de bonheur partagé. Depuis maintenant plus de soixante ans. C’est en effet en 1946 que trois pionniers, trois «mousquetaires » ont choisi de tout quitter pour «nos seigneurs les pauvres». L’un d’eux, Armand Marquiset, par ailleurs fondateur de «Frères des hommes», expliquait que «l’association a pour but de redonner aux anciens toute leur dignité, de créer avec eux des liens de personne à personne, car chacun a une valeur unique, irremplaçable». Il suffit de regarder les yeux des participants au repas de Noël au chalet de la Pépinière de Roncq pour savoir que l’objectif est atteint !

 Bernard Declercq

----------------------

Teresa de Calcutta : servir gratuitement les pauvres

Image16.jpg Après avoir quitté le confort relatif du collège pour jeunes filles aisées où elle enseigne, mère Teresa (qui s’est choisi ce nom en l’honneur de Thérèse de Lisieux) répond en 1948 à l’appel de la misère de la rue dans la ville indienne de Calcutta. «Un jour, raconte-t-elle, je trouve dans la rue une femme moribonde, rongée par les rats et les fourmis. Je l’emmène à l’hôpital : on la refuse. Mais moi-même je refuse de bouger tant qu’on ne l’aura pas acceptée. On finit par céder. Puis, je vais demander à la municipalité un local pour accueillir les mourants, car

le même jour j’en ai trouvé d’autres sur les trottoirs…» Le lendemain, mère Teresa arrive avec ses mourants et les installe dans ce qui deviendra «la maison des mourants abandonnés». Prévenues on ne sait comment, une puis deux puis douze élèves de son ancien collège la rejoignent. Douze, comme les premiers apôtres… Aux trois vœux habituels des religieuses, elles en ajoutent un quatrième : servir gratuitement les pauvres. Une nouvelle congrégation est née : les Sœurs missionnaires de la Charité. En vingt-cinq ans, elles vont recueillir quarante mille moribonds. Beaucoup sont morts dans les heures ou les jours qui ont suivi leur arrivée. Mais ils sont morts, non dans la rue ou une décharge publique, mais sur un lit, un visage aimant penché sur eux. «Ayant vécu comme des animaux, ils meurent comme des hommes.»

Mère Teresa recevra le prix Nobel de la paix en 1979. Elle meurt en 1997. Béatifiée par Jean-Paul II en 2003, elle est canonisée par le pape François en 2016. Il y a à ce jour cinq mille sœurs missionnaires de la Charité réparties sur cent trente-deux pays.

 Bernard Declercq 

----------------------------------

CARÊME

 Quarante jours pour quoi faire ?

 Le mot «carême» apparaît dans la langue française en 1190 sous la forme de «quaresme», dérivé du latin quaresima qui signifie quarantième. Quarante jours, c’est le temps passé par Jésus au désert pour jeûner avant de commencer sa vie publique. Dans la Bible, le chiffre quarante est le temps symbolique nécessaire à la préparation d’un évènement important. Aujourd’hui, nous utilisons ces quarante jours pour faire le tri dans notre vie, pour nous délester de ce qui est inutile, pour se recentrer sur l’essentiel. Pendant ces quarante jours avant Pâques, nous sommes invités à vivre un vrai temps de partage. Oui, mais quoi faire ? Dans notre ville de Roncq, la conférence Saint-Vincent-de-Paul (au presbytère du Blanc-Four) ou les Restos du Cœur (salle de l’Orangerie) sont des oeuvres caritatives qui aident les plus démunis. Le carême, c’est le moment privilégié pour soutenir ces structures, en donnant de votre temps ou de votre argent pour les accompagner dans l’aide apportée aux personnes en difficulté financière ou autres. Des dons peuvent également être faits au CCFD-Terre solidaire (Comité catholique contre la faim et pour le développement).

Saint Vincent de Paul c.jpg

Saint-Vincent de Paul

 L’alphabet du carême

 Le carême peut aussi prendre d’autres formes. Sans pour autant se compliquer la vie, on peut mettre en pratique ces quelques lettres de l’alphabet prises au hasard comme :

  • A comme Amour
  • B comme Bonté
  • C comme Charité
  • D comme Dignité
  • E comme Écoute
  • F comme Fraternité
  • G comme Gentillesse
  • H comme Harmonie
  • I comme Impartialité
  • J comme Justice
  • L comme Loyauté
  • M comme Modestie
  • N comme Négociation
  • O comme Ouverture
  • P comme Pardon
  • Q comme Qualité
  • R comme Réconciliation
  • S comme Sourire
  • T comme Tendresse
  • U comme Unité
  • V comme Vérité
  • Z comme Zèle

 Vous avez de la peine à choisir ? Vous fermez les yeux et avec un crayon vous pointez une des lettres… Le mot ainsi touché saura certainement vous inspirer. Bon carême !

 Pascal Deneuville

-----------------------

Dix règles pour un bon carême

 Mais elles ne signifient rien si elles ne nous rapprochent pas de Dieu et des hommes, ou si elles nous rendent tristes. Ce temps doit nous rendre plus légers et plus joyeux. Ci-dessous, dix conseils selon l’archevêque de Malines-Bruxelles. 

  1. Prie chaque matin, le Notre Père et chaque soir le Je vous salue Marie. 
  1. Cherche dans l’évangile du dimanche une petite phrase que tu pourras méditer toute la semaine. 
  1. Chaque fois que tu achètes un objet dont tu n’as pas besoin pour vivre – un article de luxe – donne aussi quelque chose aux pauvres ou à une œuvre. Offre-leur un petit pourcentage. La surabondance demande à être partagée. 
  1. Fais chaque jour quelque chose de bien pour quelqu’un avant qu’il ou elle ne te le demande. 
  1. Lorsque quelqu’un te tient un propos désagréable, ne te sens pas obligé de lui rendre la pareille. Cela ne rétablit pas l’équilibre. En fait, tu tombes dans l’engrenage. Tais-toi plutôt une minute et la roue s’arrêtera. 
  1. Si tu zappes depuis un quart d’heure sans succès, coupe la TV et prends un livre. Ou parle avec ceux qui habitent avec toi : il vaut mieux zapper entre humains et cela marche sans télécommande. 
  1. Durant le carême, quitte toujours la table avec une petite faim. Les diététiciens sont encore plus sévères : fais cela toute l’année. Une personne sur trois souffre d’obésité. 
  1. «Par-donner» est le superlatif de donner. 
  1. Tu as déjà si souvent promis d’appeler quelqu’un par téléphone ou de lui rendre visite. Fais-le finalement. 
  1. Ne te laisse pas toujours prendre aux publicités qui affichent une réduction. Cela coûte en effet 30 % moins cher. Mais ton armoire à vêtements bombe et déborde également de 30 %.

 -----------------------------

NUMÉROS UTILES

Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Carême : renouveler sa relation à Dieu

 Quelques numéros utiles pour vous accompagner durant cette période.

 C’est quoi le mercredi des Cendres ?

C’est la célébration qui débute le carême. Par l’imposition des cendres, le prêtre signifie la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. C’est un symbole de renaissance.

Composez : Genèse 3-19

«Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras dans la poussière…» Et surtout Marc 1, 14-20 : «Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.»

 Le carême est-il synonyme de privation ? Composez : Ezéchiel 18,30-32

Le carême est un temps de conversion et de préparation à la fête de Pâques. Il doit être aussi une période de renouveau pour changer les mauvaises habitudes. «Faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau.»

 Vivre le présent…

Le carême est un bon moment pour essayer de vivre le présent, de se concentrer sur ce que nous faisons. Le faire bien, complètement. Savoir finir…

Composez : Psaume 1 et Matthieu 5:3-12

«Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés enfants de Dieu !»

 -------------------------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous Saint Joseph ?

1987 - Statue St Joseph c.jpg Joseph fut le père nourricier de Jésus et fut choisi par Dieu comme l’époux de la Vierge Marie. Il fut le protecteur de l’Enfant Jésus lorsqu’Hérode, roi de Judée, voulut supprimer son fils. C’est lui qui, avec Marie, d’après l’évangile selon saint Luc, amène Jésus au temple de Jérusalem pour le présenter au Seigneur. Il doit offrir une paire de tourterelles ou deux pigeons comme le demande la loi juive. Dix ans plus tard, Joseph accompagne Jésus au temple pour la fête annuelle de la Pâque. Comme il y avait du monde, il perd Jésus et après une longue recherche, il le retrouve au milieu des maîtres de la loi. Il fut le charpentier qui gagna sa vie et qui protégea la Sainte Famille par son travail manuel. On le considère comme le patron des ouvriers, spécialement ceux qui travaillent le bois comme les menuisiers, les ébénistes et les charpentiers. Au calendrier, on le fête le 19 mars mais certains l’honorent le 1er mai, à l’occasion de la fête des travailleurs.

 Daniel Lelion

 --------------------------------------

REGARD

 Aimer, c’est tout donner

 Dieu nous a donné son fils Jésus. L’Église célèbre ce don le 25 décembre. Les chrétiens appellent ce cadeau : Noël, le miracle de la vie. De nos jours, plusieurs personnes réalisent ces «miracles» près de chez nous ou plus loin. Des Roncquois, par exemple, accompagnent des familles pour recevoir le baptême ou prennent en main les futurs mariés dans la préparation au mariage. D’autres accueillent les familles en deuil lors de la disparition d’un être cher. Comme nous le précisons dans notre article sur le carême, l’association Saint-Vincent-de-Paul de Roncq s’occupe de 70 familles en détresse : une action déterminée contre l’exclusion et la misère. Les Restos du cœur, grâce à la banque alimentaire, distribuent l’équivalent de 365 000 repas par jour pour donner à manger à ceux qui ont faim. Des Roncquois en font partie. L’association : CCFD-Terre solidaire travaille à donner espoir à des enfants démunis. Le Secours catholique, le Secours populaire, Emmaüs et les Petits Frères des pauvres se mêlent également à tous ceux qui œuvrent pour le bien-être de tous. Ces quelques exemples devraient vous inciter à rejoindre une de ces associations qui s’engagent pour le bien commun. S’engager est un trésor qui se partage parce que notre monde évolue très vite et il a besoin d’engagement, d’espérance et de fraternité.

 Daniel Lelion

--------------------------------

Internet, un défi pour tous

 On n’entend plus que ce mot-là dans toutes les conversations : internet ! Pour n’importe quelle démarche on répond : «Connectez-vous sur internet, vous verrez c’est tout simple !».

Image13.jpg Oui mais voilà, entre ceux qui savent et ceux qui n’ont pas de connexion internet, il y a une différence de taille. Et depuis, s’est créée ce que l’on appelle la «fracture numérique» avec des personnes complètement en dehors de la vie numérique actuelle.

Phénomène de génération, aujourd’hui près de 90 % de la population française a accès à internet, mais qu’en font-ils ? Et les «non-connectés», que deviennent-ils dans cette jungle numérique où il est difficile de trouver son chemin ? Ordinateur, smartphone, tablette, réseaux sociaux… partout on est envahi par ces nouvelles technologies. Pour aider à naviguer sur le net, des formations sont prodiguées par des personnes compétentes ou à l’initiative des mairies et des clubs informatiques.

Le net est une gigantesque bibliothèque mondiale disponible pour tous. Devant la relative complexité technique, certains ont peur de se perdre dans cette immensité virtuelle ou tout simplement, de ne savoir quoi et comment chercher ! Après quelques formations initiales, l’utilisateur de base se dit : «Ça y est, je suis au top et je peux naviguer en toute sécurité». Mais rentré chez lui, il se retrouve devant l’ordi – comme on dit – et là tout devient différent. Chez le formateur, le clavier n’était pas tout à fait le même, et les touches ne sont pas au même endroit. Pour lire les emails, il utilise un logiciel de messagerie alors que le novice, lui, doit se connecter chez son fournisseur d’accès internet… Bref, les complications commencent.

 Attention aux pirates !

 Et puis il y a les antivirus, les mises à jour à faire régulièrement, les mots de passe à définir et surtout à retenir… L’ordi devient alors une véritable contrainte si on n’y prend pas garde. On vit dans un monde devenu complètement virtuel : maintenant, même les impôts exigent que l’on fasse sa déclaration de revenus par internet et nous demandent sans arrêt si l’on veut continuer à recevoir notre avis d’imposition sur papier. Bien sûr, il y a de bons côtés, on peut communiquer et s’envoyer des emails, encore faut-il que votre correspondant destinataire allume son ordi et les lise ! Puis on vous annonce de belles photos en pièces jointes et on a beau chercher on ne les trouve pas. En fait, votre correspondant a oublié de les joindre.

Et puis il y a les malwares… des sales bêtes paraît-il ! Des pirates n’hésitent pas à vous envoyer des programmes espions ou des virus, et il faut prendre garde à ce que l’on reçoit ou lorsque l’on consulte un site internet. Bref, c’est la jungle… jusqu’au jour où l’on reçoit un message d’un correspondant qui demande le numéro de compte en banque et le numéro de carte bancaire. Dans ce cas, attention, ce n’est pas normal : il ne faut jamais communiquer ces informations. On se rend compte alors que cet outil pacifique qu’est l’ordinateur peut devenir une arme redoutable pour les personnes mal intentionnées.

 Vous l’aurez compris, il faut utiliser internet avec discernement sans le diaboliser ni l’encenser. Alors bonne navigation et bonne découverte de ce monde virtuel.

 Et si parmi vos connaissances, vous avez un utilisateur en difficulté avec internet ou avec son ordinateur, et si vous avez quelques compétences, n’hésitez pas à lui donner des conseils ou à l’aider.

 Pascal Deneuville

 ---------------------------------------------------------------------------------------------

Octobre, Novembre, Décembre  2019

La paroisse en images

13 Octobre 2019 : Réouverture officielle de l’église Saint-Roch

Image4.jpg

Image5.jpg

Image6.jpg

Le dimanche 13 octobre 2019 était à marquer d’une pierre blanche : c’était la réouverture officielle de l’église Saint-Roch après trois longues années de fermeture provisoire. Le matin, une messe solennelle était dite sous la présidence de monseigneur Coliche, représentant l’évêché de Lille, et animée par l’ensemble Choeur à Coeurs. C’était aussi la traditionnelle messe des cartables. L’après-midi, ce fut le concert donné par l’Harmonie du Blanc-Four pour ses 140 ans. Pour la circonstance, l’ensemble musical était accompagné de quelque cent cinquante choristes de six chorales de la région.

---------------

Toussaint 2019

Image7.jpg

Le jeudi 31 octobre 2019, veille de la Toussaint, avait lieu à Saint-Piat une célébration pour l’ensemble du doyenné concélébrée par six prêtres des environs de Roncq.

Image8.jpg

 : Image9.jpg

La messe pour les défunts de l’année a été dite à Saint-Piat le dimanche 3 novembre 2019 . Moment émouvant pour les familles concernées.

---------------

14 Novembre 2019 : Fête des Diffuseurs

Image10.jpg

Le jeudi 14 novembre 2019 avait lieu la deuxième fête des diffuseurs au collège Saint-Thomas. Occasion de mettre à l’honneur la centaine de bénévoles qui, à l’image de Michel Deltour (lire «Avec Michel, ça fuse et ça diffuse !», page 8) consacrent une part de leur temps à transmettre à tous les Roncquois votre journal.

------------------

Novembre 2019  FESTI-ROCH

Image11.jpg

Image12.jpg

La paroisse organisait du 15 au 17 novembre 2019 une série d’événements sous l’appellation Festi-Roch avec le 15 un concert de Hugues Fantino et le 17 une messe animée par Choeur à Coeurs au cours de laquelle les participants ont été appelés à s’exprimer.

---------------------------------

REGARD

Demain est à nous

 «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs.» Quand Jacques Chirac prononce ces mots en 2002, beaucoup de Français ont des doutes sur la réalité du réchauffement climatique. L’image de la maison qui brûle et celle d’un crime de l’humanité contre la vie leur paraissent certainement démesurées. Aujourd’hui, près de vingt ans après, nul ne peut plus sérieusement douter du dérèglement en cours. Les trois dernières années ont été les plus chaudes jamais observées. Chaque année, des maisons sont détruites pas des événements violents. Des canicules sont de plus en plus fréquentes. Des feux de forêt, des pluies diluviennes et des inondations s’accumulent et font de plus en plus de victimes. Le réchauffement météorologique s’accompagne d’un dérèglement du cycle de l’eau. Qu’en sera-t-il dans vingt ans si cela continue et si nous ne réagissons pas ? Devant cette situation, aux quatre coins de la terre, des enfants ont décidé d’agir pour défendre et protéger la planète. Ils se battent pour défendre leur certitude. Ils s’appellent : José, Arthur, Aïssa, Heena, Peter, Kevin, Jocelyn, Khloé et Micah. Ils ont entre 10 et 13 ans. Gilles de Maistre les a réunis dans un film : Demain est à nous, sorti en juin 2019. José a reçu en 2018 le grand prix du climat à Stockholm. Bravo les jeunes !

 Daniel Lelion

---------------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Jean ?

C’est le frère de Jacques le majeur. Il a environ 25 ans lorsque Jésus l’appelle. Jésus eut pour lui une affection particulière, voilà pourquoi il parle de lui-même comme le disciple préféré de Jésus. Au calvaire, il est le seul parmi les apôtres au pied de la croix. C’est là que Jésus lui confie Marie, sa mère. La tradition veut que Jean vécut ensuite à Éphèse avec Marie où il écrivit le quatrième évangile. Dans ce texte, il raconte les principaux miracles que Jésus a accomplis. Un séjour à Patmos fut l’occasion pour lui d’une révélation qui devint l’Apocalypse, le dernier livre du Nouveau Testament traitant sous une forme symbolique la destinée du monde et du peuple de Dieu. Il meurt à Éphèse presque centenaire. On le fête le 27 décembre. Il est le patron des imprimeurs, des libraires et des papetiers. On le représente souvent avec son animal symbole : l’aigle, celui qui monte haut dans le ciel comme la parole du Christ.

Daniel Lelion

---------------------------------

NUMÉROS UTILES

 Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

L’avent : savoir attendre…

 Quelques numéros utiles pour vous accompagner durant cette période.

 Les temps vous semblent bien longs ? Composez : Psaume 31-16

Mes temps sont dans ta main, Seigneur…

 Avoir la foi, c’est prendre un risque énorme ? Composez : Hébreux 11,1

La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités que l’on ne voit pas…

 Si vous êtes inquiet, composez : Matthieu 6, 25-34

Ne vous souciez pas pour votre vie…

 Pour connaître le secret du bonheur, composez : Colossiens 3, 12-17

Qu’il y ait l’amour, c’est lui qui fait l’unité dans la perfection…

 Vous rêvez de paix universelle ? Composez : Isaïe 9-6

Il faut nous mobiliser pour engendrer une paix sans fin…

 Si vous êtes dans l’épreuve, composez : Psaume 30

En toi Seigneur, j’ai mis mon refuge…

Vous cherchez du réconfort ? Dites simplement :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié…

 ---------------------------------------------------------------------------------------------

Juillet, Août, Septembre, Octobre 2019

La paroisse en images

Pèlerinage à Lourdes en juin 2019 : 

Image4.jpg

Image5.jpg

Des joies et des douleurs ont jalonné cet été sur la paroisse. Nous retenons ici l’expérience de brancardiers de Lourdes vécue par des paroissiens de tous âges. Laissons la parole à Claire et Joséphine qui n’oublieront pas de sitôt leur participation : «À Lourdes, nous avons vécu une expérience humaine très enrichissante où nous nous sommes mises au service de personnes malades. Cela nous a fait prendre conscience que la véritable richesse, c’est l’autre et l’entraide. C’est si bon de se sentir utile et d’oublier certaines choses futiles de la vie ! Tous réunis pour l’amour de Dieu et de Marie. Nous n’oublierons jamais ce séjour !»

---------------------------------

Réouverture de l'église Saint-Roch : octobre 2019, un aboutissement

 L’église Saint-Roch a été interdite d’accès pour raison de sécurité par arrêté municipal du 10 novembre 2016. Sous l’impulsion de notre archevêque et du préfet du Nord, notre curé, le père Jean-Baptiste et le maire de Roncq ont cheminé ensemble pour que cette interdiction soit levée.

Image6.jpg

Photo de l'église Saint-Roch avant la fermeture

La ville de Roncq a décidé de faire réaliser les travaux indispensables à la sécurisation des accès à ce lieu de culte. Les trous dans les voûtes ont été assainis et bouchés, et des filets de protection sont maintenant installés pour prévenir tout nouvel incident. La chaudière et la citerne de fuel ont cédé la place à des chauffages radiants électriques fixés aux colonnes de la nef centrale. D’autres travaux réglementaires ont été effectués : raccordement au réseau d’eau et installation de sanitaires à proximité de la sacristie, mise en place d’un contrôle d’accès, élargissement de la porte extérieure d’accès côté sacristie, et plans inclinés pour faciliter l’accès de nos frères handicapés. Dès lors que les différentes commissions de sécurité ont validé ces travaux, plus rien ne s’oppose désormais à ce que cet espace sacré pour nous, catholiques, soit à nouveau disponible pour la pratique religieuse.

 Un lieu pour tous

 Ainsi que l’a réaffirmé à plusieurs reprises notre archevêque, l’église est un lieu pour tous. Il appartient à la communauté paroissiale du Christ-Ressuscité, en liaison avec le doyenné des Hauts de Lys, d’accueillir dans cette église, comme elle le fait depuis de nombreuses années à l’église Saint-Piat, celles et ceux qui souhaitent y pratiquer des activités culturelles, sous réserve qu’elles soient compatibles avec la destination du lieu. Cependant, la première activité ouverte à toutes les bonnes volontés fut le nettoyage approfondi de l’église fin septembre. Puis viendront le concert donné le 13 octobre par l’Harmonie du Blanc-Four avec près de deux cents choristes pour fêter la réouverture de l’église, et Festi-Roch du 15 au 17 novembre.

À venir également une exposition sur l’église Saint-Roch préparée par le Club d’histoire locale de Roncq. Les écoles catholiques environnantes ne manqueront pas non plus d’y organiser les cérémonies qu’elles souhaitent. D’ici là, outre les offices dominicaux, la fête de Toussaint et les cérémonies de l’avent rassembleront notre communauté.

 Philippe Pollet

  ---------------------------------

Longue vie à Chœur à cœurs !

 Depuis le 15 septembre, le groupe d’animation des messes s’est donné un nom : Chœur à cœurs. Désormais, la paroisse du Christ-Ressuscité pourra être représentée par cet ensemble lors d’interventions chorales ou musicales à des occasions diverses. Chœur à cœurs continuera bien sûr à animer les messes des deux églises roncquoises et en particulier les messes des familles comme celle du 13 octobre prochain à Saint-Roch.

 ---------------------------------

REGARD

La patience est l’art d’espérer

 Depuis la fermeture de l’église Saint-Roch en novembre 2016 et sa réouverture officielle en 2019, il s’en est passé des choses ! Tout d’abord, le père Laurent Ulrich, archevêque de Lille, a alerté la préfecture du Nord constatant, comme notre curé Jean-Baptiste, que cette fermeture était mal vécue. Les paroissiens n’étaient pas prêts à se résigner devant cette situation. Ainsi, des réunions en comité restreint et en assemblée plus importante se sont tenues. Des budgets municipaux ont été alloués. Voilà une attitude vertueuse qu’il est agréable de saluer. Il est important de rappeler ici qu’une paroisse est surtout l’affaire de femmes et d’hommes qui la composent. Elle reste une espérance dans l’avenir. Elle est une des richesses essentielles : la foi dans la lumière de l’Évangile. Jean de La Fontaine disait : «Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.» Combien de problèmes seraient réglés plus facilement si l’on se souvenait de cette maxime du célèbre poète français.

 Daniel Lelion

---------------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous saint Luc ?

 Païen de naissance, Luc était médecin à Antioche. Après sa conversion, il fut le compagnon et le fidèle collaborateur de saint Paul dans ses voyages. La légende a fait de lui un peintre qui aurait composé le portrait de la Vierge Marie. En fait, c’est lui seul qui, dans son évangile, nous rapporte en détails quelques événements de la vie de Marie. Luc était certainement le plus lettré des quatre évangélistes (Matthieu, Jean, Marc). Il savait raconter, avait le don de camper ses personnages et de noter – parfois en médecin – les traits caractéristiques des personnes rencontrées. Il aimait à représenter Jésus Christ comme le médecin des âmes et des corps. C’est lui le rédacteur des Actes des Apôtres. Il est mort martyr à Patras en Grèce. C’est le patron des peintres et des médecins. On le fête le 18 octobre.

 Daniel Lelion

---------------------------------

NUMÉROS UTILES

 Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Si vous souhaitez rendre grâce à Dieu, composez :

Psaume de la création.

Par les cieux devant toi, splendeur et majesté…

 Vous êtes triste ?… composez : Jean 14

Que votre cœur ne soit pas bouleversé…

 Vous souhaitez ressentir la paix intérieure, composez : Psaume 22

Le seigneur est mon berger, je ne manque de rien…

 Si vous êtes dur et critique, composez : 1 Corinthiens 13

Sans l’amour, je ne suis rien…

 Lorsque vous avez des doutes, composez : Jean 20, 24-29

Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

 Si votre foi a besoin d’être fortifiée, composez : Hébreux 11

La foi est une façon de posséder ce que l’on espère…

 Vous cherchez du réconfort ?… Dites simplement :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié…

---------------------------------

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS (UNC)

1919-2019 : la section de Roncq fête ses 100 ans

 Le 9 novembre 1919, au cours d’une réunion présidée par le commandant Legrand, à l’école communale des garçons du centre de Roncq, s’est constituée une section des anciens combattants de la Grande Guerre. La section est formée en principes, administrée par une commission provisoire de treize membres et présidée par Ferdinand François, confirmée définitivement le 1er février 1920. Le père Brottier, élevé au rang de «bienheureux», fut avec Georges Clémenceau (deux hommes que tout opposait) le fondateur de l’Union nationale des combattants, marquée par la devise des combattants de 1914-1918 : «Unis comme au front».

Image7.jpg

Remise par M. Serge Vanpeteghem  du livre sur la Grande Guerre à Monsieur le Maire de Roncq

Image8.jpg

Discours de M. Emile Gamain, secrétaire

Aujourd’hui encore, nous maintenons les principes de fraternité et de solidarité, par notre action sociale et en récompensant les adhérents par l’attribution de médailles. Nous contribuons également au devoir de mémoire en organisant depuis douze ans le concours départemental réservé aux élèves des classes de CM2 des écoles privées et publiques. Notre engagement est constant pour préserver les droits des anciens combattants et des veuves qui sont souvent fragilisées par le décès de leur conjoint et ont besoin d’un soutien moral, voire financier. À ce jour, notre section s’honore de compter 284 membres cotisants mais, l’effectif vieillissant, elle a besoin de renouvellement pour faire perdurer le devoir de mémoire auprès des jeunes générations. C’est pourquoi nous faisons appel aux membres de la police nationale, de la police municipale, des sapeurs-pompiers et des militaires issus des opérations extérieures pour rajeunir notre section. Toutes ces activités se conjuguent avec des moments festifs : couscous de printemps, loto d’octobre et banquet du 11 novembre. Ces animations contribuent à l’équilibre financier de notre section. La municipalité de Roncq contribue à notre dynamisme grâce au partenariat associatif.

 Pour le bureau, Émile Gamain, secrétaire

---------------------------------------------------------------------------------------------

Avril, Mai, Juin 2019

La paroisse en images

Image4.jpg

La célébration de la fête des Rameaux, le samedi 13 avril 2019 à la salle de la Marelle au Blanc-Four.

Image5.jpg

Le dimanche 14 avril 2019, c’est l’église Saint-Piat qui retrouve l’assistance des grands jours pour les Rameaux.

Image6.jpg

Le traditionnel lavement des pieds lors de la messe du jeudi saint.

Image7.jpg Image8.jpg

Comme chaque vendredi saint, le père Jean-Baptiste célèbre à la clinique Saint-Roch

Image9.jpg

Le chemin de croix à Saint-Piat est un moment fort de la semaine sainte.

Image10.jpg

La veillée de Pâques est toujours l’occasion de rallumer pour un an le cierge pascal.

Image11.jpg

Comme souvent, le jour de Pâques est jour de baptême solennel.

Image12.jpg Image13.jpg

Les 11 et 26 mai 2019, quarante-quatre élèves du collège Saint-Thomas ont fêté leur profession de foi.

---------------------------------

REGARD

Art de vivre…

Tu habites la campagne depuis toujours. En ce matin de printemps, chère mamie Zélia, tu es seule dans ta trop grande maison que tu ne veux pas quitter. À ton âge, tu en as vu du monde : tes fils et petits-fils avec qui tu évoques les souvenirs de ta ferme, les membres de ta nombreuse famille dispersés un peu partout dans un monde qui change trop vite. De ces années que tu as connues après la guerre, la vie était paisible et tranquille contrairement à aujourd’hui. On prenait le temps de vivre et c’était bien ainsi. Pourtant, quand l’actualité le réclame, les Français se montrent très déterminés. Je pense aux conséquences de l’incendie du 15 avril. Grâce à la télé, le monde entier a assisté impuissant à la catastrophe de la cathédrale de Paris. Heureusement, les pompiers ont maîtrisé le feu. C’est dans toutes les langues qu’on s’apitoie sur Notre-Dame. Car elle est le centre du monde chrétien. En France, elle a accompagné la monarchie, l’Empire et la République. Les Parisiens évoquent leur devise : «Fluctuat nec mergitur». Il est battu par les flots mais ne sombre pas. Ce lundi saint, il était surprenant de voir la détermination entre la République et l’Église. Notre président a dit : «Nous rebâtirons la cathédrale en cinq ans !» Un projet un peu fou ? L’écrivain Giovanni Dossi a dit : «Les fous ouvrent des voies qu’empruntent ensuite les sages.» À suivre, chère Zélia. Et continue de vivre paisiblement car comme tu me le dis souvent : «Tout vient à point à qui sait attendre !»

 Daniel Lelion

---------------------------------

LE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous Jean-Marie Vianney ?

Image1.jpg

 Né en 1786 à Dardilly, dans la région lyonnaise, Jean-Marie fut ordonné prêtre à l’âge de 29 ans. Trois ans après, il fut nommé curé d’Ars, un petit village des Dombes, dans l’Ain. Cette paroisse peu chrétienne fut transformée en quelques années. Cet homme qu’on avait failli renvoyer du séminaire à cause de son manque d’aptitude aux études exerça pendant les quarante-deux ans qu’il vécut à Ars, une influence extraordinaire. De la France entière, on accourait pour se confesser à lui, pour écouter ses sermons. Jean-Marie passait souvent seize heures par jour au confessionnal. Dormant très peu, il se contentait du strict minimum comme nourriture. Il mourut le 4 août 1859, date à laquelle on le fête aujourd’hui. Le pape Pie XI l’a nommé patron des prêtres chargés de paroisses.

 Daniel Lelion

---------------------------------

NUMÉROS UTILES

 Petit répertoire à consulter sans modération

Composez la référence indiquée sur internet et vous accéderez au texte complet.

 Si vous souhaitez développer l’intimité avec l’Esprit saint, composez : Jean 15, 26

Je vous enverrai l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur…

 Vous avez des difficultés à prier, composez : Romains 8, 26

L’Esprit vient en aide à notre faiblesse et intercède lui-même d’une manière inexprimable…

 Ne savez-vous pas que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Composez : 1 Corinthiens 3 ; 16-17

Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira. Car son temple est saint et c’est ce que vous êtes…

 Vous êtes affaibli ? Composez : Actes des Apôtres 1 ; 8

Vous recevrez une puissance, lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous, et vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre…

 De quelle manière l’Esprit saint se manifeste-t-il ? Composez : Galates 5 ; 22,23

Le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté…

-----------------------------------------------------------------------------------

Février, Mars, Avril 2019

La paroisse en images

 Image2.jpg

Image3.jpgImage4.jpg Le 3 février, lors de la traditionnelle messe des familles, alors que les enfants suivaient les commentaires d’évangile de Sandra dans la chapelle d’hiver, les adultes ont été invités à échanger en petits groupes.

 Image5.jpg

Pour l’entrée en carême, la cérémonie des cendres a eu lieu le 6 mars.

 Image6.jpg

 5 C’est le 10 mars que l’équipe d’animation paroissiale renouvelée a été à son tour envoyée en mission, lettre officielle à l’appui.

 Image7.jpg

6 Les équipes de caté et de communion de la clinique Saint-Roch ont été officiellement envoyées en mission lors de la messe du 10 février.

 Image8.jpg

7 Le mardi 12 mars en la salle Bats, a eu lieu une soirée sur le thème du pardon. Après la projection d’un émouvant documentaire de Mireille Darc, les participants ont échangé en petits groupes sur trois questions autour du thème.

 Image9.jpg

8 Le 19 mars, au Centre spirituel du Hautmont, étaient rassemblées les équipes de funérailles du doyenné pour une journée de formation fort appréciée des participants. Image10.jpg

9 Les messes à La Marelle ont de plus en plus de succès ! Il faut dire que le lieu est chaleureux et que les habitants du quartier (mais pas seulement !) se sentent un peu chez eux…

---------------------------

Geneviève et Isabelle portent la communion aux malades

 Nous avons donné la parole à deux bénévoles, Geneviève et Isabelle, qui portent la communion aux malades à la clinique Saint-Roch et qui ont témoigné lors de la messe du 10 février 2019.

 Image17.jpg  Image18.jpg

Geneviève.

 « Avec Didier, mon mari, nous avons répondu à un appel lancé lors d’une messe à Bondues et nous nous sommes lancés dans l’aventure d’aller porter la communion aux malades de la clinique Saint-Roch. Au départ, en tant qu’observateurs pendant deux dimanches. J’avoue que la première fois, avant de franchir la porte du malade, j’avais les jambes qui tremblaient : je ne suis pas à l’aise dans le monde médical et je ne savais pas qui était derrière la porte !

 De beaux moments de partage

Je me surprends moi-même car je ne pensais pas en avoir les capacités ! Je pense que si on fait cette démarche avec son cœur, le Seigneur nous aide et nous envoie beaucoup de grâces pour accompagner les malades et leur porter la communion. Jésus est avec nous, ce sont de beaux moments de partage et nous recevons beaucoup plus que nous donnons. »

 Isabelle.

 « Il y a quelques années, j’ai répondu à l’appel d’un ami pour le service de la communion à la clinique. Je me suis dit : pourquoi pas ? J’ai accepté et je pense avoir trouvé là une action qui me convient bien. Les personnes sont là, souvent très âgées, et nous sentons que nous leur apportons beaucoup. Il y a souvent une inquiétude, une grande tristesse face à leur impuissance sur elles-mêmes, sur les décisions que d’autres prennent pour elles… Plus que trouver des mots, je leur touche la main, je leur souris. Je connais l’importance de ces gestes. Oui, il y a une grande solitude chez certaines personnes, elles ont un grand besoin de visites. Parler, passer un peu de temps avec elles : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! », dit Jésus.

 Chrétiens ensemble

Nous portons le corps du Christ et sa parole. C’est beaucoup plus qu’une simple amitié ! Nous partageons une prière de pardon, une lecture du jour, le plus souvent l’Évangile. L’échange est enrichissant pour les personnes visitées comme pour nous : nous sommes chrétiens ensemble. Si la personne ne peut échanger en raison de sa fatigue, nous lisons le psaume, récitons le Notre Père et nous donnons l’eucharistie. Le regard, la présence, le silence, les gestes, tout a son importance. Nous laissons ensuite la personne à son action de grâce, heureuse d’avoir reçu la communion. La ferveur avec laquelle elles reçoivent le Christ, c’est aussi un témoignage qui renforce notre foi. C’est une grande joie pour tous d’accomplir ce service : chacun peut rendre grâce pour ces moments vécus et porter dans la prière les personnes visitées. »

 Geneviève et Isabelle

---------------------------

Décès du Père Dominique Desplanque :

la joie de servir !

Image11.jpgEn 2006, le père Dominique Desplanque arrive à Roncq en semi-retraite à la disposition du secteur de la Vallée de la Lys. À l’époque, il a 69 ans, et la retraite, il ne connaît pas. Homme d’ouverture et d’action, il revendique avoir été « appelé à servir tous les hommes plutôt qu’une seule cause ». Pieusement décédé le 18 février 2019, à l’âge de 82 ans, il aura exercé son ministère cinquante-six ans durant. Il aurait certainement souri à l’évocation de cette carrière longue exercée sans faillir à la tâche. Son l’humour contrebalançait son « mauvais caractère » comme il le définissait, abusivement d’ailleurs, car ce n’était pas ce qui retenait l’attention de ses interlocuteurs. Un caractère bien trempé certes, incisif, percutant même, quitte à choquer son auditoire, apte à secouer les consciences, spontané, posant les bonnes questions, directif parfois, sincère, sans tabou et sans détour, ouvert aux autres mais homme de conviction. Il restait très marqué par son vécu sous les drapeaux durant la guerre d’Algérie pendant vingt-quatre mois dans les djebels des Aurès, une expérience dont nul n’est jamais vraiment sorti indemne.

 Sa seule crainte, la solitude liée à sa fonction qui le poussait vers autrui. Être témoin, écouter pour partager la vie des hommes. « La Trinité est un mystère qui fait vivre, un chiffre d’épanouissement, parce que Dieu est trois en un : Père, Fils et Saint-Esprit », disait-il. Pour lui, Dieu, l’Église et le monde, cela fait aussi trois en un. Alors il essayait de partager sa vie en trois parties plus ou moins égales :

– la prière, la lecture de la Bible, la théologie – L’Église au travers de l’action catholique des milieux indépendants, la Jeunesse indépendante chrétienne, la liturgie, les sacrements où il se montrait novateur pour capter l’attention des jeunes – l’ouverture au monde, en s’intéressant à tout ce qui se dit dans le social, la politique, le travail, le chômage et le monde extérieur, notamment en Roumanie qu’il connaissait bien au travers de l’association Bondues-Buduslau depuis 1990 et son correspondant local, le père André, leur pasteur. L’action envers les migrants. Il ne définissait pas le prêtre comme un homme de pouvoir mais comme le serviteur d’une communauté et du monde qui l’entoure. « La joie est de servir », affirmait-il. Un rappel de deux slogans dont il se faisait volontiers l’écho : « Se prendre au sérieux n’est pas sérieux », et « Ah ! si le matin en te regardant dans le miroir, ton miroir pouvait réfléchir ! ».

Bernard Vandevelde

---------------------------

REGARD

Converser, mieux que discourir

 Encourager le dialogue, ouvrir la conversation, c’est bien de cela qu’il s’agit à travers les débats qui se sont multipliés depuis janvier en France. «Une heure de conversation vaut mieux qu’un long discours », affirmait Mme de Sévigné. Vivre la rencontre, l’entretien, c’est un peu l’objectif de notre journal paroissial depuis plus de cinquante ans. Rencontre avec celles et ceux qui écoutent, soulagent et construisent, tels ces paroissiens qui rendent visite aux malades de la clinique Saint-Roch et à qui nous donnons la parole en page 8. Rencontre avec le monde comme il est, à l’image de ces sages venus d’on ne sait où, quelque part en Orient, et qui ont pris le temps de s’arrêter à Bethléem dans la crèche. Ils y ont rencontré et écouté des bergers, des gens simples et de terrain. Ils ont écouté aussi Marie et Joseph. Cette force d’écoute leur a permis peut-être de se rassembler autour de Jésus pour conquérir ce qu’ils possédaient de plus précieux : cette bienveillance favorable que l’on appelle l’humanité et qui s’exerce sur autrui. Ils sont repartis vers on ne sait où dans un mouvement d’espérance qu’ils souhaitent développer.

 Daniel Lelion

  ---------------------------

Image13.jpgLE SAINT DU MOIS

Connaissez-vous sainte Monique ?

 Monique est née en Afrique du Nord à Tagaste vers 330. Mariée à un païen de caractère très agressif, elle réussit à le convertir grâce à sa patience et à sa douceur. Devenue veuve assez jeune, elle consacre entièrement sa vie à son fils unique, le futur saint Augustin. Ce dernier mène une vie de patachon tumultueuse. Elle obtient, à force de prières surtout, la conversion de celui qui va devenir l’un des plus grands saints de l’Église. Augustin se fait baptiser et après cette cérémonie, Monique meurt à Ostie en 387. Elle reste un modèle des épouses et des mères de familles chrétiennes. On la fête le 4 mai.

---------------------------

 

RETRAITE DE PROFESSION DE FOI DE L’ENSEIGNEMENT PUBLIC

 Les jeunes en intimité avec Dieu

 Pour la première fois, les jeunes des aumôneries de l’enseignement public du doyenné des Hauts de Lys ont vécu leur retraite de profession de foi ensemble.

Image16.jpg

 De Roncq, mais aussi d’ailleurs

Près de trente-cinq jeunes de Bondues, Bousbecque-Linselles, Comines-Wervicq, Halluin, Mouvaux et Roncq étaient rassemblés à la maison diocésaine de Merville. Nous avions fait le choix de demander aux jeunes de ne pas emmener leur téléphone, pour qu’ils profitent pleinement de leur retraite, loin du monde numérique. Cela pour se recentrer sur l’essentiel, Dieu.

 Des réponses et des propositions

Ensemble, nous avons cherché ce qu’était un croyant, découvert des témoins de foi d’hier et d’aujourd’hui, pour lesquels la rencontre avec le Christ a été déterminante dans leur vie. Nous nous sommes penchés sur le Credo, pour pouvoir le dire avec le cœur, et non par cœur. Nous avons voulu favoriser l’intimité des jeunes avec Dieu, plusieurs manières de prier leur ont été proposées lors de cette retraite afin que chacun puisse trouver la sienne.

 De grands moments de partage

Un grand jeu sous forme de Koh-Lanta a été organisé pour se réapproprier les signes du baptême, un réveil sportif le dimanche matin, un chant entraînant, le Coeurdonnier de Soprano, nous aura fait danser tout le week-end. Ce fut un très beau moment de foi, de joie, de simplicité, de partage. Tout cela a été possible grâce aux jeunes, réceptifs à ce que nous leur proposions, mais aussi grâce à l’équipe d’encadrants qui a su partager ses charismes et sa foi : Albane, Joëlle, Maria, Artur, Gabriel ; et également nos jeunes animateurs, qui, tout en donnant de leur temps au service des jeunes, ont eux aussi grandi dans leur foi : Audrey, Julia, Océane, Alex, Enzo, Maxime, Raphaël et Tom. Un très grand merci à chacun pour l’enthousiasme et l’énergie mise en œuvre. Un grand merci également à Jean-Marie, doyen et prêtre accompagnateur des aumôneries, qui a passé la retraite avec nous. Une présence appréciée par tous.

 Carine Forte, responsable des aumôneries du doyenné

---------------------------------------------------------------------------------------

Décembre 2018 - Janvier 2019

La Paroisse en images

Image7.jpg 

Le 25 novembre, la chorale Saint-Roch fêtait sa Sainte-Cécile.

 Image8.jpg

C’est le 2 décembre qu’a eu lieu le concert «Mada» pour financer le projet du même nom. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de spectateurs : les absents ont eu tort !

 

Image9.jpgLa Jeanne d’Arc a animé la messe du 9 décembre.

 

Image10.jpg

 

 

 

 

 

 

Après la résidence Michelet le 20 décembre 2018, le père Jean-Baptiste disait la messe le 21 à la Colombe avec l’appui de la chorale Saint-Roch. Le lendemain, c’est à la clinique Saint-Roch que la chorale animait la messe pour les malades.

 

Image11.jpgLe 21 décembre 2018 également, l’église Saint-Piat accueillait les collégiens de  Saint-Thomas pour leur célébration de Noël présidée par le père Arnaud, venu de Tourcoing.

 

Image12.jpgCharles Carré avait choisi la soirée du 23 pour mener à bien une première : organiser pour les jeunes et par des jeunes une veillée de prières à l’approche de la Nativité. Essai transformé : de nombreux jeunes rejoints par «d’anciens jeunes» ont vécu un moment fort.

 

Image13.jpgPour la veille de Noël, une messe des familles particulièrement suivie avait été organisée conjointement par les enfants de l’éveil à la foi et le groupe d’animation des messes

 

Image14.jpg

Image15.jpg

À l’issue de la messe du 13 janvier 2019, l’équipe d’animation paroissiale autour du père Jean-Baptiste a présenté ses vœux pour 2019 en présence de nombreux paroissiens qui ont ensuite apprécié un moment convivial autour du verre de l’amitié.

 

Image Enveloppe Roncq Collecte - Décembre 2018.jpg

 Lors de la messe de l’Épiphanie, le 6 janvier, avait lieu une quête spécialement destinée à votre journal et qui a apporté plus de 700 euros, soit la moitié du déficit à couvrir ! Soyez-en remerciés ici et n’hésitez pas à continuer d’utiliser les enveloppes de collecte.

 Bernard Declercq

---------------------------

Le père Théo est décédé le jour de Noël...

Image6.jpg Il nous a accompagnés deux étés. Le père Théo s’est tué dans un accident automobile le 25 décembre 2018 à Madagascar. Nous restons un peu assommés par cette nouvelle.

Né le 14 avril 1954, Théophile Rakotonirina était le quatrième d’une famille de onze enfants. Licencié en théologie, il quitte en 1990 son île de Madagascar pour compléter ses études à l’Institut catholique de Paris, où il obtient une maîtrise en sciences sociales, politiques et économiques. Il rentre au pays entre 1994 et 2008 pour exercer des fonctions de curé de plusieurs paroisses et de vicaire général de la cathédrale de Fianarantsoa. C’est dans cette même paroisse qu’il a célébré la messe de la Nativité au matin du 25 décembre.

 Il est né au ciel…

Il a ensuite repris seul sa voiture pour emmener du matériel médical à Tananarive au Centre diocésain de santé. Sur une route de montagne, il a manqué un virage et sa voiture a plongé dans le ravin. Comme le dit son ami frère Pierre-Antoine, moine cistercien malgache : «Il est né au ciel le jour de la Nativité du Seigneur !» 

Image3.jpg

Ceux qui ont eu la chance d’être du voyage paroissial en août garderont le souvenir d’un prêtre discret d’une grande gentillesse et très attentif aux autres. C’était à la fois «une grande pointure» et un homme simple dont le départ cause énormément de tristesse. Nous avons en particulier une pensée pour le père Jean-Baptiste qui perd quasiment un frère. Merci père Théo ! La paix soit avec vous, homme de bonne volonté !

 Bernard Declercq

---------------------------

DÉCÈS DE PIERRE FILEZ

«J’ai eu une belle vie»

Image4.jpg Pierre Filez était un des piliers fondateurs de notre journal paroissial. Il est décédé le 16 novembre dernier. Nous publions ici des extraits de l’hommage prononcé par son fils Jean-François. «Prendre le temps comme il vient et l’accepter, c’est de ces pluies que naissent les plus beaux arcs-en-ciel. Ephémères, comme notre passage sur terre. Avec toi, on ne parlait jamais ou si peu d’éternité. On en parlera aujourd’hui si tu veux bien chacun avec nos fois, nos croyances, nos doutes et notre approche du grand mystère. Ils sont là si nombreux dans cette église Saint-Piat, ils sont venus de partout, de partout de ta vie, de partout où tu as laissé un peu, beaucoup, passionnément ton empreinte…

Jamais tu n’as couru la gloire et les honneurs et les médailles ; tu étais en toute humilité et en discrétion mais s’il te plaît pour une fois, papa accepte cette reconnaissance unanime et cette clameur qui monte et les applaudissements qui ne manqueront pas pour ton dernier tour de piste… Tu as été un chef de troupe puis de famille, d’entreprise et enfin de chœur, on dirait aujourd’hui leader, un boss, mais oublions bien vite ces anglicismes fâcheux et rendons toute sa noblesse à la langue française. Montrons l’exemple : tu n’hésitais pas à enfiler le bleu de chauffe ou le tablier du caviste, à te glisser dans les cuves pour les laver, à grimper aux commandes des camions pour remplacer un livreur absent… Seul, on ne fait rien, ou si peu, et tout ce que tu as entrepris et mené à bien l’a été en équipe avec le concours et le soutien des autres : maman bien sûr, Gégé, frère cadet, Christine, sœur aînée. Et tous ceux que tu as rencontrés sur ta route avec toujours gravés en toi à l’encre sympathique les principes scouts qui t’ont tant marqué : engagement, générosité, fidélité, service des autres, honneur, altruisme, respect des promesses…

À l’heure de la Cop 21, tu étais plutôt sans le savoir un avant-gardiste du développement durable, proche de la nature, privilégiant la marche et le vélo plutôt que la voiture et le train plutôt que l’avion… Le train ! Parlons-en ! Une passion absolue, une fascination pour les gares et les quais… Sur la partition de ta vie, la musique t’aura porté et apporté les plus doux plaisirs dans la douceur intime de votre maison. «J’ai eu une belle vie», nous confiais-tu volontiers quand la fatigue et une forme de lassitude s’emparaient de toi. Quatre-vingt-dix années de bonheur, voilà qui nous permet de rêver et de prendre du recul avec nos petites misères… Merci papa pour tout ce que tu nous as donné. Reçois comme cadeau éternel les chants, les musiques, les clameurs et l’hommage unanime de toute notre assemblée.»

---------------------------

Pourquoi un pèlerinage en terre sainte ?

Chaque année, notre diocèse propose un pèlerinage en Terre sainte. Ce n’est pas un voyage comme les autres. À ceux qui le peuvent, ce séjour reste exceptionnel et émouvant compte tenu de l’intensité ressentie sur les lieux visités. 

Se retrouver en Terre sainte interpelle le chrétien au plus profond de sa foi. Pour vivre pleinement un tel séjour, il est nécessaire que cette démarche soit structurée, organisée par des professionnels chrétiens avec des accompagnateurs (prêtre et guide) de référence. C’est le cas pour le service diocésain des pèlerinages de Lille (1).

Image19.jpg

Messe sur les rives du Jourdain.

 Un exemple

Citons ici quelques principales étapes du programme effectué en octobre dernier : les rives du Jourdain, Nazareth, Cana, lac de Tibériade, Capharnaüm, Taybeh, Bethléem, Jéricho et Jérusalem la ville trois fois sainte... Chaque lieu recèle de multiples références bibliques et historiques qui sont partagées avec notre guide et lors de célébrations proposées par le père Jérôme, accompagnateur du groupe depuis quinze années.

Image20.jpg

Basilique de l’Annonciation à Nazareth.

Image21.jpg Souviens-toi !

Lorsqu’on séjourne en Terre sainte, on ne peut rester insensible aux endroits où le Christ a vécu, où il s’est manifesté. Il est évident qu’après un tel pèlerinage, on ne lit plus les Écritures, on n’entend plus les paroles d’Évangile de la même manière. On ne revient pas indemne d’un tel voyage qui soutient le chrétien et l’enracine dans sa foi. Comme le précisait le père Olivier, dominicain résidant à Emmaüs : «N’oublie pas le roc d’où tu viens !» Et si l’on saisissait une telle proposition pour se rendre sur les pas du Christ ?

 Jean-Pierre Martins

(1) Service diocésain des pèlerinages : 39, rue de la Monnaie 59000 Lille Tél. 03 20 55 00 15

pelerinages@lille.catholique.fr Prochain voyage en Terre sainte prévu du 1er au 11 octobre

 Basilique de la Nativité à Bethléem.

---------------------------

REGARD

 Ça ne tient qu’à un cheveu…

 Il a 29 ans, il s’appelle Kévin, il habite Marseille. C’est un coiffeur professionnel. Jusque-là rien de très original, me direz-vous, car il n’est pas le seul dans cette situation. Par contre, grâce à TF1, depuis la mi-décembre, entre deux reportages des gilets jaunes, Kévin est mieux connu. Qu’at-il fait pour qu’il sorte de l’ordinaire, pour qu’on en parle à la télé ? C’est tout simple, tous les jours, avant Noël notamment, il arpente toutes les rues de la capitale phocéenne pour coiffer tous les sans-domicile-fixe qui le souhaitent. Dehors, dans la rue, quel que soit le temps, pour redonner aux Marseillais une jouvence, cette possibilité qui permet de se rajeunir et d’avoir «de la gueule». Et bien sûr bénévolement. C’est surtout le dimanche que Kévin exerce son bénévolat, avant Noël mais aussi après ! Par les temps qui courent, voilà une initiative qu’il fallait mettre en valeur. Richard, son père adoptif, qui fait parti des Restos du coeur, est très fier de lui. Il nous dit : «On se donne en donnant.»

 Daniel Lelion

---------------------------

Image18.jpgConnaissez-vous saint Vaast ?

 Saint Vaast, que l’on appelle aussi Gaston, serait né aux frontières du Périgord et du Limousin. Mais c’est à Toul, en Lorraine, qu’il entre dans le clergé. Après sa victoire de Tolbiac en 496, Clovis passe par Toul et cherche à s’instruire de la foi. Vaast devient son catéchiste et l’accompagne jusqu’au baptême à Reims. Il devient l’évêque d’Arras grâce à saint Rémy. Dès son entrée dans la ville du Pas-de-Calais, Vaast guérit un aveugle et un boiteux. On le reçoit comme un envoyé du ciel. Dans les ruines d’Arras, il découvre un autel dédié à la Vierge Marie. Il lui bâtit un sanctuaire et lui consacre son diocèse. Quarante ans durant, il exerce son apostolat dans la région du Nord-Pas-de-Calais. Il meurt le 6 février 540, date à laquelle on le fête. Ses reliques sont gardées à Arras. Il est le patron de plusieurs villes de notre région dont Bondues et Wambrechies.

Daniel Lelion

---------------------------

VIE D'ÉGLISE

 La laïcité ? Oui, mais la bonne !

 La plantation de «l’arbre de la laïcité», dimanche 9 décembre 2018 à proximité de La Marelle, me donne ici l’occasion d’évoquer cette valeur de la République parfois malmenée dans un passé récent. La loi du 9 décembre 1905 consacrait la séparation de l’Église et de l’État, mettant fin à l’ingérence de l’une dans l’autre pratiquée depuis des siècles. Mais on a souvent oublié le côté réciproque du principe ! En somme, si l’État a tiré profit longtemps de «l’appui de la religion» pour obtenir la résignation du peuple, l’Église a longtemps pâti de la situation, manipulée qu’elle était par le pouvoir politique… La loi de 1905 est donc une bonne loi. Pour l’une comme pour l’autre.

 Comme le cholestérol

Oublions le climat d’anticléricalisme ambiant dans lequel elle a été débattue puis votée. «Oublions» les conséquences néfastes dues à un certain nombre de «jusqu’au-boutistes» qui ont cru pouvoir s’appuyer sur la nouvelle loi pour exclure de France des congrégations religieuses qui avaient pourtant rendu tant de services aux citoyens souvent très défavorisés. Ou plutôt, «pardonnons» mais sans oublier. Car celui qui oublie l’Histoire se condamne à la revivre... La laïcité, c’est un peu comme le cholestérol : il y en a une bonne et une mauvaise. Cultivons la bonne et évitons l’autre !

 Fraternité et tolérance

Puisse l’arbre de la laïcité porter le symbole d’une vraie laïcité basée sur la fraternité, autre valeur de la République aux origines évangéliques. La laïcité que nous appelons de nos vœux est celle qui est synonyme de tolérance. Synonyme d’ouverture à toutes les croyances avec le même respect. Quel dommage qu’en France une telle ouverture soit si difficile : dans nos écoles «laïques», la vraie laïcité supposerait de présenter de façon impartiale toutes les religions plutôt que les nier toutes. C’était le beau projet de Régis Debray qu’on ne pouvait pourtant pas soupçonner d’être une grenouille de bénitier (c’est un ancien compagnon de lutte de Che Guevara !).

 Non aux intégrismes

La bonne laïcité est celle qui combat tous les intégrismes. Or, chaque religion, chaque opinion, chaque philosophie a ses propres intégristes : ceux qui ne tolèrent pas qu’on puisse croire ou penser autrement qu’eux. On parle beaucoup des intégristes musulmans, mais il existe des intégristes chrétiens, des intégristes juifs et… des intégristes laïcs !

Tous les intégrismes sont à éviter.

 Bernard Declercq

_______________________________________________________________

Octobre-Novembre - Décembre 2018

La Paroisse en images

Image2.jpg  Image3.jpg

Le 7 octobre avait lieu la traditionnelle messe des cartables mettant à l’honneur les scolaires au moment de la rentrée.

 Image4.jpg  Image5.jpg

.Deux couples ont été particulièrement salués lors de la messe des jubilés le 14 octobre : il s’agit de Françoise et André Vandamme d’une part et de Geneviève et Jean-Pierre Lerouge d’autre part. Tous nos voeux de bonheur et de longévité !

 Image6.jpg

Image7.jpg

La messe de la Toussaint a été comme chaque année l’occasion de mettre le projecteur sur les équipes d’accompagnement de funérailles et de se remettre en mémoire les défunts de toute l’année écoulée. C’est la chorale In Memoriam qui a animé cette belle célébration.

 Image9.jpg

Le 4 novembre, à l’occasion de la messe des familles, le père Benoît, dominicain, s’est adressé aux jeunes enfants de manière très simple et émouvante.

 Image10.jpg

Comme chaque année, les cérémonies du 11 Novembre ont été marquées par la présence des anciens combattants. Ce fut le cas lors de la messe du samedi 10 novembre 2018 pour la commémoration du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale.

 ---------------------------

Image12.jpgHOMMAGE

Le père Xavier Bris nous a quittés

L’abbé Xavier Bris, président de l’Office technique de presse paroissiale (OTPP) depuis 2012, est parti rejoindre le Père, le 20 octobre dernier, en « tenue de service » jusqu’au bout. Il laisse un message fort pour la presse paroissiale : « Nos journaux sont le signe que Dieu n’est pas enfermé dans les églises mais qu’il parcourt sans se lasser nos rues et nos quartiers. Nous voulons être un journal de proximité qui veut répondre à la faim de tous les habitants… »

 ---------------------------

CATÉCHÈSE

Éveiller la foi…

Image11.jpgÊtre chrétien n’a rien de spontané, cela s’acquiert. Les valeurs que l’on transmet à nos enfants, il faut les communiquer, les enseigner. Nul besoin de se muer en grand prédicateur : en famille, la vie quotidienne est déjà source de réflexion pour les enfants. À Saint Piat, le dimanche matin, une équipe de bénévoles anime les célébrations pour eux et avec eux. Elle les accompagne aux offices et leur fait découvrir une Église ouverte à tous. Sandie Gouwy, Isabelle Wavrant, Stéphanie Carré et Charlotte Delzenne assurent l’accueil des plus jeunes aux célébrations : coin enfant permanent (aile gauche de l’église) ; temps de la parole aux enfants pendant la première partie de la célébration (tous les dimanches hors vacances scolaires) ; équipe des servants d’autel ; messe des familles chaque premier dimanche du mois ; messe des cartables pour les écoliers fin septembre début octobre ; célébrations de Pâques et de Noël pour les petits.

Cinq rencontres par an

Dans le cadre de l’éveil à la foi des tout-petits (3-7 ans), Sandie Gouwy, Laureline Lelion et Anne-Catherine Legrand, animatrice en pastorale, proposent aussi cinq rencontres au cours de l’année (octobre, décembre, février, mai et juin) de 16h15 à 17h15, salle paroissiale Saint-Piat, 1, rue des Arts. C’est pensé et adapté à leur âge, ouvert à tous et joyeux…. Des fascicules sur l’éveil à la foi des tout-petits sont à disposition au fond de l’église. Une belle initiative pour guider les enfants sur le chemin de Dieu. L’objectif étant de retrouver et reproduire l’engagement des parents, de ces couples qui deviennent à leur tour père et mère de famille, et de les aider dans leur démarche. Mais aussi de donner la parole aux enfants, ne pas se contenter de leur délivrer le message du Christ mais de les laisser s’exprimer. Il est important pour nos enfants d’aller à la messe, de faire partie de la communauté paroissiale dès leur plus jeune âge, de les accompagner en tant que parents, de vivre notre foi et de la partager avec nos enfants.

 Bernard Vandevelde

  ---------------------------

Et s’il revenait ?

Image1.jpgÀ Bethléem, un couple à la recherche d’un hébergement provisoire se fait rejeter de partout. La femme est enceinte. L’accouchement est proche. L’enfant naîtra dans une étable… Dans l’Évangile, quand un interlocuteur de Jésus n’est pas nommé, c’est qu’il peut être chacun de nous. À nous d’accepter de verser de l’eau dans les jarres pour qu’elle devienne vin. À moi de proposer cinq pains et deux poissons. À moi d’être le bon Samaritain… Mais si Jésus revenait en cette fin d’année, serais-je celui qui lui fermerait sa porte ? « Si le Bon Dieu revenait vivre chez nous, chantait jadis Odette Vercruysse, il aurait les yeux d’un orphelin du Vietnam », ou bien d’un réfugié de Syrie ou de Bethléem ? S’il revenait, serais-je du côté des excluants ou des exclus ?

Autant de questions à se poser en ce temps de l’Avent qui s’ouvre. Dur dur d’être un chrétien…

Bernard Declercq

----------------------------------------------------------

Le jouet introuvable !

Image14.jpg Dans la frénésie des achats des cadeaux de Noël, lisez plutôt cette histoire véridique qui est arrivée à un couple de jeunes parents il y a quelques années. Mariés depuis trois ans, ils sont parents d’une petite fille prénommée Aurore. Ils ont tout deux un travail très prenant qui les éloigne toute la journée de la maison et Aurore est confiée à une nounou. Ils rentrent très tard le soir et ne voient Aurore que pour lui faire un petit bisou car elle est déjà endormie. La période des achats de Noël bat son plein et ces jeunes parents sont à la recherche d’un jouet qui pourrait faire plaisir à Aurore. Ils ont déjà fait plusieurs magasins sans arriver à se décider sur le jouet original recherché. Le couple regarde les nombreux jouets colorés, alignés sur les étagères, suspendus au plafond ou présentés dans un gai désordre sur les rayonnages. Il y avait des poupées qui pleuraient, d’autres qui riaient. Il y avait des jouets électriques, des dinettes ou des cuisines miniatures avec lesquelles on pouvait même confectionner des gâteaux !

Ils n’arrivaient pas à se décider, quand une vendeuse s’est approchée d’eux. « Voyez, explique la maman, nous avons une petite fille, toute jeune encore, mais nous sommes absents tous les deux toute la journée et souvent encore tard le soir. » « C’est une petite fille qui ne sourit pas beaucoup », précise encore le papa. « Nous voudrions quelque chose qui la rende heureuse, reprit la maman, même quand nous ne sommes pas là… Quelque chose qui la rende heureuse aussi quand elle est seule. »

La vendeuse, avec un gentil sourire, leur répondit : « Mais nous ne vendons pas de parents ! »

Une histoire vraie édifiante ! Bien entendu, dans la vie d’aujourd’hui, souvent les deux parents travaillent, mais avec une bonne organisation, il y a toujours moyen de consacrer du temps à ses propres enfants et à leur éducation. Ce sera leur plus beau des cadeaux de Noël !

 Pascal Deneuville

---------------------------------- 

L’origine des cadeaux de Noël

Image13.jpg

 À l’approche de Noël, voici le temps de se mettre en quête de cadeaux à offrir aux enfants et aux proches. D’où vient cette tradition ? La coutume chrétienne de s’offrir des cadeaux le 24 décembre du calendrier romain se développe en référence aux présents offerts par les Rois mages à l’Enfant Jésus. Ces dons – or, encens, myrrhe – rappellent aux chrétiens que « Dieu s’est donné lui-même à nous ». En effet, au Moyen Âge, un calendrier religieux est mis en place. Une période de privation alimentaire durant le temps de l’avent débouchait le jour de Noël sur la préparation et la dégustation d’un repas de fête dans chaque foyer. Il était alors d’usage d’offrir aux adultes de l’entourage des dons alimentaires : fruits secs, noix, pains d’épices, gâteaux..On commença à distribuer de petits présents aux enfants à partir du XVIIe siècle, surtout chez les notables et les souverains. Il s’agissait de friandises, de pommes, d’oranges, rares à l’époque.

À la fin du XIXe siècle, la distribution de jouets aux enfants se répand avec l’ouverture de grands magasins parisiens. Parallèlement, Noël devient l’occasion de rassemblements familiaux et la coutume des cadeaux s’étend. Dans certaines familles catholiques, surtout après la Seconde Guerre mondiale, les parents expliquent à leurs enfants que les cadeaux sont apportés par l’Enfant Jésus dans la nuit du 24 décembre. Cette explication religieuse recule progressivement au profit de la légende américaine du Père Noël.

Ce dernier, bien qu’inspiré par la figure chrétienne de saint Nicolas, est considéré par l’Église comme un symbole du consumérisme. Ainsi, la période de Noël possède une certaine intensité rituelle. Mais n’oublions pas que, même si nous vivons dans une société de consommation, l’échange de cadeaux doit rester de l’ordre du don et créer, maintenir, consolider des liens.

 Édith Cosyn

---------------------------------- 

REGARD

 Prix Nobel du courage et du mérite

Depuis les Jeux paralympiques d’été de Londres en 2012, les médias français se sont enfin intéressés aux athlètes handicapés pour leurs performances sportives. La confirmation de cet intérêt est venue en Corée du Sud, l’hiver dernier. Cette ouverture médiatique sur ce qu’on appelle communément le handisport a sans doute contribué à faire évoluer les mentalités. Le grand public a découvert des personnes en situation de handicap qui s’assument. Le sujet n’est plus tabou. On ose en parler. Et c’est très bien ainsi. Certaines sportives paralympiques comme Matie Bochet, née sans avant-bras gauche, fait partie de l’organisation des JO de 2024 à paris. Elle a déjà obtenu huit médailles en or en descente à ski. Elle est devenue récemment la nouvelle égérie d'une marque de cosmétiques mondialement connue. Mickaël Jérémiaz, quadruple médaillé paralympique et ancien numéro 1 de tennis en fauteuil, fut le porte-drapeau aux JO de Rio en 2016. D’autres ont même écrit des livres sur ce qu’ils ont vécu, les difficultés qu’ils ont dû surmonter grâce à leur irrésistible optimisme. Leur philosophie de vie est à imiter : se surpasser au quotidien. Ils revendiquent le droit à l’indifférence. S’il existait, on leur donnerait volontiers le prix Nobel du courage et du mérite.

 Daniel Lelion

---------------------------------- 

«Construisons ensemble», un projet de collège à Madagascar

 Fort de son expérience locale à Madagascar, le père Jean-Baptiste nous demande de l’aider à développer l’instruction des élèves de Miarinavaratra par le biais d’un nouveau collège. En effet, l’instruction permet aux jeunes de devenir les responsables de demain qui auront à cœur de développer leur région. Ainsi, en permettant à un peuple de vivre dignement sur place, nous lui éviterons de subir les affres de la migration. Le père Jean-Baptiste précise que le projet ne concerne que la structure immobilière. Situation géographique : un secteur de «brousse» loin de la périphérie urbaine. Dans la région d’Amoron’i Mania, province de Fianarantsoa, district de Fandriana. Les villes sont très étalées avec une densité de 85 habitants au kilomètre carré. C’est ATM (Aide au Tiers-Monde) qui a été choisie comme partenaire, car cette association gère depuis de longues années les besoins liés à l’Afrique et elle a pignon sur rue. Elle est dûment accréditée et fiscalement reconnue pour la gestion des retours fiscaux. Elle est actuellement gérée par soeur Anne de Courty au siège de Sars-Poteries (diocèse de Cambrai). L’avantage de travailler avec cette association est de ne pas avoir de frais de gestion.

 Contact : ATM Madagascar 7, rue de la Briqueterie 59223 RONCQ

--------------------------------- 

Connaissez-vous saint André ?

 André fut l’un des tout premiers disciples à rencontrer Jésus sur le bord du Jourdain. Quelques temps plus tard, c’est lui qui amène Pierre, son frère, à Jésus alors que tous les deux exerçaient leur métier de pêcheur. Lors de la multiplication des pains, c’est lui qui aperçut le jeune garçon portant les cinq pains et les deux poissons. André évangélisa la région de Patras en Grèce où il subit le martyre sur une croix en forme de « X » (la croix de saint André). Il resta deux jours sur cette croix avant de mourir. Patron de Constantinople, de l’Écosse, de la Russie, de la Grèce et de la ville de Bordeaux, il est aussi le patron des pêcheurs. On le fête le 30 novembre.

Daniel Lelion

---------------------------------- 

Juin - Juillet - Août - Septembre 2018

La paroisse en images

 Image3.jpg

Le 5 juin, envoi en mission de la nouvelle équipe d’animation paroissiale : de gauche à droite, Cyril Decrock, Laurence Liagre, le père Jean-Baptiste, Marie-Odile Lepoutre et Charles Carré. Bienvenue à toutes et tous, merci pour votre engagement et bon courage !

 Image4.jpg

Dimanche 24 juin, après la messe de fin des catéchismes, retrouvailles des responsables autour d’un verre de l’amitié.

 Image5.jpg

Le 1er juillet avaient lieu les premières communions à Saint-Piat. Parmi ces deux douzaines de jeunes chrétiens figurent, qui sait, les responsables de demain ! Image6.jpg

Événement ce 15 août ! La messe de l’Assomption avait lieu à… Saint-Roch ! L’école Saint-Roch accueillait en effet une bonne centaine de fidèles qui voulaient montrer que la communauté paroissiale n’oubliait pas le Blanc-Four ! 

Image7.jpg

C’est le 1er septembre qu’avaient lieu les baptêmes du mois. La célébration était prévue avant la messe dominicale afin de symboliser l’entrée des jeunes baptisés dans la communauté des chrétiens.

Image8.jpg

Le dimanche 16 septembre, comme ce sera désormais le cas une fois par mois, la messe a été dite en la salle municipale de la Marelle devant une centaine de participants réjouis. Merci à la municipalité pour ce premier geste...

Image9.jpg

----------------------------------

SORTIE PAROISSIALE

 Balade flamande

Image12.jpg Le succès de cette rencontre annuelle ne se dément pas. Cette année, le 26 août 2018, il a même été nécessaire d’affréter un car à étage afin d’embarquer tout le monde. La première partie de cette sortie se déroulait au sanctuaire marial de Scherpenheuvel-Zichem (Montaigu) en pays Brabant-Flamand. Ce sanctuaire belge est très fréquenté, c’est ainsi que la basilique étant occupée par une messe dite en flamand toutes les heures, les responsables locaux ont mis à notre disposition la trop petite koepelkapel (chapelle du dôme), pour que le père Théo puisse célébrer en français. Les participants se sont retrouvés ensuite dans le superbe réfectoire du Pelgrim pour partager le pique-nique. Après une visite sur place, le car a emmené toute l’équipe vers Bruxelles, malgré quelques retards liés aux travaux récurrents de la capitale, nous sommes tout de même arrivés au musée des Instruments de musique. Alors que certains visitaient le musée, d’autres se rendaient au Palais royal ou au parc de Bruxelles. Par chance, la pluie a attendu que nous soyons installés dans le car qui nous ramenait à Roncq en début de soirée.

 Didier Stehlé

----------------------------------

HOMMAGE

 Joseph Leys nous a quittés

Image11.jpg C’est au coeur de l’été, le 12 août 2018, que nous avons appris le décès de notre ami Joseph Leys.

Il avait 95 ans. Joseph Leys était le dernier brasseur à Roncq. Il avait repris la brasserie familiale vieille de plusieurs générations. L’histoire avait commencé avec son grand-père, Albert, originaire de Rexpoëde, qui avait rénové la brasserie et y avait ajouté une malterie. Son fils prit la succession et c’est là que Joseph apprit tout jeune le métier sur le tas.

Joseph connaissait toutes les opérations de la malterie et de la brasserie, que ce soit le nettoyage des grains d’orge, leur calibrage, le trempage puis la germination. Puis avec le houblon venu des Flandres ou d’Alsace, c’était ensuite la phase de la fermentation et la mise en tonneau de la bière. Un métier difficile et physique que Joseph a connu toute sa vie. Dans les années cinquante, il produira même de l’eau de table en bouteille, «La Cerlane», à partir de la source située sur le site de la brasserie. Progressivement, la fabrication de la bière s’est arrêtée et fut remplacée par le commerce de négoces de bière dont la «Coq hardi» et les bouteilles d’eau comme la «Pierval». Joseph Leys en était également le fournisseur lors des kermesses paroissiales de l’époque.

 Arrivé l’heure de la retraite, Joseph va s’investir dans la vie de la paroisse en faisant des petits travaux d’entretien dans l’église Saint-Piat. Avec les Amis de Saint-Piat, il était la cheville ouvrière des expositions organisées en l’église en 1991 et 1997. Puis il prendra en charge pendant de très nombreuses années toute la logistique de distribution du journal paroissial.

 Si le journal paroissial arrivait dans votre boîte aux lettres,

c’était grâce à Joseph !

 Ces dernières années, affaibli par la maladie, il avait passé le relais mais il suivait avec intérêt le contenu du journal, notamment la rubrique «Monsieur Roncq», qui permet aux lecteurs de se tenir informés de l’actualité roncquoise. Lors de la messe de funérailles, la première lecture évoquait le texte de Martin Gray : «Être fidèle à ceux qui sont morts, c’est vivre comme ils auraient vécu, et les faire vivre avec nous en transmettant leur message aux autres.» «Aimer, c’est aussi savoir laisser s’en aller, mais ne jamais oublier.»

 Au revoir Joseph et merci pour toutes ces années de dévouement pour la paroisse.

 Pascal Deneuville

----------------------------------

La place des grands-parents dans la famille

 En juin dernier, le Mouvement chrétien des retraités (MCR) de notre doyenné nous invitait à une rencontre partage sur le thème des relations entre les différentes générations dans la famille. Cette rencontre s’est déroulée sur Halluin, animée par le père Jean-Marie Atmeare, nouveau doyen du secteur des Hauts de Lys. Nous ne citerons ici que les principaux témoignages tant le sujet était vaste mais néanmoins passionnant.

 Les grands-parents sont des références incontournables, des transmetteurs du savoir, le trait d’union entre enfants et parents... dépanneurs en tout genre et résolument pourvoyeurs d’espérance.

  Figures essentielles

 Les grands-parents doivent s’assurer de rendre possible le dialogue entre les générations au sein de leur famille. Ils demeurent des références incontournables, des transmetteurs du savoir, le trait d’union entre enfants et parents, parfois confidents de petits et grands, dépanneurs en tout genre et résolument pourvoyeurs d’espérance. Il est important que les grands-parents communiquent sur leur passé, qu’ils témoignent d’anecdotes familiales, content d’émouvantes et belles histoires qui resteront dans les mémoires. Ils n’ont pas de fonction de rentabilité, ni de gardien de l’ordre mais ont un certain devoir de transmettre. Pour bien communiquer en famille, rien de tel que de ne rien imposer, mais souvent proposer. L’expérience amène parfois à émettre le propos suivant : «Je suis beaucoup plus cool comme grand père que je ne l’étais comme père» !

 Du côté des ados

 L’adolescent a besoin de ses grands parents. Il construit progressivement son avenir non sans embûches et les conseils des grands-parents sont parfois mieux admis que ceux prodigués par les parents. La mutation de l’ado doit être accompagnée de réflexions partagées sur son avenir, pour engager des questions et l’aider à y apporter lui-même la réponse. Savoir gérer le temps des crises dont on peut sortir grandi, c’est aussi toute une responsabilité d’adulte à mener habilement. Transmission de la foi Les valeurs humaines sont des vertus qui restent fondamentales. Pour les chrétiens, elles passent aussi par la proposition de la foi. Cette transmission de l’Évangile n’est pas évidente dans les familles d’aujourd’hui, alors qu’elle peut se pratiquer de manière simple et concrète. L’expérience de la foi peut être partagée entre petits-enfants et grands-parents lors de la visite d’une église par exemple, en participant à une célébration, en racontant un passage d’Évangile, en pratiquant ensemble la prière du soir accompagnée d’un signe de croix… Autant de témoignages et d’attitudes qui manifestent notre joie de vivre, notre joie de croire. Grands-parents restez bienveillants, la famille vous en sera reconnaissante.

 Propos recueillis par J.-P. Martins

-----------------------------------

REGARD

 La gentillesse, cette dynamique qui nous conduit au plaisir d’autrui

Pendant plus de trois mois, une grève perlée a perturbé la SNCF. Le débrayage de certains cheminots a gêné les Français qui utilisaient le train tous les jours. Ils sont près de quatre millions dans ce cas. De plus, 10 % de nos concitoyens prennent le train au moins une fois par an. J’en fais partie. Au printemps dernier, je me déplaçais de Lille à Marseille. J’accompagnais une quarantaine de choristes. Le voyage aller s’est très bien passé. Pour le voyage retour par contre, notre train a été supprimé. Le lendemain de notre périple, un lundi, plusieurs choristes travaillaient. Il fallait absolument revenir dans le Nord le dimanche. Nous avons donc emprunté un train qui devait arriver chez nous, dimanche pas trop tard. Dans ce train déjà bien chargé de voyageurs et partant de Marseille vers Lille, nous n’avions aucune place réservée. Nous y montons quand même, persuadés que nous aurions à voyager debout pendant près de quatre heures. Voyant les quarante choristes devenus bien malgré eux des voyageurs «clandestins», une valise à la main, la plupart des voyageurs déjà installés à leur place ont fait preuve d’une gentillesse surprenante. Tous, sans exception, se sont serré les coudes. Certains enfants se sont installés sur les genoux de leurs parents. D’autres se sont placés à plusieurs sur un seul siège. Bref, dans le quart d’heure qui a suivi le départ du train, tous les «clandestins» avaient de quoi voyager correctement ou presque. Et, pour couronner le tout, les choristes ont entonné une berceuse qui a eu le mérite de consoler un nourrisson qui cherchait son sommeil ! Elle est pas belle la vie ! C’est ça la France, celle qui a besoin de chacun, de tous ceux qui s’engagent pour favoriser le bien commun.

 Daniel Lelion

-----------------------------------

Lourdes 2018 : les pèlerins en parlent

 Danièle et Adam témoignent de ce qu'ils ont vécu cet été

dans la cité mariale.

Image10.jpg

 Danièle Scalabre. «Par ce petit mot, je voulais vous remercier pour ce pélé, avec le Train bleu de Tourcoing. C’est incroyable de trouver autant de gentillesse, de disponibilité, d’amour. Les jeunes sont formidables et heureux de s’occuper de nous. Je voudrais aussi remercier Hervé et Marie-Annick qui ont insisté pour que je vienne et c’était vraiment très utile pour moi. Je n’avais plus la foi et j’espérais la retrouver à Lourdes mais ce n’est pas encore gagné (un petit espoir quand même !). Il me faudra peut-être retourner une deuxième fois pour comprendre ! Avec le recul, on retrouve des choses et c’est très bien de ne plus se sentir seule et de revoir tous ces sourires. Alors merci à tous et à l’année prochaine.»

 Adam. «Ce fut une super expérience et un acte de solidarité envers les personnes âgées qui effectuaient le pèlerinage. Même si les réveils étaient très matinaux à mon goût, nous le faisions pour la bonne cause et nous prenions plaisir à rendre service, à accompagner les pèlerins dans cette expérience. J’y ai fait beaucoup de rencontres, j’ai découvert que je pouvais aller vers les autres et les aider. C’était impressionnant de voir tous les élèves des différents lycées des alentours de Lille. Je suis très satisfait de ces quatre jours passés à Lourdes.»

-------------------------------------------------------------------------------

 Eglise Saint-Roch :

FERMETURE DE L’ÉGLISE SAINT-ROCH

 L’archevêque de Lille répond au maire de Roncq

Image23.jpg

 Après l’interview du maire de Roncq parue dans «La Croix du Nord» du 4 mai 2018, monseigneur Ulrich lui a répondu par une lettre publique que nous reproduisons ci-dessous.

Monsieur le maire se donne le beau rôle ! Il prétend qu’il a fermé l’église Saint-Roch pour faire émerger des idées … D’abord, la fermeture de l’église a été décidée, en novembre 2016, par son prédécesseur avant que l’interdiction de cumul des mandats l’ait obligé à se démettre de la fonction en juillet 2017.

 Ensuite, cette fermeture a été décidée subitement, sans l’annonce préalable d’une visite de sécurité à laquelle normalement, et en tout cas de façon courtoise, il aurait dû convier le curé de la paroisse, en tant qu’affectataire légal de l’édifice. Le curé, d’ailleurs, n’a jamais eu communication d’aucun rapport sur l’état intérieur de l’église. Puis il suggère que c’est pour faire surgir des idées pour l’animation du quartier du Blanc-Four. En réalité, beaucoup d’habitants du quartier du Blanc-Four ont simplement le sentiment d’être peu considérés, la fermeture de leur église marque, selon eux, un profond désintérêt à leur égard. Leur quartier, au contraire, a besoin que cette église demeure ouverte et accessible, comme un signe de la vitalité de cette partie de la ville.

 Par ailleurs, ces idées j’en ai déjà donné dans des rencontres avec le maire en 2012, 2015, 2017, et dans un courrier qui date de plus d’un an, en résumant ces divers rendez-vous. Ces idées, elles venaient de suggestions que m’ont faites les paroissiens de ce quartier.

 Je cite : «Monsieur le maire, vous avez montré depuis des années, en entreprenant de lourds travaux sur les églises Saint-Piat et Saint-Roch que vous ne considériez pas uniquement les aspects économiques ou de sécurité, mais aussi la dimension symbolique de ces édifices. Vous savez que les églises de Roncq sont des signes pour sa population, et qu’elles représentent un patrimoine d’idéal et de spiritualité que vous défendez. Les paroissiens et nos concitoyens de Roncq vous savent gré de cette attention.

C’est parce que les églises assument le rôle cultuel qui leur est premier qu’elles sont aussi disponibles pour un certain rôle culturel ouvert à tous. J’ai toujours défendu l’idée, et vous m’avez entendu sur ce thème, que les églises doivent être ouvertes, et disponibles à tous ceux qui veulent les fréquenter dans le respect de leur vocation première, même s’ils n’entendent pas tous y pratiquer un culte. La loi de 1905, en protégeant leur première destination, autorise pour les églises un usage culturel, soumis à l’approbation de l’affectataire que nous sommes.

À cet égard, Monsieur le curé et les paroissiens me font remarquer que, depuis de nombreuses années, la paroisse permet l’utilisation de l’église Saint-Piat pour des manifestations culturelles organisées par la mairie, comme des concerts et des événements récurrents au moment de Noël. De même à l’église Saint-Roch, lors de la présentation des projets de travaux au Blanc-Four. De plus, la paroisse assure, avec le concours de permanents, l’ouverture de l’église Saint-Piat à tous les habitants chaque mercredi matin à l’heure du marché. D’autres initiatives pourraient bien s’appliquer à l’église Saint-Roch.»

 Monsieur le maire, par son intervention, dans La Croix du Nord du vendredi 4 mai 2018, tente un coup de force, alors qu’une rencontre est prévue au début du mois prochain. Il fait un mauvais calcul : je ne le rencontrerai que lorsque l’église Saint-Roch aura été rouverte, puisqu’elle a été fermée sans respect des règles.

 † Laurent Ulrich, Archevêque de Lille

-----------------

Église Saint-Roch : l’avis de l’économe diocésain

 Si la paroisse du Christ Ressuscité se situe géographiquement sur le territoire de la ville de Roncq, elle est avant tout, partie intégrante du diocèse de Lille. Son curé, le père Jean-Baptiste assure sa mission sous la conduite du père Ulrich, archevêque de Lille. Le 9 avril 2018, Philippe Pollet a rencontré l’économe diocésain, Jean-François Delaby, pour qu’il nous explique son rôle et ses réactions face à l’interdiction d’accès à l’église Saint-Roch.

 Comment définiriez-vous votre fonction ?

L’économe diocésain est en charge de toutes les affaires temporelles du diocèse. J’ai reçu une lettre de mission de notre évêque et ma mission est inscrite pleinement dans la sienne : l’annonce de l’Évangile. Le temporel pour le diocèse de Lille, c’est deux cent cinquante personnes, trois cents bâtiments et un budget de 27 millions d’euros, ceci couvre une zone géographique qui va d’Est en Ouest, de Mouchin à Grand-Fort-Philippe.

 Pourquoi avez-vous choisi cette fonction ? Quelle est votre motivation ?

Cette fonction correspond à mon engagement dans l’Église et elle répond à la mise au service du diocèse de mes compétences personnelles, que ce soit en management, en finances, en co-construction ou en relations humaines.

 Quel lien faites-vous entre votre profession et votre foi chrétienne ?

J’aime à dire que je ne suis pas directeur administratif et financier du diocèse, mais économe diocésain, c’est-à-dire que mon travail procède avant tout de l’annonce de l’Évangile. Par exemple, si une paroisse a besoin de construire ou de réparer un immeuble, elle présente son projet à l’évêque qui en valide l’opportunité missionnaire, puis avec mes équipes, nous travaillons sur la mise en œuvre et les financements possibles.

 Comment réagissez-vous à la fermeture de l’église Saint-Roch ?

En 1905, l’Église catholique française a été spoliée d’une partie de ses biens, et les églises construites avant cette date, telle que l’église Saint-Roch, sont devenues propriété des communes. Depuis lors, le curé de la paroisse est devenu l’affectataire du lieu, c’est-à-dire qu’il en dispose pour le culte, librement. Ici, le premier magistrat a décidé, sans concertation de l’affectataire, la fermeture du lieu de culte. La règle de droit n’est pas respectée.

 Quel rôle le diocèse peut-il jouer dans cette affaire ?

Le diocèse est en relation avec la mairie de Roncq ainsi qu’avec la préfecture du Nord. L’association diocésaine peut faire valoir ses droits devant les instances compétentes, elle se réserve la possibilité de les exercer vis-à-vis de la mairie de Roncq.

 La paroisse ou le diocèse peuvent-ils participer au financement des travaux à effectuer à l’église Saint-Roch ?

Un locataire doit-il payer les travaux qui incombent au propriétaire ?

 Reviendrez-vous à Roncq ?

J’ai rencontré le maire le 15 décembre dernier, j’ai participé à la réunion qui s’est tenue ensuite en janvier avec l’équipe d’animation paroissiale et le conseil économique paroissial, et je suis prêt à participer à toute nouvelle rencontre. Je dois cependant vous dire que j’attends toujours le rapport de la mairie justifiant la fermeture de l’église Saint-Roch. Ce document serait-il la nouvelle Arlésienne de Roncq ?

 Propos recueillis par Philippe Pollet, Responsable du Conseil Économique Paroissial

-----------------

Qu'en pensent les résidants du Blanc Four ?

Nous sommes allés questionner quelques commerçants, résidants et paroissiens du quartier Blanc-Four sur la manière dont ils vivent la fermeture de l’église Saint-Roch. Voici leurs réponses.

  Manque à gagner pour nous, commerçants du Blanc-Four, car moins de passage dans nos boutiques. Nous n’avons plus de messes les samedis soir et dimanches matin. Plus de baptêmes, mariages, ni de funérailles… Le quartier devient triste sans célébrations religieuses.

  Nous ne bénéficions plus de concerts et de spectacles dans l’église et par conséquent, il y a moins d’animation.

  Nous avons de moins en moins de lieux où les personnes du Blanc-Four se rencontrent. Les commerces de proximité se raréfient et l’église ne peut plus nous accueillir. Vivement que cela change !

  À quoi bon avoir investi dans une remarquable rénovation extérieure de l’église si c’est pour laisser l’intérieur se dégrader ? Dans ce cas, il ne fallait pas engager de travaux et se concerter avec les responsables de la paroisse pour l’avenir de Saint-Roch.

  J’étais favorable à ne garder qu’une seule église sur Roncq mais lorsque j’ai constaté que la municipalité rénovait l’extérieur de Saint-Roch, j’ai changé d’avis.

  Qu’importe la décision finale pour une église dédiée au culte, partiellement ou pas, la municipalité se doit de commencer la rénovation intérieure de Saint-Roch.

  Pourquoi avoir réhabilité à grands frais le parvis de Saint-Roch pour une église à portes closes ?

  J’ai 91 ans et j’ai demandé au maire de pouvoir bénéficier provisoirement de la salle de La Marelle pour célébrer de nouveau une messe le week-end. J’espère une réponse favorable.

  Un quartier sans église devient un quartier sans âme. C’est triste de voir notre église fermée.

  On n’entend plus les cloches de Saint-Roch qui annonçaient les événements, et cela nous manque.

  Avec la fermeture de l’église, c’est un peu de notre histoire que l’on cherche à effacer.

  Nous avons attendu en vain la rencontre publique que devait proposer le maire concernant l’avenir de l’église Saint- Roch. Je suis déçue qu’elle n’ait pas été organisée. Il n’y a pas que les paroissiens qui sont attachés à l’église Saint-Roch.

 Réponses recueillies par l’équipe de rédaction

----------------

Échos de la réunion publique du 16 mars 2018 sur le devenir de l'église Saint-Roch

 Cent trente personnes environ se retrouvaient en l’église Saint-Piat le vendredi 16 mars à l’invitation des responsables de la paroisse afin de poursuivre la réflexion et les échanges entamés lors de la précédente rencontre du 2 février.

 Après un rappel des remontées précédentes par le père Jean-Baptiste et la présentation d’un parallèle entre les problèmes rencontrés et les réponses apportées par la municipalité, Bruno Ackou, au nom de l’équipe d’animation paroissiale, a commenté le point d’avancement de l’élaboration d’un projet basé sur la création d’une association, nommée «Open Saint-Roch», chargée de proposer des idées visant la réouverture de l’église fermée depuis seize mois.

Lors des questions-réponses qui suivirent, Rodrigue Desmet, maire de Roncq, a répondu aux reproches faits à la ville. Il s’est dit cependant confiant dans l’aboutissement de solutions conciliant les points de vue divergents. Parmi les idées proposées par les participants, notons celle qui consisterait à demander une contribution de 2,50 euros à chaque Roncquois, celle qui affecterait tout ou partie des fonds résultant d’autres ventes immobilières de la commune à la restauration de l’église, celle qui liste les animations envisageables pour recueillir des fonds, et surtout celle qui vise à redonner du tonus à l’ensemble de la paroisse afin d’inverser la courbe de la fréquentation ! La prochaine réunion aura lieu le vendredi 27 avril et la suivante courant juin.

-------------------------------------

GENS DE CHEZ NOUS

 Un couple « attaché » à Saint-Roch !

 La rubrique « Gens de chez nous » met en avant toutes les bonnes volontés qui font vivre notre paroisse du Christ-Ressuscité, la rendant accessible à tous les Roncquois et contribuant au «mieux vivre ensemble».

 La fermeture de l’église Saint-Roch nous touche tous : un parvis inutile, des commerces qui ferment et ne sont pas remplacés, la perte d’un repère dans la cité. Baisse de fréquentation, on ferme, on va améliorer les résultats… C’est sûr !

Image20.jpg

Georges et Jacqueline WALLECAMPS

 Alors, quand je croise deux paroissiens qui se sentent concernés par cette fermeture, je les écoute. Jacqueline et Georges Wallecamps, deux septuagénaires actifs dans notre communauté, se disent très touchés par cet événement. Par conviction d’abord puisqu’ils assuraient tous deux l’accès, en tant que dépositaires des clefs, à l’église depuis des décennies, assistant le curé de la paroisse dans l’exercice de sa fonction sur Saint-Roch pour les offices : l’ouverture des portes, la préparation des cérémonies, la mise en route et l’arrêt du chauffage… Quoi qu’il en soit, leur petit-fils n’a pu se marier dans l’église où il avait été baptisé, fait sa communion, où grands-parents et parents avaient reçu des sacrements. Une église fait partie du patrimoine communal. Leur bonne volonté et leur compréhension des problèmes semblent évidentes, la connaissance des lieux également, Georges est président de l’Ogec (1) de l’école Saint-Roch, Jacqueline est responsable du vestiaire de l’équipe Saint-Vincent-de-Paul et membre du conseil d’administration de l’Union des familles. Ils se déclarent déçus et dépités par le traitement de l’affaire de la fermeture de l’église Saint-Roch.

 Communication inexistante

 Un expert de l’Apave (2) est passé, a rendu ses conclusions aux services de la mairie qui ont fermé les lieux, sans informer des détails de l’examen, des réparations à effectuer, du devis chiffré de celles-ci. Force est de constater qu’il n’y a pas eu communication des éléments du diagnostic, le bâti est jugé dangereux. Voilà un an et demi que la fermeture est effective et depuis, rien. Pour récupérer quelques objets du culte, Georges est allé sur les lieux : pas d’évolution. Pourtant nous avons connu des épisodes pluvieux, de gel, de tempête ces dernières semaines qui auraient pu mettre à mal la structure ; réparation ou réfection totale de la voûte ? Quant à la chaudière qui ne s’était pas remise en route alors que le brûleur avait été remplacé il y a sept ans, un technicien et un certificateur seraient passés, auraient jugé l’installation dangereuse et auraient confirmé l’arrêt de celle-ci, condamnant de fait l’accès des locaux.

 Roncq reviendrait-il à la case « village gaulois » où ses habitants craindraient de recevoir le ciel sur la tête ? Toujours est-il que les gardiens des clefs des lieux n’ont pas été mis au courant des suites.

 Bernard Vandevelde

1 -Ogec Organisme de gestion de l’enseignement catholique

2 - Société spécialisée dans la maîtrise des risques.

-------------------------------------------------

Mars - Avril - Mai 2018

La vie de la Paroisse en images : 

Image3.jpg